La carte du Maraudeur

[Portoloin] pour lire les sujets importants du forum ♥



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERME

Partagez | 
 

 Something old, something new

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1414
Date d'inscription : 15/07/2014
Multicomptes : J.B.
Caracteristique : Directrice des Serpentards et professeur de potion
MessageSujet: Something old, something new   Ven 26 Sep - 0:08

Something old, something new
Première semaine septembre, Grande salle

Aidrian était une lève-tôt, elle aimait profiter de la journée le plus tôt possible et surtout du soleil, par contre, se confiner au sous-sol n'était pas vraiment un avantage pour profiter du soleil, alors bien avant que les élèves se réveillent, elle se réveillait, prenait une douche rapide et sortait à l'extérieur pour profiter du soleil et du grand air, même s'il ne faisait pas très beau à l'extérieur, 'Rian ne pouvait pas s'empêcher de sortir, rester dans les sous-sols à longueur de journée pouvait être étouffant et sortir plus tard dans la journée... Eh bien, il y avait trop de monde pour elle en ce début d'année, sa capacité d'adaptation n'était pas la plus grande qui existe et la nouvelle professeure avait de la difficulté à se faire à son nouveau style de vie. Bien sûr, l'école venait à peine commencer, elle devait aussi se laisser le temps de s'habituer, mais c'était... étrange.

Lentement mais sûrement l'école se réveillait et Aidrian décida qu'il était de retourner à l'intérieur, le déjeuner serait bientôt servi dans la grande salle et c'était le repas le plus important de la journée à ce que l'on racontait. Au moins il y avait cet avantage, la cuisine de Poudlard était toujours aussi bonne et diversifiée, avec ses deux travails, l'alchimiste n'aurait plus eu le temps de cuisiner de la bonne nourriture, au moins elle pouvait compter, elle n'était pas difficile en ce qui avait attrait à la nourriture, mais... Aidrian était très bonne cuisinière et très à l'aise financièrement, elle s'était donc habituée à des plats très poussés et de qualité, elle n'aimait pas trop quand elle tombait sur des choses de moindre qualité. L'école de magie rencontrait sans trop de problème ses critères, heureusement.

Flânant un peu avant d'arriver dans l'école pour profiter des dernières minutes de calme, 'Rian finit par se diriger vers la grande salle où le son des élèves surexcités en début d'année lui parvenait déjà à travers l'écho des corridors. Finalement, elle traversa les grandes portes, le plafond de la salle reflétant le ciel partiellement nuageux qu'il y avait à l'extérieur. Les tables des élèves se remplissaient vite et contrairement à ce que l'on pourrait penser, ils ne se plaçaient pas seulement par maison, ici et là des bleus avait rejoint des rouges, des verts avait rejoint des jaunes, des bleu parmi les verts. Un regard vers la table des serdaigles et Aidrian identifia rapidement l'élève qu'elle cherchait, Kennedy placotait joyeusement avec ses comparses de la même maison. L'envie lui prit d'aller voir la jeune fille pour prendre de ses nouvelles, mais la professeur se retint, de un, elle n'avait pas envie de se retrouver le centre de l'attention d'un groupe de jeune, de deux, elle ne voulait pas risquer attirer des moqueries sur Kennedy parce qu'un prof venait la voir dès les premiers jours d'école, même si elles se connaissaient depuis bien plus longtemps.

La grande salle était toujours aussi animé que dans ses souvenirs, sauf que contrairement au temps où elle avait été élève, elle ne s'assoyait plus à la table des serdaigles, mais plutôt en avant avec les professeurs, le point de vue sur la pièce était différent et légèrement déstabilisant. S'approchant de la longue table réservée au personnel de l'école, un grand sourire naquit sur son visage tandis que ses yeux identifiaient une autre connaissance de longue. Ludovic Descremps. Son meilleur ami pendant ses études et elle l'avait longtemps perdu de vue après son départ hâtif de Poudlard, le retrouver en tant que professeur dans l'école de magie avait été une agréable surprise. Ils avaient déjà pu parler un peu avant le début de l'année scolaire et l'arrivée des élèves, Aidrian étant arrivée en avance pour trouver ses repaires dans les sous-sols et ses nouveaux appartements. La nouvelle professeure de potion se dirigea vers le professeur de sortilège et se glissa dans le siège à côté de lui sans aucune gêne, bon peut-être un peu, elle n'avait pas encore retrouvé toute son aise avec lui, mais c'était toujours moins pire qu'avec de parfaits inconnus, comme la plupart des gens à la grande table.

« Bonjour Ludovic. C'est une belle journée qui s'annonce, non? » De simples salutations et des trivialités pour faire la conversation. Aidrian était souriante à côté de lui et tentait de ne pas penser à la journée de cours qui s'annonçait, elle n'était toujours pas très à l'aise devant une classe et ne savait pas si les élèves aimaient ses cours ou non. Bien sûr, l'alchimiste faisait de son mieux, mais elle manquait évidemment de confiance en elle.

Elle se servit un peu des divers plats qu'il y avait sur la table pour se faire une assiette complète avant d'apercevoir une nouvelle arrivée du coin de l'oeil, portant tout de suite son regard vers ce qui l'avait attiré. 'Rian identifia immédiatement la professeure d'étude des moldus, ses mouvements stoppant net l'espace d'un instant, ses yeux suivant l'épaisse chevelure blonde alors qu'elle allait s'asseoir plus loin. La nouvelle prof ramena rapidement son regard à son assiette avec seulement quelques fruits et cessa de se servir, visiblement gênée d'avoir fixé la professeure Rembrandt de la sorte, en plus l'autre professeure avait failli la voir faire, ce qui aurait été encore plus gênant. Aidrian sembla soudainement se souvenir qu'elle avait entamé la conversation avec Ludovic et tourna la tête vers lui.

« Mm, han? » fut sa seule expression incohérente pour signifier son retour à la réalité alors qu'elle retournait son attention sur le prof de sortilège.

Parlait-il? Si oui, qu'avait-il dit? Son cerveau n'avait absolument rien entendu de ce qui avait été dit, s'il avait parler. En fait, son cerveau n'avait rien enregistré depuis ses premières paroles à part l'arrivée de Salem Rembrandt.


___

But friendship is precious, not only in the shade, but in the sunshine of life, and thanks to a benevolent arrangement the greater part of life is sunshine.


Dernière édition par Aidrian Starkweather le Dim 16 Nov - 19:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 3272
Date d'inscription : 17/09/2014
Multicomptes : Minerva McGonagall
Caracteristique : Membre de l'Ordre du Phénix
MessageSujet: Re: Something old, something new   Sam 27 Sep - 0:25




Something old something new

Il y avait une pièce que Ludovic était le seul à connaitre. Du moins le pensait-il, car il n'y avait jamais vu personne. Ce n'était pas qu'il y allait souvent, à vrai dire c'était peut-être même la première fois qu'il la voyait, mais il était certain d'être le seul à la connaitre. Elle se trouvait quelque part au six ou septième étage, il n'avait pas fait très attention. Pas très loin du sommet du château c'était certain. En y pensant, elle était apparu un peu comme la salle sur demande, bien qu'il ne pouvait pas comparer n'ayant jamais réussi à trouver cette dernière. Peut-être que la salle sur demande était le fruit d'un sortilège de volumes raté ou bien tout simplement une légende, mais là n'était pas la question.

Il y avait donc cette pièce, à l'intérieur de laquelle se trouvait un grand mur, ou plutôt une colonne très carrée, et lui. A l'exception de la colonne au centre des lieux, il ne voyait aucune limite à la salle. Il n'y faisait pas très attention bien sûr, il trouvait seulement les lieux obscures et étrangement denses. Comme s'il s'était trouvé à l'intérieur d'un gigantesque animal dont la grande colonne était le cœur. Laquelle d'ailleurs aurait très bien pu être vivante qu'il n'en aurait pas été très étonné. Elle semblait dégager autant de magie qu'une créature de la forêt interdite, peut-être plus encore.  Elle était noire et lisse, luisante comme si un feu liquide la parcourrait en profondeur. Ludovic s'approcha. Ce n'était ni de la pierre, ni du métal; plutôt une sorte de verre fondu prisonnier d'un charme. Il leva la main et en frôla la surface. Cela s'agita comme s'il avait touché de l'eau et des ondes dorées se propagèrent sur la forme noire avec un bruit sourd. Ludovic toucha à nouveau la surface sans froidure ni chaleur et les ondes ne s'arrêtèrent pas d'aller et venir.

Il recula d'un pas lorsqu'une bulle commença à se former sur la colonne. Elle se faisait de plus en plus claire à mesure qu'elle s'élargissait, au point d'être devenue presque transparente lorsqu'elle s'éleva dans les airs devant lui. La pièce semblait avoir disparue, la colonne également, remplacée par une plaine au ciel argenté. Ludovic restait immobile, captivé par ce qui se produisait. La bulle se modifiait peu à peu, se divisait, devenue milles sphères translucides qui dansaient comme des planètes autour d'une forme lui évoquant de plus en plus un aigle. Soudain, Ludovic ressentit une profonde angoisse. Aussitôt, les sphères commencèrent à dévier de leurs orbites.

Elles se fracassèrent les unes contre les autres, faisant voler en tous sens une pluie de verre tranchant. Il voulut se protéger en levant les bras, mais ne fut pas assez rapide. Il sentit chaque fragment lui lacérer le visage, mais tint bon. La forme centrale redevint noire, commença à faire apparaitre des yeux, un front et une bouche grande ouverte sur de minuscules dents de fer plantées devant un gouffre sans fond. Des pics de verre déformèrent une seconde la tête hurlante, la teintant de rouille et de sang. Le visage brandit le point, ouvrit une main immense et se jeta sur lui dans un cri strident, droit vers le cœur.

Ludovic se réveilla en sursaut, le corps crispé, les yeux écarquillés, avec l'impression d'avoir une rangée de couteaux plantés dans la poitrine. Respirer lui faisait terriblement mal et il entendait un sifflement persistant lui vriller le crâne. Il parvint à lever une main pour se frotter le visage à la recherche de coupures, sentit qu'il n'avait rien. Il essaya encore de respirer, rien à faire. Le moindre mouvement de ses poumons déplaçait l'une des lames imaginaires. Il se recroquevilla, les bras serrés contre le torse et sanglota en silence dans son immense chambre vide.

Au bout d'une heure ou deux, Ludovic était enfin calmé. Respirait à nouveau normalement. Les yeux perdus dans le vague, il n'avait pas bougé. Fatigué. Il lui fallut encore une bonne demi-heure pour réussir à se lever.

Il alla à la fenêtre et l'ouvrit. Il faisait encore nuit, on devinait à peine la silhouette sombre de la forêt interdite. Il prit une grande bouffée d'air gelé, les yeux clos. Dehors, une aube grise commençait à se hisser au-dessus de l'horizon.

Ludovic se réveilla au pied de la fenêtre. Endoloris d'être resté allongé sur la pierre froide. Il se leva avec peine, se frotta les yeux pour en chasser tant bien que mal les traces de sommeil. Puis il alla lentement chercher ses affaires pour s'habiller. La chemise, le pantalon... petit à petit il devint un peu plus présentable. Il termina en s'ébouriffant les cheveux après un petit sort de rasage et quitta sa chambre.

Il pensait être en retard pour le petit déjeuner, étrangement, ce fut l'inverse. Il n'était pas le premier, d'accord, mais il put aller s'asseoir bien avant que la grande salle ne commence à se remplir de façon un peu trop sérieuse. Il alla s'installer discrètement à sa place. Pas assez discret apparemment.

– Mal dormit ? demanda un professeur qu'il ne prit même pas le temps d'identifier.

– Non pourquoi ? J'ai un épi ? répliqua-t-il du tac-au-tac d'un ton surpris, mettant fin à la conversation.

Il s'installa devant son assiette vide et jeta un coup d’œil à son reflet dans les couverts brillants. Il ne se trouvait pas l'air fatigué, ça passerait bien.

Les élèves arrivèrent par petits groupes et les professeurs un par un. Ludovic commença à discuter avec son unique voisin sans trop y penser. Il rigola à une de ses blagues, parla de quelques répliques idiotes qu'il avait entendu pendant ses cours. L'habituel en somme. Les plats apparurent enfin sur les tables et il put se servir une grande coupe de café qui finit de le réveiller. Il allait reprendre sa conversation lorsque la chaise, encore inoccupée, à côté de lui trouva une propriétaire.

« Bonjour Ludovic. C'est une belle journée qui s'annonce, non? »

L'intéressé tourna la tête et se fendit d'un grand sourire.

— Hey Drian ! s'exclama-t-il. Tu tombe bien, on était en train de parler des catastrophes provoquées par les premières années, tu dois en avoir un rayon dans ta salle de potions. Ils sont mignons, mais qu'est-ce qu'ils sont distraits.

Il arrêta bien vite de parler, Aidrian ne faisait pas du tout attention à lui. Elle regardait quelque chose à l'autre bout de la table. Ludovic avala un morceau de bacon qui passait sous sa fourchette et se pencha pour voir ce qui captivait tant sa vieille amie. Apparemment, c'était Salem Rembrandt, ça ou bien une nouvelle passion pour les gargouilles biscornues de Poudlard. Il tourna la tête vers sa voisine, posa son coude sur la table et sa tête dans sa paume.

— Aidrian... fredonna-t-il en agitant sa main libre devant les yeux de la jeune femme.

Il parvint enfin à attirer son attention et lui lança un sourire amusé qui en disait long.

— Un soucis ? demanda-t-il d'un ton mielleux.





Dernière édition par Ludovic Descremps le Mer 29 Oct - 2:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1414
Date d'inscription : 15/07/2014
Multicomptes : J.B.
Caracteristique : Directrice des Serpentards et professeur de potion
MessageSujet: Re: Something old, something new   Mar 30 Sep - 4:25

Something old, something new
Première semaine septembre, Grande salle

Mouais... Aidrian avait été plutôt impolie à commencer une conversation avec Ludovic puis se laisser aussi facilement distraire par l'image furtive qu'elle avait aperçu du coin de l'oeil. Par contre, elle ne pouvait pas s'en empêcher même si jusque là, 'Rian avait réussi à rester discrète, depuis la première fois qu'elle avait poser ses yeux sur Salem Rembrandt, elle n'avait pas été capable d'empêcher son regard d'aller vers elle à chaque fois qu'elle se trouvait dans la même pièce qu'elle. Pas seulement ça, mais sa concentration diminuait drastiquement et elle n'était plus du tout capable de garder son attention sur une seule chose. Dire que la sang-pur lui faisait de l'effet était un véritable euphémisme et à son grand dam Ludovic devait venir de s'en rendre compte... Ce qui n'était pas forcément une bonne chose quand on le connaissait aussi bien qu'Aidrian le connaissait. Bien sûr, les deux amis venaient tout juste de se retrouver après des années de séparation, alors peut-être que les choses seraient différentes? Aidrian ne pouvait pas prétendre le connaître aussi bien qu'auparavant.

Si au moins elle avait pu prêter juste un peu l'oreille à ce qu'il avait, elle aurait pu prétendre qu'elle écoutait au moins, par contre là absolument rien ne lui revenait... Elle se mordilla la lèvre en cherchant une réponse appropriée à la question que lui avait posé Ludovic, retenant à peine le rouge qui lui montait aux joues. Elle se racla la gorge une première fois, puis une deuxième dans l'espoir de se gagner un peu de temps, mais rien ne lui venait, malgré tout son savoir, et cette expression sur le visage de son ami. L'alchimiste était vraiment prise au piège. La question était maintenant de savoir si elle devait tenter d'éviter le sujet de sa distraction ou simplement l'affronter de face en faisant comme si ce n'était pas grand chose. Par exemple, Aidrian détestait tous types d'affrontement, quel qu'il soit, alors la réponse était facile. Elle cligna des yeux à plusieurs reprises, comme sortant d'une transe ou un profond sommeil, puis elle lança son plus beau sourire au professeur de sortilège.

« Ah non, tout va bien, pourquoi tu demandes? » Son plus visage d'ange et de parfaitement innocent faisait face à Ludovic, la vendant malgré elle. « Je... pensais à la journée à venir et... les cours! » Mensonge et Aidrian était une menteuse très mauvaise, pour ne pas dire qu'elle en était tout simplement incapable, pourquoi se donnait-elle même la peine d'essayer? « Euh... Tu disais? Je crois que je n'ai pas trop suivi, excuse-moi. »

Retournant son attention à la table de victuaille, elle avança un bras pour prendre les mêmes fruits qu'elle avait déjà dans son assiette, sans vraiment s'en rendre compte et une tranche de pain avec de la confiture, son regard s'échappant furtivement vers la blonde installé à l'autre bout de la table du personnel malgré elle. Décidée à reprendre le contrôle de son corps, Aidrian tourna la tête pour faire complètement face à Ludovic, comme ça, pas de chance qu'elle soit distraite par l'autre femme à qui elle n'avait même pas osé adresser la parole jusque là. Enfin, c'est ce qu'elle espérait. Elle devait par exemple faire face à Ludovic. Mmm, la fuite pouvait peut-être être une option?

« Je pense que je ne pourrai pas rester très longtemps, j'ai... j'ai... euh, des... trucs à, » elle bégayait à force de trouver une histoire, une excuse à donner, se mordillant honteusement la lèvre inférieure et descendant son regard vers son assiette, se demandant comment autant de fruits avaient pu y atterrir. Ses joues prenant une teinte rosée à cause de sa gêne. « À préparer pour mes cours. »

Sa voix était petite, diminuée, typique des situations où elle n'était pas à l'aise et ce genre de situations arrivaient assez rarement en présence de Ludovic, même après toutes ses années. Il verrait directement à travers son jeu.


___

But friendship is precious, not only in the shade, but in the sunshine of life, and thanks to a benevolent arrangement the greater part of life is sunshine.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 3272
Date d'inscription : 17/09/2014
Multicomptes : Minerva McGonagall
Caracteristique : Membre de l'Ordre du Phénix
MessageSujet: Re: Something old, something new   Dim 5 Oct - 16:33




Something old something new

Il était assez surprenant de voir à quel point les sourires de Ludovic pouvaient être grand, mais là, il battait des records. Plus Aidrian bafouillait et devenait mal à l'aise plus ses lèvres s'étiraient en direction de ses oreilles. Il se retint d'éclater de rire à grand peine. Décidément, elle n'avait pas changée. Toujours aussi réservée et prête à se fermer comme une huitre au moindre problème, même avec lui. Enfin, il espérait que ce n'était pas plus qu'au bon vieux temps. Si ? Cette idée le fit s'assombrir une seconde. Et si elle était devenue avec lui aussi méfiante qu'avec les inconnus ? Cela faisait si longtemps qu'ils ne s'étaient pas vu ou même écrit, comment savoir ce qui lui passait par la tête maintenant ? Est-ce qu'il avait tant changé lui aussi pour qu'elle ne le reconnaisse plus ?

Ludovic se rassura lorsqu'elle commença à lui mentir. Au moins une chose qui ne changerait jamais. C'était toujours aussi peu glorieux, il n'était pas difficile de lire en elle comme dans un livre ouvert. Comment s'était-elle débrouillée sans lui pour raconter un bobard crédible dans les coups durs ? Il l'écouta poliment, hochant la tête comme s'il la croyait. D'un air très sérieux, trahit par son regard moqueur. Pour être exact, ça n'était pas tout à fait moqueur, moqueur c'était presque méchant pour Aidrian, cela aurait voulu dire qu'il la trouvait ridicule. Il ne se moquait pas d'elle, il la trouvait juste touchante, rigolote, elle même. Comme un frère regarde une petite soeur qui vient de découvrir une théorie farfelu pour expliquer la pluie.

— Oui bien sûr, les cours, fit-il d'un air entendu. C'est tellement captivant les cours.

Il se tourna une nouvelle fois pour jeter un coup d'oeil à la professeur d'étude des Moldus. Prenant soin d'être tout sauf discret. Il regarda à nouveau Aidrian qui lui faisait face complétement. C'était presque perturbant, il la trouvait drôlement proche de lui. Il fit comme si de rien n'était. Il n'avait pas à s'inquiéter d'une telle proximité. La professeur de Potions voulut profiter de sa brève distraction pour s'enfuir.

— On ne prépare pas ses soi-disant cours le ventre vide, répliqua-t-il sans pitié. Mange, c'est un ordre. Ce serait dommage d'avoir mis autant de choses dans son assiette pour ne pas les terminer.

C'était lui qui disait ça ? Alors qu'il n'avait jamais terminé un repas depuis le début de sa scolarité ? Il avait le droit, c'était Aidrian qui était gênée et pour une fois qu'il pouvait le dire il n'allait pas s'en empêcher. Il lança un regard en coin à son voisin, il semblait s'être désintéressé de la conversation. Tant mieux, il n'allait pas non plus mettre son amie plus mal à l'aise en public, enfin pas tout de suite.

— Mon sens aiguë de l'observation me dit que quelqu'un ici te fait de l'effet et je crois savoir de sources sûres que ce n'est pas moi. McGonagall peut-être ? J'ai toujours trouvé qu'elle avait l'air un peu sec, mais après tout, tu fais comme tu veux... Je me demande ce que Jon en pensera.

L'intéressé était assis à côté de sa femme, un peu loin, mais en parlant assez fort il pourrait lui poser la question et avertir le reste de la table en même temps. Il ne le ferait pas bien entendu, c'était cruel et ça n'était plus son genre, mais il avait bien besoin de se changer les idées et taquiner Aidrian était un sport très agréable. Il la regarda, elle avait l'air dans tous ses états, le rose aux joues lui allait bien. Il ne se souvenait pas l'avoir déjà vu aussi honteuse, c'était assez spectaculaire. Allait-elle battre un record ?

— En tout cas, moi, je trouve ça très intéressant.

Inutile d'en dire plus pour lui faire comprendre qu'il n'en démordrait pas avant d'avoir obtenu tous les détails, de grès ou de force.





Dernière édition par Ludovic Descremps le Mer 29 Oct - 2:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1414
Date d'inscription : 15/07/2014
Multicomptes : J.B.
Caracteristique : Directrice des Serpentards et professeur de potion
MessageSujet: Re: Something old, something new   Mar 28 Oct - 7:23

Something old, something new
Première semaine septembre, Grande salle

Elle parlait, bafouillait, marmonnait, bégayait et à aucun moment Aidrian n'améliorait sa situation, il y avait peut-être longtemps qu'elle n'avait pas fréquenter Ludovic, mais elle pouvait toujours lire certaines de ses expressions sans problème. D'ailleurs, malgré son air sérieux, la professeure voyait très bien son regard, il se riait d'elle, il voyait clairement dans son jeu et malgré tout il la laissait continuer à patauger comme une idiote à espérer de se sortir des eaux troubles dans lesquelles elle se trouvait. Évidemment, elle ne faisait aucun effort pour arrêter, comme si par miracle elle pourrait se dérober à la curiosité de Ludovic, mais elle savait déjà que c'était futile. Jamais. Au grand jamais. Aidrian Starkweather ne pourrait jamais se dérober à la curiosité de Ludovic Descremps, malgré les années de séparation, certaines choses ne changeaient pas et même si tout était ancien c'était à la fois nouveau, mais 'Rian ressentait cette même proximité qu'autre fois, même si les choses avaient bien changer malgré tout.

Dès que Ludovic releva son commentaire sur les cours, l'alchimiste se mit à rougir, d'abord une petite teinte rosée sur ses joues, visiblement gênée et sachant qu'elle était prise au piège, puis elle prit un couleur plus vive quand il regarda sans aucune gêne la jeune femme qui perturbait tant la nouvelle professeure. Aidrian aurait sauter sur son vieil ami pour l'empêcher d'agir ainsi, si cela n'aurait pas risquer d'attirer l'attention de la belle ou des autres personnes autour. Non, au lieu de ça, la femme décida plutôt de tenter de se dérober, simplement partir, s'éclipser, mais évidemment, Ludovic la rappela rapidement à l'ordre.

« C'est toi qui devrait apprendre à terminer ton assiette, traître, » Aidrian se voulait vengeresse par ses paroles, mais non, elle n'y arrivait pas malgré sa gêne apparente, retrouver Ludovic la faisait sourire et lui rappelait des bons souvenirs, même s'il y avait eu des querelles et des divergences d'opinion à l'occasion, son vieil ami n'évoquait que des souvenirs heureux pour la sorcière.

'Rian se tourna vers son assiette qu'elle observa en se demandant comment toute cette nourriture avait fait pour y atterrir, en double même. Elle avait été distraite à ce point? Involontairement – ou peut-être consciemment involontaire? - la directrice des serpentards jeta un nouveau regard en coin vers la jeune Rembrandt. Salem lui tournait le dos, mais cela ne réduisait en rien l'effet qu'elle avait sur l'alchimiste. Au contraire, le fait qu'elle ne puisse pas être repérée ne faisait que l'inciter à regarder un peu plus longuement, observant avec attention les longs cheveux d'or qui semblait aussi soyeux que de la soie et qu'elle aimerait bien vérifier par elle-même, puis le dos qui semblait assez fort, puis il y avait ses hanches fines et juste un peu plus bas... son joli... euh, ses élégantes longues jambes, c'est ça! Enfin, la prof d'études moldues avait tout pour distraire sa nouvelle collègue, mais l'attraction qu'exerçait la jeune sorcière sur Aidrian était anormalement puissante, parfois 'Rian se demandait si quelqu'un n'avait pas glissé un philtre d'amour dans l'un de ses repas. Par contre, si cela avait été le cas, elle se serait rendue compte des effets secondaires.

Les paroles de Ludovic la tirèrent abruptement de sa contemplation des courbes exquises de la blonde et elle retourna sa tête vers lui avec un regard de pur panique. Non! Il n'était pas sérieux quand même? Il disait n'importe quoi? Pas vrai? D'un coup, le sang semblait marteler ses tempes tandis que son cœur s'affolait, mais pas aussi subtilement que lorsqu'elle reluquait la professeur d'études moldues, ni pour les mêmes raisons.

« McGo... Non! » Elle s'était exclamée plus fortement que voulu et rapidement elle baissa la tête en même temps que son ton. « Jamais! Il n'y a aucune chance que ça se produise et puis elle me fait peur. Ce n'est pas elle du tout que je regar- » Elle s'arrêta abruptement ouvrant de grands yeux et devenant rouge pivoine.

Aidrian était bêtement tombée dans le panneau que lui avait tendu Ludovic, en quelque sorte. Elle venait de lui dire à voix haute qu'elle regardait justement quelqu'un. D'ailleurs, si elle ne pouvait pas devenir plus rouge, la couleur s'étendant de son cou jusqu'à la racine de ses cheveux, la professeur de sortilège ne pouvait probablement pas être plus amusé.

« Je te jure! Si tu en parles à Jon, je... je-je-je-je... Je te fais devenir mauve encore une fois! » Pas la meilleure des menaces, mais au moins elle a trouvé quelque chose pour compléter sa phrase, menacer les gens n'avait jamais été sa spécialité, tout comme les cours de défense ou de duel... Par contre sur une note plus sérieuse, elle ne voulait vraiment pas que Jon l'apprenne, après tout, ce dernier travaillait avec la professeur Rembrandt depuis quelques années maintenant et ça la gênerait s'il l'apprenait, déjà qu'elle ne voulait pas que Ludovic le découvre.

Après tout, c'était rêver que de penser qu'elle pouvait avoir une chance avec une sang-pur d'une famille aussi prestigieuse que les Rembrandts. Elle devait être hétérosexuelle jusqu'aux oreilles et fière de son sang-pur et vouloir le promouvoir et ne jamais penser à autre un compagnon potentiel qu'un sang-pur noble et... Et elle était vraiment adorable. Oui, bon, Aidrian était probablement complètement sous le charme de la sorcière blonde, donc elle resterait loin. Ça lui éviterait d'avoir le cœur brisé par de faux espoirs.

« Très bien Ludo... Je t'en parle si tu ne dis rien à Jon? C'est entre nous deux et seulement nous deux. Personne d'autre, compris? » Pas qu'elle avait peur que Ludovic aille le crier sur les toits, mais... Le fait qu'elle voulait tellement le garder secret révélait en soi à quel point elle était attirée. « C'est depuis la réunion des profs, la toute première, avant que l'école commence. Je l'ai vue là et depuis j'arrive plus à me l'enlever de la tête et quand elle se trouve dans la même pièce... C'est pire, mais c'est probablement futile, je n'ai jamais eu de chance dans ce domaine, elle est probablement hétéro et en plus avec son sang-pur, je n'ai aucune chance alors voilà. Tu sais tout. »

Bien des descriptions, mais aucun nom de cité, un oubli volontaire ou involontaire? Eh, malgré son incompétence totale pour mentir, Aidrian savait quand même très bien comment tourner autour du pot ou encore le contourner habilement pour éviter d'entrer dans le vif du sujet. Jugeant le sujet comme clos, ou peut-être plus l'espérant, elle se tourna vers son assiette, non sans un regard vers sa si jolie collègue qu'elle put voir avait pris place à la grande table, et prit un quartier d'orange.

« Sinon, toi tu t'adaptes bien à l'école? » Changement de sujet, c'était parfait pour faire oublier toute cette histoire de personne attirante...


___

But friendship is precious, not only in the shade, but in the sunshine of life, and thanks to a benevolent arrangement the greater part of life is sunshine.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 3272
Date d'inscription : 17/09/2014
Multicomptes : Minerva McGonagall
Caracteristique : Membre de l'Ordre du Phénix
MessageSujet: Re: Something old, something new   Mer 29 Oct - 5:08




Something old something new

Ludovic se retint de justesse d'éclater de rire en voyant sa voisine virer au rouge tomate après sa tentative pour lui prouver qu'elle n'était pas intéressée par la vieille chouette qui se transformait en chat. Tout ça pour finalement tomber dans le piège énorme qu'il lui avait tendu. C'était vraiment trop facile, il la connaissait trop bien. Elle tenta alors de le menacer pour qu'il ne répète rien à Jon et la seule idée d'être à nouveau violet à l'infirmerie élargit un peu plus le sourire du professeur de sortilèges. C'était un de ces bons moments qu''il aurait bien aimé revivre s'il avait eut à recommencer, mais Aidrian ne lui ferait jamais quoi que ce soit volontairement.

Après un petit moment de silence au cours duquel il lança un nouveau regard du côté de ceux qu'avait eut son amie, il fit en sorte de retrouver son sérieux, voyant que sa voisine prenait le ton des confidences. Il se traça une petite croix sous la clavicule du bout de l'index. Non, bien sûr qu'il ne le répéterait pas. Elle parlait quand même à sa boite à secrets. C'était comme avant ça, n'est-ce pas ? Il l'écouta avec attention parler pour tout et ne rien dire. Gêne, inquiétudes, cette lueur dans les yeux, cette urgence dans la voix comme si elle craignait qu'on la surprenne... aucun doute, elle était belle et bien amoureuse.

Ludovic tourna la tête et regarda vers le bout de la table. Il cherchait une femme sang pur. Il s'était un peu renseigné sur les professeurs avant d'arriver, des sangs purs il n'y en avait pas beaucoup, des femmes encore moins et des femmes dans son champ de vision une seule ; Salem Rembrandt. Oui, elle était plutôt jolie. Pas vraiment son genre quand même. Un peu trop... pas assez... enfin, il n'était peut-être pas très impartial. C'était donc ça les goûts d'Aidrian ? Il regarda la professeur d'étude des moldus d'un air distrait. C'était différent maintenant qu'il le voyait en vrai, sur le papier d'une lettre cela lui avait semblé si peu concret. Il baissa les yeux pour regarder les aliments sur la table. C'était idiot, il aurait dut être content pour elle.

Il sortit de ses pensées et tourna la tête vers sa voisine lorsqu'elle lui posa une question. Il ne lui en voulut pas de dévier la conversation, lui aussi avait besoin de penser à autre chose pour l'instant. Il ouvrit la bouche pour répondre à la hâte, mais se retint. Elle aurait put trouver ça bizarre s'il avait accepté de passer à autre chose si facilement.

— N'essaye pas de changer de sujet, fit-il en fronçant légèrement les sourcils.

Il but un peu de café et jeta un coup d'oeil en coin à la blonde en bout de table. Elle avait l'air agréable, il était trop loin pour avoir l'un de ses fameux "pressentiments", mais elle ne lui faisait pas l'effet d'une psychopathe pour autant. Peut-être était-elle aussi gentille et réservée qu'Aidrian ou au contraire extravertie à l'extrême ce qui n'aurait pas fait de mal à sa voisine. Sportive ? Artiste ? Ancienne-rebelle ? Fille modèle ? Il n'y avait pas tous les détails dans sa biographie et puis il n'y avait pas fait attention, comme toujours. Mis à part le nom, le sang et la fonction il n'en savait pas grand chose. Il reporta son attention sur son assiette, regarda celle de sa voisine et lui piqua un fruit tandis qu'il acceptait de lui donner un peu de répits.

— Oui, pour moi ça va. Je n'ai pas trop oublié le décor et les élèves m'ont l'air plus attentifs qu'à notre époque. J'ai discuté... enfin écouté Jon à la rentrée, il n'a pas trop changé. Je ne suis pas encore passé à la bibliothèque par contre, il ne faudrait pas que je tarde et je voulais faire un tour à Pré-au-lard ce week-end. J'ai déjà certaines têtes connues et les autres sont plutôt sympa si on oublie le prof de Défense contre les forces du mal.

Il fouilla une seconde dans l'assiette de sa voisine à la recherche d'un grain de raisin. C'était la saison alors pourquoi s'en priver ? De toute façon il y avait de quoi nourrir une armée. Il en trouva un qui semblait avoir perdu sa grappe et l'avala. Petit coup d'oeil vers le bout de la table et il recommença à chercher de quoi petit déjeuner.

— Tu sais, lança-t-il en se redressant tout à coup pour regarder Aidrian avec tout le sérieux du monde. Je me suis dis que ça serait une bonne idée de prendre... le thé avec les autres pour faire connaissance. Il se laissa basculer contre le dossier de son siège, complétement avachi. J'ai déjà Alice Hudson qui m'a invité, je pense que je pourrais le proposer à Rembrandt. J'imagine qu'on pourrait parler non sorcier, je connais pas mal de truc sur le sujet. Après... Il se pencha vers sa voisine d'un air entendu. Tu sais comment c'est, la conversation pourrait dévier et peut-être que je pourrais apprendre deux ou trois choses utiles pour toi.

Sa proposition terminée, il se dressa une nouvelle fois et reprit sa place contre le dossier, occupant un maximum d'espace. Il but encore un peu de café, jetant un nouveau regard vers la blonde en bout de table. Il pouvait faire ça pour Aidrian, jouer le rôle du grand frère et faire l'entremetteur. Cela lui permettrait de voir si cette sang pure était digne de son phénix.




___

Notre intellect est vain
Pour tout ce qui est proche ou présent ; et si nul ne vient nous parler, nous ignorons tout de l'état humain.
by Wiise
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1414
Date d'inscription : 15/07/2014
Multicomptes : J.B.
Caracteristique : Directrice des Serpentards et professeur de potion
MessageSujet: Re: Something old, something new   Lun 3 Nov - 22:44

Something old, something new
Première semaine septembre, Grande salle

Le sourire amusé, heureux de Ludovic était un véritable intimidateur pour 'Rian, même s'il restait gentil. Elle ne parlait pas beaucoup en général de ses problèmes de cœur, la nature de ceux-ci ayant été si longtemps mal vu par les gens, Aidrian n'était pas habituée de s'exposer et même si c'était Ludovic. Ça restait gênant, juste lui écrire la lettre pour lui apprendre, parce qu'à l'époque l'alchimiste ne se serait jamais vu lui cacher quelque chose, lui avait demandé énormément de courage. C'était un sujet tabou en 58 et les personnes qui s'affichaient ouvertement étaient généralement ridiculiser, dans le meilleur des cas. Cette mentalité affectait encore Aidrian aujourd'hui, elle se cachait encore et les rendez-vous arrangés par sa mère lui servaient d'excellentes excuses. Alors en parler avec Ludovic dans une salle bondée... c'était tout un défi, mais en même temps. Il y avait cette facilité d'antan qui n'avait pas été effacée malgré les années de séparation.

N'empêche quand Ludovic lui interdit de changer de sujet, 'Rian rentra la tête dans les épaules comme un enfant fautif et lança un regard pour implorer sa clémence, ses yeux semblable à ceux d'un chien battu, en général il ne résistait pas longtemps à ce regard, mais peut-être qu'il avait réussi à se bâtir une certaine endurance avec le temps. Elle l'observa presque avec peur regarder la femme qui la perturbait profondément, se fichant complètement du fait qu'il pige dans son assiette Aidrian attendit que le verdict tombe et finalement, Ludovic l'a laissa échapper à ses tourments, même si le prof de sortilège en évoquait d'autre, involontairement.

« Le professeur O'Leary... » Sa voix avait baissé d'un ton, mais cette fois-ci, elle sonnait beaucoup plus minable et non stressé. Ludovic n'était pas le seul à avoir des problèmes avec ce professeur. O'Leary était tombé deux ou trois fois sur Aidrian et aucune de ces fois, il n'avait été agréable. Il faisait peur à la nouvelle prof. « Je crois qu'il n'aime pas vraiment les gens... » Sa voix restait très diminuée, signe immuable de sa peur... « Enfin, il doit avoir ses raisons. » Malgré tout Aidrian tentait de rester compréhensive et ouverte d'esprit, elle était trop gentille pour son propre bien.

Elle s'emmura un peu dans le silence prenant une galette d'avoine, jouant plus avec qu'elle ne la mangeait. À la fois un peu déprimée par le comportement du prof de D.F.C.M. et aussi incessamment distraite par la blonde à l'autre bout de la table, elle ne porta qu'une oreille distraite à ce que lui racontait Ludovic. Enfin, jusqu'à ce qu'il prononce le nom de Rembrandt, elle tourna un regard presque paniqué vers son vieil ami. Non! Il... Il... Il ne ferait pas ça, non? Pitié! Non! La réaction fût instantanée, l'alchimiste agrippa la main de Ludovic et s'assura d'avoir toute son attention.

« Ludovic, vraiment, c'est pas nécessaire. Ça en vaut pas la peine. Les Rembrandt sont... C'est une famille de sang-purs, elle n'aura probablement rien à faire de moi et... et... Avec le scandale de mon arrière grand-père... Les sang-purs nous méprisent encore, donc vraiment... Lulu, laisse tombé. »

Son regard était redevenu implorant, la simple idée d'abordé Salem glaçait le sang de l'alchimiste. Tous les pires scénarios se déroulaient dans sa tête. Elle se disait qu'elle préférait regarder Salem de loin, ça lui passerait sûrement et elle ne souffrirait pas de cette façon. C'était la meilleure option... n'est-ce pas? C'est ce que son esprit rationnel lui répétait sans cesse et aussi sa peur d'avoir mal, par contre son côté irrationnel lui répétait sans cesse 'et si' cette petite possibilité d'un futur possible, même si une autre peur entrait en scène à ce moment-là, celle de voir ses espoirs brisés par la perte d'une personne qui pourrait lui être chère. Aidrian ne savait même pas que cette peur existait en elle parce que ces racines remontaient à il y a pas mal de temps, à la perte de son père et la disparition de l'ami à ses côtés...

« Au mieux, je pourrais peut-être devenir amie avec elle... » L'optimisme intuable d'Aidrian parlait en même temps qu'elle se mettait à mordiller sa lèvre inférieure, stressée à la simple idée d'aborder cette jolie blonde, ce n'était pas un truc facile à faire. Quand elle reprit la parole, sa voix avait retrouvé le ton des confidences tandis qu'elle approchait son visage très près de celui de Ludovic. « Il y a tellement trop de critères à rencontrer pour que j'aille une chance avec elle. Elle n'a probablement même pas les mêmes préférences que moi alors... » Elle se voulait défaitiste, s'empêcher de penser à ce qui serait possible, pourtant, il y avait de l'espoir dans sa voix.

Elle se mordilla la lèvre inférieure et son visage rosit.

« Je suis capable de rencontrer des gens toute seule de toute façon. » Une courte pause. « Tu crois que tu serais capable de dénicher des informations pour moi? »

Aidrian livrait une bataille perdante contre elle-même...


___

But friendship is precious, not only in the shade, but in the sunshine of life, and thanks to a benevolent arrangement the greater part of life is sunshine.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 3272
Date d'inscription : 17/09/2014
Multicomptes : Minerva McGonagall
Caracteristique : Membre de l'Ordre du Phénix
MessageSujet: Re: Something old, something new   Mar 4 Nov - 20:01




Something old something new

Un petit air attendrit s'installa sur le visage de Ludovic lorsque Aidrian tenta sa botte secrète - ou presque- des yeux de cocker. Il s'efforça de ne pas la regarder pour ne pas se faire avoir. Ce n'était pas encore aussi irrésistible que le charme des vélanes, mais pas loin. S'il se laissait faire avec ces yeux là elle aurait bien réussi à lui faire changer de sujet pour de bon et c'était tout à fait hors de questions. Le professeur de sortilèges fronça les sourcils lorsqu'il remarqua le brusque changement d'attitude de sa voisine alors qu'elle parlait de la fameuse peau de vache de D.C.F.M. Il s'était arrêté une seconde de fouiller dans sa nouvelle assiette, sens en alerte rouge. Mâchoires crispées, il chercha une seconde l'homme en question et lui jeta un regard noir. Il n'avait quand même pas osé s'en pendre à l'alchimiste ? Il en était bien capable. Ludovic allait ouvrir la bouche pour demander plus de détails après avoir passé en revu plusieurs scénarios de vengeance croustillants, mais en voyant sa voisine renfermée dans son silence il préféra s'en empêcher. Il fallait mieux lui changer les idées.

Elle lui agrippa soudain la main lorsqu'il eut terminé sa proposition et il leva les yeux vers elle, légèrement crispé, mais surtout inquiet de cette subite réaction. Il détourna le regard deux ou trois fois alors qu'elle lui rappelait la situation des Rembrandt et leur statut de sang. Il se rappela à l'ordre autant de fois, mais fini par céder et regarder en direction de la blonde à l'autre bout de la table pour avoir l'air occupé. Il se frotta l'oreille de sa main libre, clairement mal à l'aise. Lorsque son amie eut fini de se démoraliser à voix haute, il se racla distraitement la gorge et regarda devant lui, le visage perplexe.

— Tu sais ce que je pense de ces histoires de sang, tout ce qui compte c'est le caractère. Tout comme tu as des Serpentards discrets et des Serdaigles mauvais élèves.
Bien sûr, il ne se citait absolument pas.

Sa voisine termina par deux petites phrases contradictoires, faisant réapparaitre le sourire du brun en deux temps trois mouvements. Elle était vraiment amoureuse pour ne l'avoir même pas écouté. Il leva une seconde la main pour se frotter une nouvelle fois l'oreille, s'arrêta de justesse pour remplacer cette mauvaise habitude par une légère grimace. Il la retrouvait pour découvrir qu'il était devenu parfaitement invisible en comparaison de cette prof d'étude des moldus, il avait un peu de mal à décider de comment le prendre. Il n'aurait plus manqué que ce soit la même chose pour Jon avec sa femme et l'ancienne tête brulée n'aurait plus eut qu'à tenir la chandelle. Il eut un léger reniflement agacé et essaya de ne pas répondre de façon trop abrupte.

— Oui, je devrais pouvoir essayer. Il tourna la tête vers elle, l'air soudain très sérieux. Mais je te préviens, je ne t'écouterais pas si tu viens me dire dans une semaine ou un mois que tu veux que j'arrête. C'est clair ?

Il la fixa une seconde pour s'assurer que ça le soit et changea de regard pour en prendre un nettement plus doux. Il hésita un petit moment, ayant l'air de ravaler ses mots plusieurs fois et finit par se lancer, en faisant de son mieux pour que son ton ne la fasse pas fuir.

— Que ce soit ça ou pour n'importe quoi... si O'Leary... qui que ce soit s'en prends à toi, ou que sais-je, tu peux me le dire. Je ferais toujours tout pour t'aider.

Un silence. Il savait bien que parfois, en essayant de faire bien il ne faisait qu'empirer la situation, mais ça n'était pas une raison pour abandonner les autres. Il avait fini par le comprendre et il ne voulait plus la laisser derrière lui sans prévenir, maintenant qu'il était là il lui devait bien ça.




___

Notre intellect est vain
Pour tout ce qui est proche ou présent ; et si nul ne vient nous parler, nous ignorons tout de l'état humain.
by Wiise
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1414
Date d'inscription : 15/07/2014
Multicomptes : J.B.
Caracteristique : Directrice des Serpentards et professeur de potion
MessageSujet: Re: Something old, something new   Lun 10 Nov - 8:33

Something old, something new
Première semaine septembre, Grande salle

Un lent sourire étira les lèvres d'Aidrian après sa soudaine panique. Les paroles de Ludovic étaient comme un baume apaisant sur l'esprit. Il se fichait des histoires de sang, un débat stupide, mais millénaire dans le monde sorcier et il le disait avec une telle assurance qu'elle en devenait contagieuse. Si tout le monde pouvait être comme lui, enfin, pas complètement comme, juste sur ce point parce que plusieurs Ludovic Descremps et ça serait probablement la fin du monde. Et des bibliothèques, mais ça c'est une autre histoire. Un élan d'affection empli Aidrian pour cet homme qui lui avait tant manqué des années durant, même si ses paroles ne changeaient rien à la réalité, elles rappelaient à l'alchimiste que ce n'était pas tout le monde qui était ancré dans les même mœurs que leur entourage. On pouvait trouver des fauteurs de troubles dans les endroits les plus improbables, mêmes choses pour les gens plus sages et doux.

Elle regarda son ami de longue date qui était toujours aussi amusé par la situation, par Aidrian et malgré la gêne qui naissait en elle, une envie irrépressible de le prendre dans ses bras la saisit, mais comme elle n'osait pas faire une telle chose en public, elle se contenta de glisser une main dans celle énorme et chaude de Ludovic. C'était plus discret, mais pouvait convier tout aussi bien les sentiments. Affection, remerciement, confiance, aisance, soulagement, tendresse... Un petit geste, mais qui signifiait beaucoup et évitait à l'alchimiste de devoir parler. Puis elle devint plus sérieuse tandis qu'il posait ses conditions pour l'aider. Oui, elle comprenait très bien et prenait le temps de bien réfléchir à ce qu'il lui offrait... Si elle n'essayait rien, elle n'obtiendrait rien, c'était une valeur sur avec un zéro on obtenait toujours un zéro. Si elle prenait le risque d'y ajouter une donnée... Au pire, elle serait de retour à la case départ, non, ce n'était pas vrai, elle serait fixer et pourrait simplement passer à autre chose. De toute façon, jamais elle n'aurait le courage d'aborder la femme qui la distrayait sans cesse sans un peu d'aide.

« C'est clair. De toute façon, je crois que sans ton aide, » un regard à la magnifique blonde, « sans ton aide, je ne vais jamais rien oser et simplement devenir folle. »[/color] Il n'y avait pas grand chose de plus à dire, c'était la vérité pure et simple. « Alors, s'il te plaît, aide-moi? Je ne te demanderai pas d'arrêter, peu importe à quel point cela me me démange de le faire. » Voilà, c'était dit. Par contre sur une dernière pensée, elle ajouta : « Mais soit discret, par pitié! »

Hmpf! Demander à Ludovic d'être discret... Autant essayer de lancer un verre d'eau pour éteindre le soleil et Aidrian le savait, mais elle n'arrivait pas vraiment à penser clairement quand le sujet concernait la professeure Rembrandt. Ç'aurait été plus intelligent de demander à Jon, il travaillait avec elle depuis quelques années maintenant. Par contre, son intelligence lui faisait défaut en ce moment. Peu importe, pour elle, Ludovic était parfaitement digne de confiance. Tout irait bien. Peut-être.

Puis le sujet changea légèrement, ainsi que le ton de Ludovic. O'Leary... Aidrian grimaça, un peu à la mention du nom du professeur. Il lui faisait peur et il semblait y prendre plaisir, d'ailleurs, elle l'ignorait, mais beaucoup de ses difficultés depuis le début de l'année et était de son fait. Toutefois, Aidrian était d'une nature trop douce et peut-être un peu naïve pour s'en rendre compte ou même lui en vouloir si elle s'en rendait compte.

« Non. Ça va. Pour le professeur O'Leary... Tant que je ne le croise pas tout va bien et il ne va pas souvent aux sous-sols ou aux serres. » Les endroits principales qu'Aidrian fréquentait depuis son retour au château. « Il n'y pas de problèmes je suis capable de m'en sortir. Personne de m'embête. » *assez pour qu'on ait besoin d'y changer quelque chose*

Elle mangea encore quelques fruits de plus et une toast de son assiette et leva les yeux pour regarder l'heure qui avançait. Ils seraient bientôt temps pour les premiers cours de la journée.

« Tu donnes un cours à la première heure? Moi si, serpentard et poufsouffle, première année. Ils sont adorables, même si un peu maladroit, mais c'est normal pour le moment. »


___

But friendship is precious, not only in the shade, but in the sunshine of life, and thanks to a benevolent arrangement the greater part of life is sunshine.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 3272
Date d'inscription : 17/09/2014
Multicomptes : Minerva McGonagall
Caracteristique : Membre de l'Ordre du Phénix
MessageSujet: Re: Something old, something new   Mar 11 Nov - 19:16




Something old something new

Ludovic tourna la tête et se massa une nouvelle fois l'oreille lorsque Aidrian lui prit la main. Encore trop près. Il n'avait plus l'habitude qu'on empiète autant sur son espace vital qui s'était tant élargit avec le temps qu'il avait été obligé de débuter des travaux d'agrandissement dans ses appartements privés. Non, ça n'était pas pour l'égo. Malgré tout, une fois la surprise passée, ça restait une sensation agréable cette main fine serrée autour de la sienne. Tiède et rassurant. Il eut l'impression d'avoir remonté le temps pendant une seconde et eut soudain envie de dire à la professeur de potions à quel point elle lui avait manqué. Rien ne sortit, pas encore prêt, alors autant changer de sujet.

Un petit sentiment de fierté passa dans les yeux du brun. Il avait donc réussit à la convaincre ? Superbe, pour une fois qu'il n'avait besoin de se répéter que deux fois avec elle. C'était merveilleux qu'elle arrive enfin à sortir assez de sa coquille pour ne pas renoncer tout de suite à l'idée d'en apprendre plus sur quelqu'un. Soit la professeur d'étude des moldus devait beaucoup compter pour elle soit le caractère du français n'avait pas eut qu'une mauvaise influence lorsqu'ils étaient enfant. Aller, prenons la deuxième option. Avec un peu de chance et si elle gardait cette idée il était sûr qu'elle finirait bien par trouver chaussure à son pieds. Surtout avec son aide.

— Voyons, tu sais bien que je suis la discrétion même, fit-il d'un ton plein de sous-entendus.

Mais oui, il ferait attention.

Il fut bien sûr soucieux de voir la jeune femme se refermer lorsque le sujet revint sur le professeur de défense contre les forces du mal. Les vieux instincts reprirent le dessus et il se retint tant bien que mal d'aller dire quelques mots en face au fameux O'Leary. Des mots loin d'être polis et qui avaient de fortes chances de tourner au duel. Une raison de plus de détester cet arrogant imbus de lui-même, oui, c'est la même chose, mais il y avait bien besoin de le dire deux fois. Une raison plus que suffisante de le haïr jusqu'à la fin de ses jours, comme si les perpétuelles invasions de créatures magiques incontrôlées n'étaient pas suffisantes. Bizutage ? Hasard ? Non, il était sûr que c'était par pure mauvais goût, mais n'avait encore aucune preuve.

Sa voisine changea soudain totalement de sujet, l'air de répondre à sa toute première question du début de la conversation. Il doutait qu'elle l'ait seulement entendue ou que ça soit volontaire, mais cela restait une réponse.

— Oui, j'ai cours aussi en première heure, répondit-il. Quatrième année, Serdaigles et Poufsouffle. Rien que de bons souvenirs. Ils sont moins mignons, mais toujours aussi maladroit.




___

Notre intellect est vain
Pour tout ce qui est proche ou présent ; et si nul ne vient nous parler, nous ignorons tout de l'état humain.
by Wiise
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1414
Date d'inscription : 15/07/2014
Multicomptes : J.B.
Caracteristique : Directrice des Serpentards et professeur de potion
MessageSujet: Re: Something old, something new   Dim 16 Nov - 19:02

Something old, something new
Première semaine septembre, Grande salle

Aidrian aimait retrouvé Ludovic, il lui avait tellement manqué, juste de prendre sa main comme elle le faisait adolescente faisait grandir son sourire de façon indéniable. Par contre, il y avait quelque chose de différent chez son plus ancien ami. Il était comme... plus nerveux? Ou elle ne saurait vraiment le dire, mais rapidement il retrouva son assurance normal et 'Rian ne fit que profiter de sa présence. Comme quand ils étaient à Poudlard, Ludovic pouvait réussir à tirer des choses d'elle que personne d'autre ne réussirait en temps normal, comme d'accepter de se renseigner plus sur quelqu'un. Bon, elle avait aussi vieilli et gagner un peu plus en assurance depuis Poudlard, elle avait eu beaucoup d'expériences de tous les types et avait dû s'en tirer sans lui... À cette pensée une petite pointe de douleur résonna dans son cœur, mais elle l'ignora. Elle préférait se concentrer sur le présent et le regard d'incrédulité qu'elle lança à l'ancien serdaigle.

Lui? Discret? Elle aurait presque pu en rire, soit il avait bien changé avec les années sur ce point, soit il se moquait d'elle. Il pouvait être discret environ 5 minutes ou encore pour réussir un coup, mais... C'était presque à se demander s'il n'aimait pas se faire prendre.

« Toi? Je croirai à ta discrétion quand je la verrai, mais s'il te plaît soit extrêmement prudent cette fois-ci? » Elle avait vraiment peur de quelles pourraient être les réactions de la professeure Rembrandt. Après tout, les faux-espoirs étaient quelques choses de réel et 'Rian se sentait tombée toujours un peu plus pour la belle blonde. L'alchimiste pourrait facilement être anéantie si la prof de moldu se révélait être comme l'une de ses personnes homophobes qu'elle avait toujours éviter. Si c'était le cas, elle ne voulait pas tombée sous le radar que la jeune femme et que cette dernière commence à la persécuter. Ensuite, Aidrian pourrait toujours se forcer à l'oublier et passer à autre chose.

La conversation continua d'elle-même, Aidrian se forçant à sourire et paraître naturelle alors qu'elle parlait de l'horrible O'Leary et des possibles gens qui pourrait l'embêter, mais 'Rian ne voulait pas causer de problèmes avec des trucs qui n'étaient jamais grand chose au final. Elle pouvait tout supporter, tant que ça ne partait pas hors de son contrôle. Pour l'instant, ça allait. Elle changea la conversation, après avoir vu l'heure et écouta Ludovic avec un grand sourire. Serdaigle et poufsouffle, des bons souvenirs, oui.

« J'imagine oui, mais les jeunes de poufsouffles et serdaigles semblent plus sage que toi et Jon l'étaient. » Finalement elle se leva de sa place. « Je dois vraiment y aller par exemple, j'ai encore quelques trucs à préparer. » Elle posa une main sur l'épaule de Ludovic, mais finalement ne put se retenir et se baissa, glissant ses bras autour du professeur de sortilège et le serrant fort. « Tu m'as manqué Lulu, je suis contente que tu sois revenue, » chuchota-t-elle. Elle lui donna un petit bisou sur la joue avant de quitter rapidement la salle, l'alchimiste sentait les larmes venir et elle ne tenait pas exactement à pleurer devant une salle pleine. Ce canal de larme directement lié à ses émotions n'étaient pas toujours très pratique, mais bon.




RP CLOS

___

But friendship is precious, not only in the shade, but in the sunshine of life, and thanks to a benevolent arrangement the greater part of life is sunshine.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Something old, something new   

Revenir en haut Aller en bas
 
Something old, something new
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seven Wonders :: 
POUDLARD
 :: Rez de chaussée :: Grande salle
-