La carte du Maraudeur

[Portoloin] pour lire les sujets importants du forum ♥



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERME

Partagez | 
 

 ('rian&salem) + all your life you've never seen a woman taken by the wind

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SALEM ▽ Till the landslide brought me down
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1682
Date d'inscription : 16/02/2014
Multicomptes : LVH - EJE - KAS - JAH - JLW - AH -
MessageSujet: ('rian&salem) + all your life you've never seen a woman taken by the wind   Mer 16 Juil - 23:53




Aidrian & Salem

all your life you've never seen a woman taken by the wind




Septembre - Jeudi soir - Couloirs de Poudlard.

«  Rhiannon rings like a bell through the night and wouldn't you love to love her? Takes to the sky like a bird in flight and who will be her lover? »    

C’est en sautillant et chantonnant… D’une manière tout a fait usuelle, que je descendais les escaliers du château. Le repas était consomé depuis longtemps et encore une fois je ne m’étais pas rendue dans la salle à manger. Non pas parce que je ne voulais pas voir les gens, mais tout simplement parce que je m’étais mise à tripoter une vieille radio moldue et je n’avais pas vu le temps passer ; tandis que mon vinyle de Fleetwood Mac tournait en boucle sur la platine à disque. Ce n’est qu’une fois que la petite horloge en forme de crocodile s’était mise à sonner violement que j’avais réalisé que c’était l’heure d’aller nourrir les canards. Vous pouvez juger si vous voulez, mais chacun son occupation ; moi au moins je ne mangeais pas les licornes, ou ne m’envoyait pas en l’air avec une nouvelle élève chaque soir. Oui je visais une autre prof’ mais nous ne parlerons pas d’elle. Bon. Et donc ? Oui. J’allais nourrir mes canards, en chantonant toujours.

«   All your life you've never seen a woman taken by the wind would you stay if she promised you heaven? Will you ever win? »

Et paf ! Je sautais les trois dernières marches pour arriver dans le grand hall, me dirigeant d’un pas très gay – et ça pour être gay mon pas était gay – vers la grand porte, quand un bruit suspect attira mon attention. Au départ je pensais a une bétise faite par un élève, et c’est ainsi que je me mis en route vers les sous sols d’où provenait le bruit, surprise d’entendre un nouveau bruit, qui ressemblait très  …. Enormément à une explosion… Sourcil froncé. Inquietude, je me mettais à courir vers la salle de potions ; arrêtait de chanter… Me gamelais sur les denieres marches, et puis je me relevais, bien décidée à trouver une explication à ce bruit suspect, et aussi surtout a …. M’assurer que notre nouvelle prof de potion – très charmante au demeurant – n’ait rien. Ca ne faisait pas bien longtemps qu’elle était la, et elle était souvent dans son bureau ; de même qu’elle m’intriguait assez. Ce qui justifiait probablement que j’accelere le pas, tandis que mon chat me passait entre les jambes en miaulant d’un air de me dire «  Et Alors Salem’ ? T’oublie les canards ? »  

«  Tant pis pour les canards Rhi’ ! On a peut être un soucis dans la salle ! »

Bien sur que ça m’inquietait cette histoire d’explosion ! Et c’était ainsi que je frappais à la porte de la salle de potion, d’un air un peu…. Frenetique. Oui bon hein ! On ne se refait pas. Quoi mes cheveux ? Ils étaient en desordre... Et je tenais des graines pour canard dans ma main gauche... Mais soit. Qui a dit que je devais être presentable en toute circonstance. En plus, j'étais toujours mignonne comme ça non ? Ouais bah. C'était quand même pas à la portée de tout le monde de me trouver mignonne, mais bref quoi ! Mince ! J'étais aussi chou qu'une guimauve.



___


She is like a cat in the dark, and the she is the darkness; she rules her life like a fine skylark and when the sky is starless. All your life you've never seen a woman taken by the wind Would you stay id she promised you heaven? Will you ever win ? She rings like a bell through the night; And wouldn't you love to love her? She rules her life like a bird in flight... And who will be her lover?     RHIANNON ♦️
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1469
Date d'inscription : 15/07/2014
Multicomptes : J.B.
Caracteristique : Directrice des Serpentards et professeur de potion
MessageSujet: Re: ('rian&salem) + all your life you've never seen a woman taken by the wind   Jeu 17 Juil - 8:43

Après la journée de cours, Aidrian était allée dans son bureau où elle avait son laboratoire personnelle – à savoir qu'il était probablement aussi équipé que celui du ministère. Elle avait commencé à travailler sur une nouvelle formule d'alchimie la veille et des papiers étaient éparpillés partout avec différentes écritures en patte de mouche pas très lisible et plusieurs potions différentes bouillaient un peu partout dans la pièce, toutes de couleurs différentes, seulement, les fumées qui s'en dégageaient n'étaient pas vraiment encourageantes, heureusement, la prof de potion avait mis au point un sortilège permettant une bonne aération des espaces clos depuis longtemps. Toute la journée elle avait été légèrement distraite pendant les cours comme son esprit était en partie occupée à tenter de créer cette nouvelle formule. Au moins, les cours qu'elle avait donné étaient des notions élémentaires, de base, des chose que l'alchimiste maitrisaient depuis tellement longtemps qu'elle n'avait même plus besoin d'y penser. Bien sûr, elle avait été repris par un élève une fois alors qu'elle divaguait sur quelques ingrédients spécifiques pour une Essence de Dictame quand elle commença à mélanger les ingrédients entre celle-ci et son projet du moment. Une chance qu'un élève au moins était attentif.

Par contre, elle était de retour dans son bureau et gribouillait diverses notes sur tout ce qu'elle faisait, ses pensées, les résultats possibles et ses observations. Derrière elle, Tetras, son hiboux totalement inutile, dormait sur un perchoir et son Ulice, son rat aux drôles de couleurs, se promenait à travers toutes les concoctions. Finalement, après un calcul de plus, Aidrian prit deux potions qu'elle mélangea avec délicatesse et attention. Si ses calculs étaient bons – et ils l'étaient la plupart du temps – ce mélange, s'il était brusqué pourrait facilement faire exploser toute la pièce, mais en faisant bien attention, elle pouvait créer une petite explosion de rien parfaitement contrôlable. Et c'est d'ailleurs ce qui se produit, d'un mouvement de baguette, elle contrôla l'onde de choc de la déflagration, par contre le bruit, lui retentit haut et fort. Oups. Sur la table, Ulice décampa à toute vitesse et Tetras lança un cri indigné de s'être fait déranger dans son sommeil, bien sûr, aucune de ses choses ne perturba la concentration de la femme tandis qu'elle déposait doucement l'erlenmeyer sur la table et se tournait une nouvelle fois vers ses notes.  Elle écrivit ses observations et commença une nouvelle série de calculs et d'hypothèses quand un étrange son commença lentement à se faire entendre, elle l'ignora d'abord avant d'identifier finalement le bruit typique d'un liquide en ébullition... Pourtant, il ne devrait pas y en avoir, elle se tourna vers ses divers béchers et tout ce qu'elle avait pour voir sa nouvelle concoction bouillonner dangereusement et prendre diverses couleurs. La réaction normale de toutes personnes auraient été de paniquer probablement ou de s'inquiéter, mais pas Aidrian. Non, elle, elle fût fasciné par ce qu'elle voyait tandis que le liquide passait d'une couleur étoilé à la lumière du soleil, avant de faire trembler son contenant de vitre et finalement, avec un nouveau bruit de détonation, se répandre soudainement dans toute la pièce.

L'endroit fût redécorer d'une jolie poussière humide brillante comme des étoiles avec des éclaboussures plus prononcés sur les murs et d'ailleurs, 'Rian en avait plein dans le visage et les cheveux, résultat de s'être tenue si près de la source de l'explosion, mais heureusement, quand elle travaillait avec des produits aussi dangereux, elle avait toujours une panoplie de sortilèges de protection sur elle-même pour éviter les accidents graves. Par contre, tout le local était rendu sens dessus dessous et il y avait des éclats de verres partout, sans parler des différents liquides qui s'étaient répandus partout. Est-ce qu'il y en avait des dangereux? Bien sûr. Est-ce qu'ils risquaient de se mélanger et causer d'autres petites explosions? Très probablement. Mieux valait se dépêcher pour tout ramasser et éviter des dégâts supplémentaires comme elle se relevait de sa position au sol tant bien que mal accusant une douleur lancinante dans tout son côté droit elle entendit frapper à la porte de la salle. Eh, on avait probablement entendu le boucan qu'elle avait causer.

« Un instant! » lança-t-elle à l'intention de la personne à sa porte et d'un tour de baguette accompagné de la formule approprié, elle fit remonter tous les liquides et les déposa chacun dans un bocal, séparés les uns des autres.

Enfin, la prof de potion put boitiller jusqu'à la porte qu'elle ouvrit distraitement en continuant de regarder le désastre qu'était devenu le laboratoire. En fait, ce n'était pas si affreux, l'alchimiste avait déjà causé tellement pire. Aidrian aurait vite fait de tout nettoyer et recommencer l'expérience pour tenter de comprendre ce qu'il s'était passé et surtout pourquoi ça avait créé cette substance scintillante et cette deuxième explosion.

« Tout va bien, » commença 'Rian à l'intention de la personne à la porte à qui elle n'avait pas encore jeter un seul regard, « juste une petite erreur de calcul avec deux substances un peu- »

Elle avait enfin jeter un regard à la jeune femme à la porte et rapidement identifié Salem, ce qui eut pour effet de couper sa phrase et la faire cligner des yeux à plusieurs reprises, comme figé sur place. Puis elle ferma la bouche et essaya de se reprendre. Pendant un moment, Aidrian oublia tout de son travail.

« Pro-professeur Rembrandt, » furent les seuls mots qu'elle trouva en guise de salutation, dit d'une voix plus ou moins rassurée et soudainement plus discrète.

Depuis son arrivée, la nouvelle professeure avait remarqué l'autre jeune femme, mais elle n'avait jamais vraiment oser l'approcher. Non, tout simplement parce qu'elle perdait le fil de ses pensées quand Salem se trouvait près d'elle ou simplement dans la même pièce et puis elle se sentait particulièrement gênée auprès d'elle. D'ailleurs, elle n'osait pas vraiment la regarder directement, son regard juste un peu fuyant, elle remarqua immédiatement ses cheveux défaits et son souffle juste un peu court. Avait-elle courue pour arriver jusqu'ici? Aidrian se sentit légèrement coupable de l'avoir déranger et inquiéter, peu importe ce que Salem faisait avant d'arriver ici. La prof de potion s'appuya sur le cadre pour enlever du poids de son côté droit endoloris.

« Tout va bien, » la voix était douce et discrète et le regard fixé vers le sol avant de remonter timidement vers le visage de Salem et ses yeux – quels jolis yeux.

Sous la potion scintillante qui recouvrait les cheveux de 'Rian ainsi qu'une bonne partie de son visage et ses vêtements, ses joues prirent une légère teinte rosée. D'une main, elle replaça une mèche de cheveux derrière son oreille droite avant de sentir une vilaine ecchymose se former derrière sa tête ce qui la fit grimacer.
Revenir en haut Aller en bas
SALEM ▽ Till the landslide brought me down
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1682
Date d'inscription : 16/02/2014
Multicomptes : LVH - EJE - KAS - JAH - JLW - AH -
MessageSujet: Re: ('rian&salem) + all your life you've never seen a woman taken by the wind   Sam 19 Juil - 13:05




Aidrian & Salem

all your life you've never seen a woman taken by the wind




Septembre - Jeudi soir - Couloirs de Poudlard.

«  Rhiannon rings like a bell through the night and wouldn't you love to love her? Takes to the sky like a bird in flight and who will be her lover? »    

HRP HAN. une loutre *w* elle est trop chou. ♡

Rhiannon miaulait entre mes jambes tandis que j’attendais impatiemment que la porte ne s’ouvre. Oui, je loupais mon engagement envers la famille Canard du lac, mais ce n’était pas bien grave non ? Lachlan pourrait aller les nourrir pour moi ? Ah il était mignon Lachlan. Oui… Enfin il fallait encore qu’il y pense, et mon chat ne semblait pas forcement d’accord; alors je me penchais pour le caresser un peu, du mieux que je pouvais, avant de me relever et d’attendre devant la porte. Oui le bruit de l’explosion m’avait inquiété. J’avais déjà entendu des explosions, c’était… Une autre histoire. La je m’étais inquiétée. C’était notre nouvelle professeur de potions, et peut être qu’avait un soucis, d’ailleurs pourquoi est ce que cette porte ne s’ouvrait pas? Elle s’était fait mal ? Elle s’était brulée ? Elle s’était fait attaquer par une créature démoniaque venu des tréfonds de l’imagination d’un sorcier cornu ? Ou bien…. ? Enfin, ça n’avait pas d’importance ce que c’était. Non, tout ce qui comptait c’était de savoir qu’elle aille bien. Parce que j’étais ainsi, du genre à m’inquiéter pour tout le monde, surtout pour les gens que je trouvais sympathique. Et si je la connaissais à peine, je m’étais bien décidée à rendre son séjour à Poudlard des plus sympathiques. Parce que je savais à quel point être different pouvait être difficile. Oui, different… Dans le sens où elle était particulièrement douce et peut être un peu rêveuse. Enfin, les esprits doux se reconnaissaient entre eux. Quelque chose comme ça peut être.

Sa voix tinta, me demandant plus ou moins de patienter, et tentant vaguement d’arranger mes cheveux, avec ma main libre,  - en vain, la masse frisée de ma tignasse restait une masse blonde et frisée la plupart du temps - j’attendais ainsi devant la porte qu’elle ne s’ouvre finalement. Sur un carnage. C’était quelque chose chaotique à l’intérieur du laboratoire , il y’avait des éclats de verre un peu partout, et de la poussière brillante - peut être de la poussière d’étoile ? - et elle en avait d’ailleurs sur les cheveux ce qui me fit doucement sourire, avant que je ne tente de reprendre un air sérieux. Tandis que le professeur Starkweather commençait à expliquer que ce n’était qu’une erreur de calcul… avant de… me regarder en bredouillant. C’était mignon. Et du coup j’enchainais assez vite pour briser le moment de gène ?

 «  Aidrian vous allez bien? »  C’était hâtif, et Rhiannon n’attendit pas d’avantage pour s’incruster dans la salle et commencer à lécher un peu du liquide poussiéreux et brillant qui était reparti partout.  «  RHIANNON, lâche ça! Ce chat me rendra folle. Excusez moi, j’espère que ce n’est pas dangereux. »   Un petit sourire et je passais la main dans mes cheveux avant de reprendre un peu.  «  J’ai entendu une explosion et je me suis inquiétée; enfin l’essentiel c’est que vous n’ayez rien. »

J’étais mignonne non ? Avec mon sourire de guimauve et mes cheveux désordonné. Mon sac de graines dans la main et mon chat qui courrait partout. Cependant, il y’avait encore plus mignon que moi. La femme en face de moi. Après, moi… J’avais un petit soucis a comprendre ce qu’étaient les rapports humains et les choses qu’il fallait dire quand il fallait les dire. Non, j’avais tendance à mettre les pieds dans le plat, ou à ne pas comprendre du tout de quoi il s’agissait. C’était un peu pour ça que je ne comprenais probablement pas pourquoi elle avait l’air aussi intimidée par moi même. Non, je ne faisais qu’en déduire qu’elle était stressée ou alors…..

 « Je ne vous ai pas fait peur j’espère. Je ne voulais pas vous déranger vous savez. »

Merci Salem… C’était probablement une réflexion un peu stupide, alors … que j’enchainais sur quelque chose d’aussi bête ? Boui. On ne se refaisait pas.

 « Vous ne vous etes pas fait mal ? Vous avez l’air un peu… secouée. »

Au pire, je pouvais toujours l’aider non ? J’étais plutôt bonne en sortilèges…. Et en massage si elle s’était fait mal.



___


She is like a cat in the dark, and the she is the darkness; she rules her life like a fine skylark and when the sky is starless. All your life you've never seen a woman taken by the wind Would you stay id she promised you heaven? Will you ever win ? She rings like a bell through the night; And wouldn't you love to love her? She rules her life like a bird in flight... And who will be her lover?     RHIANNON ♦️
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1469
Date d'inscription : 15/07/2014
Multicomptes : J.B.
Caracteristique : Directrice des Serpentards et professeur de potion
MessageSujet: Re: ('rian&salem) + all your life you've never seen a woman taken by the wind   Dim 20 Juil - 2:45

La professeure d'études des moldus lui faisait un drôle d'effet à chaque fois qu'elle la voyait et ça depuis la première fois qu'elle l'avait aperçue, quand Dumbledore l'avait introduite au reste du personnel de Poudlard. Salem n'avait pas été celle qui sortait le plus du lot, mais pour une certaine raison qui lui était encore inconnue, c'était sur elle qu'Aidrian avait le plus accrochée et à chaque fois que l'autre prof se trouvait près d'elle ou simplement dans la même pièce... Eh bien, 'Rian découvrait qu'elle avait de la difficulté à mettre ses pensées en ordres et son regard se détournait souvent pour tenter de trouver la blonde. Ce qui n'était pas une bonne chose, Salem était une collègue, une autre professeure dans l'établissement, la prof de potion ne pouvait pas se permettre d'agir ainsi. Alors même si elle avait voulu l'approcher à quelques reprises, Aidrian avait éviter de le faire, tant qu'elle ne se serait pas reprise un peu, c'était ridicule après tout comme réaction, non?

C'est pourquoi Aidrian figea un peu quand elle vit Salem devant elle dans la porte, son côté endoloris complètement oublié l'espace d'un instant. Un grand sourire bête s'élargit sur son visage, elle était contente de la voir là malgré tout. Finalement quand la femme devant elle s'enquit de son état de santé, 'Rian cligna des yeux comme pour revenir à la réalité et se concentra un peu plus sur la conversation que la simple présence de la blonde devant elle.

« Je vais bien, Sa-Professeur Rembrandt, » Ouf, elle avait failli l'appeler 'Salem', ce qu'elle voulait éviter pour le moment, elle n'était pas très à l'aise avec tout ce que la professeur causait chez elle, mais en même temps, d'entendre celle-ci utiliser son prénom, eh bien, elle avait eu envie d'utiliser celui de l'autre.

Toujours souriante, mais avec un sourire un peu moins bête sur le visage comme elle se reprenait, elle eut à peine le temps de baisser les yeux quand le chat se glissa entre ses jambes que Salem était déjà à sa poursuite et les deux pieds dans le bureau. Se tournant pour continuer à garder un œil sur la blonde, Aidrian grimaça à la douleur qui élança dans son genou et son épaule, rien de gros, mais c'était pas très agréable. Puis elle vit le chat dans les bras de sa propriétaire avec le museau argenté et Salem qui s'excusait pour le comportement de son animal. C'était adorable comme image, par contre, sur le coup avec toutes les paroles de la prof d'étude des moldus, 'rian ne savait plus trop où se placer ou quoi dire. Enfin, jusqu'à ce que Salem lui demande si elle lui avait fait peur ou si elle l'avait dérangée, Aidrian retrouva finalement sa voix.

« Oh non non, vous ne dérangez pas, j'avais déjà fait exploser la potion avant que vous n'arriviez... » Évidemment, après tout, Salem ne serait pas venu si ça n'avait pas été le cas, c'était elle ou son quotient intellectuel semblait soudainement descendre?  Ouais, distraite, Salem la rendait vraiment distraite. Elle ferma les yeux pour secouer sa tête et remettre ses idées en place. « Euh, oui, bon, pour votre chat, ça ne devrait pas être dangereux, c'est un mélange pour essayer de créer un nouvel anti-douleur pour l'hôpital Ste-Mangouste, mais on ne sait jamais, j'ai quelque chose dans l'armoire... »

Elle jeta un coup d'oeil partout autour d'elle pour identifier l'armoire en question qu'elle cherchait. Il fallait avouer qu'Aidrian et l'organisation, ça faisait deux, enfin, elle, elle se retrouvait, mais elle était bien la seule. Réfléchissant à l'endroit où elle avait décidé de ranger ses potions et autres nécessaires de soins magiques, elle entendit d'une oreille distraite la question de Salem sur son état général. Secouée, hein? Oui, ça devait être ça, c'était la projection de l'explosion qui la rendait distraite, sûrement pas la présence de l'autre femme. C'était idiot cette idée que la professeure Rembrandt la rende si distraite.

« Oh, je vais bien, ça doit juste être le choc de l'explosion c'est tout, » dit-elle comme si ce n'était rien, elle avait 'juste' été dans une explosion, mais bon, quand c'était une chose courante, le stress baissait et avec les substances avec lesquelles elle travaillait, c'était plus que courant, pendant un instant, elle porta une main à sa tête pour se masser le front avant de continuer. « Alors pour votre chat, euh... » Elle jeta un nouveau regard autour de la pièce. « C'est dans cette armoire-là. » Elle pointa l'armoire en question et commença à faire un premier pas qui lui arracha une grimace de douleur, ce n'était pas vraiment affreux, mais Aidrian n'était pas très tolérante à la douleur.

De sa main gauche, elle massa son genou endoloris pour diminuer un peu la douleur avant d'être de nouveau interpellée par Salem, elle leva un regard attentif, sourcils légèrement soulevés. L'inquiétude de l'autre professeure était touchante.

« Mon genou et mon épaule sont un peu douloureux, » dit-elle sans se cacher, ce n'était pas vraiment son genre de mentir. « J'ai tout ce qu'il faut dans cette armoire. »

Elle se redressa et boitilla une nouvelle fois jusqu'à l'armoire en question, une grimace sur le visage. Aidrian ouvrit les portes et révéla tout un établi de potions diverses en tout genre sans aucun ordre de rangement apparent. De sa main gauche, elle fouilla pour trouver deux en particulier, elle en déboucha certaines pour les sentir avant de les replacer et au bout de quelques minutes elle trouva ce qu'elle cherchait et déposa les deux bouteilles sur le comptoir, après avoir tassé les éclats de verre qui s'y trouvait. Finalement, elle retourna son regard vers Salem et se sentit perdre un peu le fil de ses pensées une nouvelle fois, mais se ressaisit rapidement.

« Alors, la violette devrait neutraliser tout ingrédients nocifs pour votre chat, » dit-elle en tendant une bouteille au liquide violet à la blonde.

Il ne restait que la pâte dorée pour elle-même, il fallait l'appliquer de façon topique, directement sur la peau, pour le genou ça irait, mais l'épaule, la douleur allait un peu trop loin dans le dos pour qu'elle puisse atteindre toute la région affectée... 'Rian ferait de son mieux une fois seule. Ne sachant plus vraiment où trop se mettre, puisque bouger faisait mal, elle resta sur place mal à l'aise et se mordillant la lèvre inférieure.

« C'est vraiment bête, j'ai dû faire une erreur de calcul quand j'ai ajouté l'essence de feu de dragon dans le mélange, je m'attendais à une première explosion, alors je l'ai contrôlé, mais là il y a eut une réaction de bouillonnement, le liquide est devenu argenté et d'un coup tout à exploser, il va falloir que je regarde pour trouver l'erreur pourquoi ça a causé tout ça, normalement mes calculs sont assez précis... Je n'ai pas eu le réflexe de tenter de diminuer l'explosion comme j'ai d'habitude, c'était tellement fascinant de voir le liquide changer, c'est sa composition même alors quand j'ai pensée que ça pourrait exploser il était déjà trop tard. J'imagine que ça doit être à cause du- »

Elle arrêta soudainement voyant qu'elle était partie dans un long monologue, en plus qu'elle devait reprendre un peu son souffle, et son malaise augmenta encore plus, ses joues rosirent et elle plaça sa main gauche – la droite faisait mal quand elle la bougeait – devant son visage avant de regarder le sol.

« Excuse-moi, je... Oublie ça. » Ouais, mieux valait juste arrêter là, 'rian ne faisait que ce mettre les pieds dans plus de plats encore.

___

But friendship is precious, not only in the shade, but in the sunshine of life, and thanks to a benevolent arrangement the greater part of life is sunshine.


Dernière édition par Aidrian Starkweather le Sam 26 Juil - 16:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
SALEM ▽ Till the landslide brought me down
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1682
Date d'inscription : 16/02/2014
Multicomptes : LVH - EJE - KAS - JAH - JLW - AH -
MessageSujet: Re: ('rian&salem) + all your life you've never seen a woman taken by the wind   Mar 22 Juil - 18:34




Aidrian & Salem

all your life you've never seen a woman taken by the wind




Septembre - Jeudi soir - Couloirs de Poudlard.


Non, je n’avais pas l’habitude d’entendre des explosions en provenance du sous sol. Enfin, quand on travaillait à Poudlard il fallait bien s’y faire hein ! On pouvait s’attendre a entendre des grands BOUM, des bings ! Des bangs ! Et d’autres joyeusetés du genre ! On pouvait s’attendre à plein de choses en fait, croiser un elfe de maison nommé Roger qui se baladait avec une bouteille de martini à livrer en cours de Runes ; tomber sur un garçon qui parlait aux fantômes, sur une préfète en chef un peu … perdue, et sur plein de choses comme ça. Cependant, oui ,’ j’avais été choquée d’entendre une explosion, et surtout, je m’étais inquiétée. Parce qu’Aidrian était la depuis peu de temps maintenant, et que je ne voulais pas qu’elle ait une mauvaise expérience de Poudlard. Elle était chouette, et gentille, et agréable, j’esperais qu’après cette année même si on retrouvait ce bon vieux Slug’ - … a qui je ne souhaitait pas de mal parce que bon voilà quoi – elle reste. Elle était plus fraiche ! J’etais sure qu’avec elle les cours de Potions devaient être fascinants.
¬
Et ainsi, je me retrouvais donc devant sa porte, en souriant un peu, avec mon air perdu-doux-reveur habituel. J’esperais ne pas la déranger bien sur. J’étais calme, et agréable. Qui n’appréciait pas ma présence au fond ? Même…. Bon d’accord la liste était longue, il y’avait déjà tous les sangs purs qui me considéraient comme une honte parce que j’étais à la limite de la molduphilie, et toutes ces choses la. J’étais… Gentille ? Interessée ? J’étais plein de choses. Et j’étais aussi probablement fort mignone.

Mais, rien n’aurait pu être aussi mignon que son petit air un peu stressé – gené alors qu’elle me voyait devant sa porte. Est-ce que je lui faisais peur ?  Non quand même. De toute façon je n'avais pas vraiment le temps de me poser d'avantage de questions qu'il fallait que je m'occupe de Rhiannon qui courrait partout en lechant les paillettes. saleté de chat suicidaire... C'était bien mon chat celui la. Pas que je sois suicidaire loin de la, mais je devais reconnaitre que j'avais bien envie d'attraper les morceaux de paillettes argentés, c'était fascinant, et ....  Mais qu'est ce qu'il etait en train de faire encore ? Un soupir de ma part, je le rattrapais avant qu'il ne boive je ne savais quoi et je le serrais contre moi, posant le sac de graines sur une surface plane, consciente que je l'oublierais probablement la. « Mechant chat. Tu me fais honte. Excuse toi au moins. »  Bon il ne s'excuserait pas c'était un chat. Mais soit. Il était mignon avec son museau argenté et sa toison noire parcelée de residus brillants... Et je le caressais un peu pour qu'il se calme, tandis qu'il se mettait à lecher mon bras nu.. Sacré chat.

Donc ? Je ne la derangeais pas, même si elle avait l'air de boitiller et qu'elle avait l'air un peu perdue... Cependant si elle le disait, je n'avais aucunes raisons de ne pas la croire. Je n'étais pas du genre à me poser trop de questions. Par contre j'étais du genre à poser les questions qu'il ne fallait pas. Nous verrions ça ce soir.  Quoi ? Pourquoi elle parlait de l'explosion. Ah, je riais un peu.   « Oui je sais, c'est l'explosion qui m'a fait venir. Enfin j'aurais pu venir vous voir cela dit. Pas que j'ai besoin d'une explosion. Mais la j'étais inquiete. Bref ! Je crois qu'il en a mangé un peu. » Salem. Les pieds dans le plat. Toujours. C'était tellement... Moi. Mmmbref.  Le chat donc. On disait quoi ? Ah oui, il avait inhalé et leché les produits qui voletaient dans l'air, et ... Par chance elle avait un antidote ? Pas que ce soit dangereux, mais voila. Du coup je la regardais aller vers l'armoire, pour chercher je ne savais pas trop quoi. Une potion assurément. « Je vous remercie. J'voudrais pas trop qu'il soit malade, et comme il a tendance à manger tout ce qui passe le sacripan. » Grand sourire de ma part, je la laissais me repondre alors qu'elle marchait. Alors qu'elle boitait serait le terme exact; vers l'armoire.

Elle avait quand même l'air d'avoir mal. Ca se voyait alors qu'elle attrapait des fioles,  en me disant qu'elle avait mal à l'épaule et au genou. Je hochais la tête. Ca se voyait oui...  et ... Non, je me mordais la levre avant de le dire, je ne voulais pas qu'elle pense que j'étais du genre à pointer les gens des doigts en leur disant : " AH A HAH tu as mal"... C'était un peu moyen et pas vraiment mon style. Parfois je savais uqand parler ou me taire. « Je vois. C'est dangereux d'être prof de potions visiblement. » Merci pour ta reflexion Salem...

Mais soit, elle avait sortit ses deux petites fioles et je les regardais un peu, en posant Rhi' sur le bureau pour qu'il fasse sa vie et surtout pour avoir la main libre et attraper la fiole violette. « Merci beaucoup. Si je peux me permettre pour quoi est la seconde fiole ? » la curiosité tuera le chat ( cette expréssion me plait trop ) mais elle ne me tuera pas moi n'est ce pas ?  

Et voila qu'elle se mettait à parler. Beaucoup. Des raisons de l'explosion. Avec autant de passion que quand je parlais des animaux, de la musique ou des choses moldus, la je ne pouvais m'empecher de sourire, d'autant plus qu'elle me tutoyait sur la fin. « Ne t'en fais pas. Ca me plait, enfin je veux dire, ça m'interesse. Tu veux m'en dire plus ? Et tu peux me tutoyer, je n'ai jamais mordu personne. Même pas Rhiannon. » Mon frère par contre c'était une autre histoire.


HRP J'espere que ma reponse est bien

___


She is like a cat in the dark, and the she is the darkness; she rules her life like a fine skylark and when the sky is starless. All your life you've never seen a woman taken by the wind Would you stay id she promised you heaven? Will you ever win ? She rings like a bell through the night; And wouldn't you love to love her? She rules her life like a bird in flight... And who will be her lover?     RHIANNON ♦️
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1469
Date d'inscription : 15/07/2014
Multicomptes : J.B.
Caracteristique : Directrice des Serpentards et professeur de potion
MessageSujet: Re: ('rian&salem) + all your life you've never seen a woman taken by the wind   Sam 26 Juil - 16:11

All your life you've never seen a woman taken by the wind
Jeudi soir, Septembre, Salle de potion


Salem, non, la professeure Rembrandt – Aidrian ne devait pas se montrer trop familière, les deux femmes ne se connaissaient pas beaucoup après tout – était vraiment adorable avec son chat dans ses bras et la discussion qu'elle entretenait avec, on pouvait voir qu'elle l'aimait beaucoup même si le chat semblait lui causer certains problèmes. Comme boire du liquide de nature inconnu qui pouvait être potentiellement dangereux pour lui. Au moins Aidrian avait des antidotes pour tous types d'empoisonnement dans ses armoires. Bien oui, on ne savait jamais quand un élève penserait qu'il serait une bonne d'avaler le mélange qu'il venait créer ou de le faire boire à quelqu'un d'autre. Ce n'était pas parce qu'ils étaient jeunes que les élèves étaient niais et gentil avec tout le monde, même souvent pour ceux avec une nature un peu moins bonne, c'était la pire des phases ou encore pour les têtes brûlés qui ne pensaient pas beaucoup et qui pouvaient causer des problèmes assez grave. Il y avait aussi des antidotes pour une bonne partie des créatures de la forêt, pas qu'Aidrian soit du genre à s'y aventurer, non, elle était beaucoup trop peureuse. Par contre, il y avait des gens qui y travaillait et s'y aventurait et s'il y avait un besoin, eh bien, la majorité des antidotes étaient dans ses armoires et elle avait les ingrédients pour créer ceux qui ne pouvaient pas se conserver. Et pourquoi est-ce qu'elle avait tout ça? Si ça n'avait pas marché comme alchimiste pour le ministère, Aidrian avait considéré aller médicomage, d'où sa grande préparation et ses connaissances assez pousser dans le domaine de la médicomagie.

« Je ne connais pas grand chose sur la santé de animaux, mais je me débrouille assez en médicomagie si jamais ton-votre, » non, elle devait éviter le tutoiement aussi facilement, Aidrian ne connaissait presque pas Salem encore, « chat est malade, vous pourriez venir me voir? »

Bon, qu'est-ce qu'elle racontait là? Aider son chat? Pourquoi elle proposait ça tout d'un coup? Elle n'avait aucune connaissance particulière avec les animaux, enfin, pas beaucoup, elle en avait développées certaines avec Tetras, son vieux hiboux qui passait son temps à dormir, et Ulice qui devait se cacher quelque part loin des pattes et instinct du chat. En fait, vu la façon dont elle réagissait, la proposition devait était plus un prétexte pour voir la maitresse du chat que le chat lui-même. Bref, mieux valait ne pas partir le long de cette route, après tout, Salem n'avait probablement pas les mêmes inclinations qu'elle, il n'y avait pas tant de gens qui s'intéressaient aux personnes de même sexe et même si Aidrian avait entendu parler de l'infâme sang-pur, traître à son sang et honte de sa famille, elle serait agréablement étonnée d'apprendre qu'en plus d'être une paria parmi la société des sang-purs, Salem faisait partie de la minorité de personnes qui préférait de les personnes de même sexe qu'elle. Il y avait quand même une limite à quel point une personne pouvait être différente du reste de la masse? Oui? Non. Enfin, mieux valait juste ne pas y penser pour le moment.

Une fiole changea de main tandis que 'Rian donnait l'antidote à la belle blonde, elle le savait sécuritaire pour les animaux, elle l'utilisait souvent pour Ulice quand elle lui donnait un truc qui ne lui faisait pas, même si les rats avaient un métabolisme qui se rapprochait énormément de celui de l'humain, ils restaient des animaux. La prof de potion ne put s'empêcher de rire au commentaire de Salem sur le danger de son travail.

« Ah, non, ce n'est pas très dangereux. Le travail ici est très simple, je n'ai que des copies de travaux à corriger et des cours à préparer. Ça c'est mon travail pour le ministère, Dumbledore les a convaincue de me laisser venir enseigner ici, mais ils m'ont demandé de continuer à faire du travail pour eux. L'alchimie n'est pas aussi populaire qu'on pourrait le croire, le domaine est très petit et il n'y pas beaucoup de bons alchimistes. Beaucoup de gens mélangent le travail de potionniste et d'alchimiste. L'alchimie est beaucoup plus complexe et poussée. Il faut juste voir à quel point le cours d'alchimie n'est pas souvent donné dans les écoles de magie, le nombre d'étudiant n'est pas assez grand pour donner le cours. Pour l'apprendre, il faut généralement avoir un lien avec un alchimiste qui devient son mentor, parce que même à l'école, ils ne font qu'effleure légèrement le su- » Une pause soudaine quand Aidrian se rendit compte qu'elle était encore partie dans un monologue, sérieusement, si la plupart du temps, elle avait de la difficulté à parler, elle devenait vraiment trop loquace quand elle parlait d'alchimie, trop passionnée, Salem pouvait probablement le voir à son regard qui brillait et son visage qui s'illuminait. « Excuse-sez moi, » *vouvoiement, garde tes distances Didi* « j'ai tendance à me laisser emporter quand je parle d'alchimie. » Les yeux vers le sol, la lèvre inférieure mordillée et un profond sentiment de gêne, sa voix baissa d'un ton tandis que son regard devenait fuyant.

Mieux valait avertir et aussi donner la permission de l'interrompre, juste au cas où la professeure Rembrandt n'aurait pas été à l'aise de le faire. Bon, maintenant, elle devait commencer à s'occuper d'elle-même parce que son épaule faisait de plus en plus mal et ça descendait dans le dos, ce qui était encore plus désagréable. Vraiment, Aidrian était contente de ses habitudes de se lancer tout un tas de sort de protection quand elle travaillait, sinon les dégâts auraient pu être bien pire. Au moins Salem serait arrivée pour l'aider, mais quand même, ça serait stupide de travailler sans, ce n'était pas garantie qu'une personne entende, non?

Eh, apparemment, Salem avait remarqué sa deuxième bouteille et la prof d'étude de moldu était curieuse. Aidrian leva le pot rempli de l'onguent doré, avant de sourire assez bêtement et mal à l'aise.

« Euh, eh bien... C'est pour moi. C'est de l'onguent d'Asclépios. Pour mon genou et mon épaule et un peu mon dos. » L'onguent d'Asclépios était un onguent assez difficile à créer, mais incroyablement efficace, un fin mélange d'alchimie et de potion, il fallait être très attentif pendant sa création aux chaleurs et aux temps d'infusion, très peu de gens y arrivaient, par contre, il pouvait presque tout guérir en ce qui avait attrait aux muscles et autre tissus semblables du corps humain. « J'utilise des sorts de protection, mais ça fait quand même très mal, » avoua-t-elle en grimaçant de douleur.

D'ailleurs, se tenir debout sur une seule jambe commençait à devenir fatiguant, mais elle ne pouvait plus vraiment mettre de poids sur son autre jambe, elle faisait trop mal, alors elle tentait d'alléger son poids sur sa jambe en déposant le pot d'onguent sur le comptoir et s'y soulevant – enfin, essayant de se soulever – de son bras encore indemne.  Avant de sourire bêtement une fois de plus quand Salem lui dit que ça lui plaisait de l'entendre partir sur de long monologue? Non, l'intéressait, ça semblait plus logique comme ça – enfin, plaire et intéresser, c'était près l'un de l'autre non? Par contre ça n'avait pas exactement la même signification... - et elle voulait en entendre plus? Vraiment? Apparemment elle ne savait pas le danger de laisser Aidrian parler librement d'alchimie...

« En fait, Ste-Mangouste aimerait beaucoup avoir un anti-douleur plus puissant pour les interventions particulièrement douloureuses, mais qui ne leur permettent pas d'endormir les patients, par contre l'anti-douleur doit avoir un effet minimum sur le système des gens pour éviter des complications inutiles. Alors je travaillais pour créer cet anti-douleur, mais c'est assez compliqué et les ingrédients que j'utilise sont très sensibles à toutes les variations, l'ajout d'un ingrédient, un degré de température, le temps d'infusion, donc je dois être très prudente. Par exemple, je pense que je me rapproche. Le composé alchimique devrait être injecté dans le corps par le système sanguin comme il se rend partout et il devrait se modifier quand il entre en contact avec un certain niveau d'histamine, un neurotransmetteur, pour ensuite aller rejoindre les nocicepteurs de la douleur pour les insensibiliser et donc empêcher la transmission du message de douleur. Pour ça, j'utilise de l'essence magique tiré du feu des dragons, mais aussi du sang de sasquatch des glaces, mais les deux ingrédients sont très difficiles à mélanger et atteindre l'homogénéité que je veux et le résultat est assez explosif comme tu peux le voir, mais j'aurais jamais penser qu'il y aurait deux explosions, mais... c'était peut-être un autre ingrédient. L'eau de pleine lune peut-être? Ou la flamme de phénix? »

Ayant oublié qu'elle était blessée et déjà repartie sur son composé alchimique, Aidrian tenta de rejoindre sa table de travail, mais dès son premier pas, sa jambe blessée prit un vilain plaisir à lui rappeler ce qu'était la douleur et les forces manquèrent à l'alchimiste qui se laissa tout de suite tomber au sol, le genou entre les mains, tandis que son épaule droite lui disait qu'elle aussi ne voulait pas être négligé.

« Ow! Ow-ow-ow-ow-ow-ow-ow-ow, » fût la plainte de la professeur de potion alors qu'elle s'affalait au sol, les yeux rempli de larmes qui elles ne se gênaient pas de couleur le long de son visage. « Ouais... je devrais peut-être prendre le temps de m'occuper de moi avant. » Malgré les larmes de douleurs, 'Rian essayait de sourire et de plaisanter, elle ne voulait pas perdre la face devant Salem, même si ça devait déjà être trop tard pour ça, surtout avec la belle démonstration de douleur qu'elle venait de montrer et les larmes qui coulaient involontairement sur son visage.

Un coup d'oeil à sa jambe et elle pouvait voir l'oedème qui s'était installé au niveau du genou. Bon, elle pouvait déjà oublier son idée de se rendre à l'infirmerie par elle-même, elle ne bougerait plus de là, ça faisait beaucoup trop mal. Elle jeta un coup d'oeil vers l'onguent magique... Trop loin aussi. Tentant de son mieux pour s'empêcher de rougir, elle se tourna vers Salem qui s'était inévitablement rapprochée avec sa chute.

« Euh, je, je vais avoir besoin d'aide je pense bien. » Les yeux rivés vers le sol, la voix un peu tremblante à cause de la douleur et trop timide pour oser lever les yeux.


___

But friendship is precious, not only in the shade, but in the sunshine of life, and thanks to a benevolent arrangement the greater part of life is sunshine.


Dernière édition par Aidrian Starkweather le Dim 3 Aoû - 1:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
SALEM ▽ Till the landslide brought me down
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1682
Date d'inscription : 16/02/2014
Multicomptes : LVH - EJE - KAS - JAH - JLW - AH -
MessageSujet: Re: ('rian&salem) + all your life you've never seen a woman taken by the wind   Jeu 31 Juil - 22:10




Aidrian & Salem

all your life you've never seen a woman taken by the wind




Septembre - Jeudi soir - Couloirs de Poudlard.

Rhiannon était un chat des plus fascinant – presqu’autant qu’un crocodile ou qu’un moldu-  et il avait tendance à être comme moi à être fasciné par tout ce qui passait. Y compris  par les paillettes et les morceaux de potions qui pouvaient être suspendus dans les airs. Bref, ce chat était une plaie, - comme sa maitresse - … Ah non je proteste moi j’etais parfaite ou du moins je ne mettais pas tout à la … Okay, ce chat était donc une plaie comme moi. Cela étant dit ça ne m’aurait pas dérangé qu’elle me donne une potion de sa concoction pour me soigner ! Soit ! On disait quoi ? Azsdfghj même non ?  Elle avait déjà de quoi soigner mon chat et elle me tutoyait, vouvoyait, ce qui me fit un peu sourire.

«  Tu peux me tutoyer si tu veux, après tout on est collègues non ? Et puis quoi ? Je ne suis pas si vieille que ça, et encore moins si respectable. Enfin je crois pas. »  Et voilà qu’une fois de plus je parlais trop. Mais c’était vrai, le vous, ça me donnait l’impression d’être une vieille grand mère, ou alors d’être mes parents, ce que je ne voulais jamais être. Brr. Madame Rembrandt, c’était ma mère, et jamais au grand jamais je ne serais comme elle. Mais oui, soit !  J’avais donc attrapé la petite fiole, et je souriais doucement. «  Je viendrais te voir avec plaisir. Enfin, je veux dire je ne serais pas ravie qu’il soit malade, mais je viendrais oui. Je te remercie. Tu t’y connais beaucoup en animaux ? »  

Aidrian était vraiment gentille en tout cas. Et mignonne. Et un peu maladroite. Oui j’étais sure qu’on était faites pour s’entendre, et je serais ravie d’en apprendre d’avantage sur elle. Plus tard. Quand elle voudrait. Hmm. Qu’est ce que je faisais la moi déjà ? Ah oui, je me rappelais, l’explosion. Mon inquiétude. Mon stupide chat. – Qui n’était pas si stupide que ça merci – Et puis et puis voilà ! J’étais la ! Avec mes cheveux blonds, mon air peut être un peu perdu. J’étais la, et je n’avais plus vraiment envie de quitter le bureau. Ah les canards, étaient oubliés depuis un moment maintenant. Parce que c’était comme ça, je me dispersais dans ma tête – et je me dispersais aussi assez dans ma façon de parler. Hmm. Soit !

En tout cas une simple petite phrase venait de la faire partir dans un grand discours sur l’alchimie, qui me fit largement sourire. J’étais pareille, quand je parlais des moldus, quand je parlais des inventions ou que je parlais de musique, et alors je souriais – de mon plus beau sourire - «  Ne t’en fais pas. J’aime t’ecouter parler. Enfin je veux dire c’est super intéressant. Je t’avoue que j’ai jamais été la plus douée en potion, je suis assez maladroite dans mon style, mais ouais je m’emballe autant quand je parle de choses moldues tu sais. Oh tu connais la musique moldue un peu ? J’ai plein de choses à te faire écouter si tu le désire. Tu verra, j’ai aussi plein d’artefacts moldus dans mon bureau ! » Okay. La je parlais trop.  Mais au moins elle ne se sentirait pas seule à parler de tout et de rien. Oh j’esperais vraiment qu’elle aime, la je me sentais comme une ado qui voulait faire visiter sa chambre à une amie. Chose que je n’avais jamais fais car je n’avais jamais pu ramener des amis à la maison.  Enfin n’epiloguons pas trop la dessus ! Ce n’était pas le moment ! Et je sentais bien que je me faisais une amie la. Une vrai ! Une chouette.  ( Carrément paumée dans sa tête la Salem. Mais néanmoins toute chou !) «  Quoi qu’il en soit oui, parle moi d’alchimie autant que tu voudra ! Et arrete de me vouvoyer. A moins que tu prefere que je te vouvoie. Hoi Zut ! Je me trompe peut être a te tutoyer depuis tout à l’heure. Je te gene ? Mince ! Tu m’en veux pas au moins ? » Bravo Salem ! Langage express ! Bon j’esperais pas avoir trop gaffé cela dit ! Car j’étais quand meme une fille bien élevée. Et si elle me disait que ça la gênait, je me ferais pardonner. Avec un cupcake peut être ? ( Oh non ça c’est ma joueuse.)  

Mais bon dans tout ça j’étais sacrement curieuse sur la potion numéro deux, et je ne tardais pas a en apprendre d’avantage. De l’onguent d’Asclepios. Je n’en avais jamais entendu parler, alors bien sur c’était avec des gros yeux fort interessés que je l’ecoutais en parler avec verve et passion. C’était juste fascinant de l’ecouter s’emporter comme ça.  Elle avait tellement de passion, tellement d’interet pour sa matière. C’était compréhensible avec une matière aussi passionnante que ça. Ah si j’avais eu la chance d’avoir un professeur comme ça a l’époque, pour sur j’aurais été d’avantage intéressée par les potions. Mais soit. On ne revenait pas en arriere et on ne refaisait pas le passé.

Pendant que je pensais à tout ça elle était en train de déblatérer sur les explosions, et sur l’anti-douleur qu’elle était en train de créer. Ca me faisait sourire tout ça. Trouver quelqu’un d’aussi passioné que moi, meme si c’était dans une autre matière que la mienne ça faisait toujours plaisir.  

Je n’eus cependant pas le temps de réagir a son explication que déjà elle poussait un gémissement, ou plutôt une plainte en s’ecrasant sur le sol. Oui je pense que s’ecraser était le bon terme vu la position dans la quelle se retrouvait avec des larmes plein les yeux. Paniquée. J’étais totalement paniquée. Et je me rapprochais d’elle.  

«  AIDRIAN ! » Oui j’étais a ses cotés en moins de temps qu’il n’en fallait pour dire «  Saucisse »   Et je la regardais en cherchant ou elle devait avoir mal ? Et je m’agenouillais à ses cotés. «  Viens, je vais m’occuper de toi. »  Pieds dans le plat. «  Enfin si tu veux. Je veux dire. Je vais t’aider. Tu veux que je te porte jusqu'à l’infirmerie ou jusqu'à ta chambre peut être ? » Ca au moins c’était proposé. Et tant pis si je parlais souvent sans réfléchir. Si je ne savais pas trop ce qu’il fallait dire. C’était ainsi. Voilà tout.




___


She is like a cat in the dark, and the she is the darkness; she rules her life like a fine skylark and when the sky is starless. All your life you've never seen a woman taken by the wind Would you stay id she promised you heaven? Will you ever win ? She rings like a bell through the night; And wouldn't you love to love her? She rules her life like a bird in flight... And who will be her lover?     RHIANNON ♦️
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1469
Date d'inscription : 15/07/2014
Multicomptes : J.B.
Caracteristique : Directrice des Serpentards et professeur de potion
MessageSujet: Re: ('rian&salem) + all your life you've never seen a woman taken by the wind   Dim 3 Aoû - 4:59

All your life you've never seen a woman taken by the wind
Jeudi soir, Septembre, Salle de potion


Le droit de tutoyer la professeure Rembrandt... Elle l'avait et sans le demander. Aidrian ressentit une étrange joie à cette simple idée, elle ne voulait pas vouvoyer Salem, elle avait l'air tellement gentille et sympathique et elle était si adorable.. Oups, ouais... Mieux valait éviter ce genre pensée, ça pourrait la mener sur une mauvaise pente même si c'était vrai, Aidrian avait déjà trouver d'autres femmes belles par le passé, mais elle n'avait jamais eu ce type d'attirance. Salem la déstabilisait, mais pas d'une façon négative, c'était ce qui était dangereux. Les deux professeures ne se connaissaient presque pas et si Salem faisait partie de ses personnes qui détestent immédiatement les gens différents? Elle n'en donnait pas l'impression et de ce que 'Rian connaissait d'elle – surtout sa réputation en fait, traître à son sang, molduphile et d'autres trucs pas très gentil – elle serait étonnée que Salem soit comme ça, mais bon avec le temps elle avait appris à être prudente, bon d'accord, c'était de la timidité bien avant d'être de la prudence, enfin, oublions tout ça. Salem était mignonne, mais elle ne devait pas y penser. Voilà.

« Très bien, tutoyer, c'est bon, » dit-elle avec un grand sourire un peu bête sur le visage avant de comprendre le reste de la phrase et Aidrian eut un petit moment d'alarme... « Oh non-non-non! Tu n'es pas vieille! Pas du tout, tu apparais jeunes et très- » pause tandis que le mot coinçait dans sa gorge et son visage prenait une violente teinte rouge, heureusement ses cheveux étaient détachés et elle put se cacher derrière un rideau de cheveux. Mouais, elle avait bien failli dire 'belle' et qu'est-ce qu'elle s'était dit juste avant? *Ne pas penser à ça, ah bah bravo Didi! Tu respectes vraiment ce que tu te dis de faire.* Un sourire mal à l'aise et un raclement de gorge avant de se ressaisir de son mieux. « Je suis certaine que tu es très respectable. » Oui, faire crois que c'était ce qu'elle avait voulu dire.

Ou pas. Un autre truc à oublier. Tiens, justement, elle lui donnait la potion pour son chat, bon changement de conversation. *Bien joué Didi!* Donner la potion avec des explications, pas si difficile, c'était simple. Jusqu'à ce que Salem lui renvoie une question qui la fit lever le regard comme si elle n'avait pas entendu, l'esprit ailleurs, distraite. Les animaux? Si elle s'y connaissait?

« Ah euh, je m'y connais un peu, j'ai eu de bons résultats dans le cours de soins quand j'étais étudiante et c'est utile quand j'ai besoin d'ingrédients frais pour le travail, mais ce n'est pas ma spécialité. » Elle replaça une mèche de cheveux derrière son oreille, elle ne voulait pas paraître comme la personne obsédée par son travail ou comme une je-sais-tout, par contre c'était un peu difficile, elle ne mentait pas vraiment et avait une réputation qui rivalisait avec celle de son père maintenant... Parfois elle était encore dans l'ombre de ce dernier pour les gens en retard sur les nouvelles dans le domaine alchimique, mais autrement... Au moins, elle n'était pas du genre à le crier sur les toits, elle ne faisait que répondre honnêtement à une question. Voilà. « Par contre, je me débrouille plus en médicomagie pour les humains ou parfois les êtres humanoïdes, s'ils ne diffèrent pas trop des humains. Et vous-tu » Mouais, pas tout à fait à l'aise encore. « aimes les chats? »

Oh la question idiote, au moins ça lui éviterait de passer pour une je-sais-tout maintenant. Sauf quand elle partait dans l'un de ses longs monologues. Ouin... Quelle impression elle donnait à Salem? Pas une mauvaise au moins? Elle devait la trouver complètement à coté de la plaque en fait non? Beaucoup de gens la trouvait comme ça, une véritable ermite qui ne sortait presque pas de son laboratoire, savant fou avait aussi été utilisé pour la décrire... Mais c'était pas de sa faute si elle n'était pas très à l'aise avec les gens, non? *Didi, il faut que tu arrêtes de taper sur la tête comme ça, qu'est-ce que papa dirait s'il était là, hein?*

Oh! Tiens... Ça ne dérangeait pas Salem? Elle aimait l'écouter parler, euh, comment? Elle aimait le son de sa voix? Oh non! Elle était intéressée par le sujet, tant mieux alors. C'était un soulagement, oh et Salem était aussi passionnée? Par les choses de moldu?

« Oh oui, je sais! » Hum... Peut-être pas la bonne réponse ça? Non, vraiment pas en fait. « Enfin, j'en ai entendu parlé, mais pas que je me suis renseignée sur toi-vous, mais comme tu enseignes l'étude des moldus et... » Vous connaissez le livre 'Comment les pieds dans les plats pour les nuls' rédigé par Aidrian Starkweather? Non? Par encore? Normal, elle vient tout juste de penser à l'écrire, mais au moins 'Rian pu voir à quel point Salem était passionnée par sa matière.

« La musique moldue? Non, je ne connais pas vraiment, mais si je serais ravie d'apprendre. » Oui, non, en fait, elle était intéressée à cause de la personne qui faisait l'offre pour le moment, mais elle aimait assez la musique, même si en général elle préférait travailler dans le silence, donc elle n'en écoutait pas beaucoup. Par exemple, Salem se montrait vraiment adorable avec son enthousiasme et ça faisait sourire l'alchimiste.

« Oh non! Tu n'as pas fait d'erreur! C'est moi le problème, je ne voulais pas me montrer grossière, mais tu n'as rien fait. » Une touche de panique dans sa voix, elle ne voulait pas que l'autre professeur pense qu'elle avait fait une erreur. Pas du tout, c'était Aidrian le problème. « Tout va bien profe-euh-Salem. » Elle aimait bien dire son nom, il était joli. « C'est moi qui a tendance à beaucoup vouvoyer. » Elle lui fit une moue d'excuse.

Puis Aidrian se perdit de nouveau dans un long discours, il n'en fallait vraiment pas beaucoup pour la lancer de toute façon, mais cette fois, elle n'eut pas besoin de s'arrêter. Non. Son corps le fit à sa place quand elle s'affala au sol, des larmes coulant sur ses joues tandis que la douleur de son genou et son épaule la faisait trembler comme une feuille. Mouais, on pouvait dire qu'elle avait perdu totalement la face devant la belle professeure à côté maintenant. Professeure qui était maintenant à côté d'elle, tout près, un peu trop près, elle pouvait sentir son shampooing – oui, parce qu'elle avait le nez très fin, très utile quand on travaillait avec des potions potentiellement dangereuses – et si la douleur l'empêchait d'être complètement distraite, Aidrian n'entendit absolument aucune des choses que Salem lui dit.

« Han, quoi? » Elle battait des cils un peu stupidement. « Oh, de l'aide, oui. Par contre je ne crois pas que je pourrais me rendre jusqu'à l'infirmerie. » Et la porter? Salem devait être plus forte qu'elle ne le paraissait pour proposer ça. « Euh, en fait, je n'ai pas besoin de l'infirmer-. » Une coupure soudaine tandis qu'elle inspirait subitement à cause de la douleur et quelques larmes supplémentaires coulaient sur ses joues. « Madame Pomfresh ne pourra rien m'offrir de mieux que l'onguent que j'ai là, » expliqua-t-elle en pointant le pot resté sur le comptoir, en dehors de sa portée. « Par contre, je n'arrive pas à l'atteindre... » Soudainement très gênée, elle baissa les yeux au sol et se mordilla la lèvre inférieure avant de continuer. « Tu pourrais me le passer? »

Ça pouvait sembler assez stupide d'être soudainement aussi gênée pour une simple question comme celle-là, mais c'est qu'elle voulait dire plus, mais les mots restaient coincés dans gorge. Elle prit quelques grande inspirations qui la firent grimacer de douleur. La tête baissée, elle regardait Salem du coin de l'oeil, n'osant pas trop continuer à parler jusqu'à ce qu'elle trouve le peu de courage qu'elle possédait et parle d'une très petite voix.

« Je... J'aurais probablement besoin d'aide pour mettre l'onguent, mon épaule et mon dos font... un peu trop mal. J'arrive à peine toucher mon genou... » Ses joues avaient pris une teinte distinctement rouge tandis qu'Aidrian faisait tout pour éviter le regard de Salem. Est-ce que la blonde l'avait entendue? Est-ce qu'elle avait parlé assez fort? 'Rian l'ignorait, mais elle espérait que ça serait le cas, parce qu'elle n'était pas certaine de trouver la force de se répéter. « Je pourrais m'asseoir, ça serait probablement plus facile que de rester au sol, » et puis il y avait des éclats de verres, pas très sécuritaire, « Ou sinon, ma chambre est derrière la cinquième bibliothèque là-bas, je pourrais m'y rendre... avec de l'aide. »

Définitivement gênée pour de bon, Aidrian regardait le sol et n'osait plus lever le regard vers Salem.


___

But friendship is precious, not only in the shade, but in the sunshine of life, and thanks to a benevolent arrangement the greater part of life is sunshine.
Revenir en haut Aller en bas
SALEM ▽ Till the landslide brought me down
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1682
Date d'inscription : 16/02/2014
Multicomptes : LVH - EJE - KAS - JAH - JLW - AH -
MessageSujet: Re: ('rian&salem) + all your life you've never seen a woman taken by the wind   Sam 23 Aoû - 11:46




Aidrian & Salem

all your life you've never seen a woman taken by the wind




Septembre - Jeudi soir - Couloirs de Poudlard.

HRP Ta deuxième Reponse de la journée

J’étais a vrai dire plutôt mitigée par l’usage du tu et du vous. Disons que dans l’absolu j’avais tendance à tutoyer les gens, sauf les gens qui me stressaient, car j’avais toujours vouvoyé mes parents. Je supposais qu’être forcée à user du vous avec ses propres géniteurs nous poussait finalement à être plus relaxée avec le reste des gens. Oui. Ca c’’était probablement quelque chose dans le genre. Du moins c’était ainsi que moi, je réagissais. Peut être que j’étais bizarre ? On m’avait toujours dit que j’étais bizarre ? Est ce que j’étais bizarre ? Est ce que Aaron tutoyait tout le monde ? Non, mais Aaron était à l’aise chez nous ? Enfin, avant qu’il ne se découvre son tout petit problème de lividité et de non-vie. Mais ça c’était une autre histoire ? Et voila que je partais encore à mille à l’heure dans mes pensées .Enfin bref. Non seulement je pensais trop, mais en plus je parlais trop, et je venais d’inciter Aidrian a me tutoyer. Puisqu’après tout, moi je le faisais bien. Ah mais quel boulet. Est ce que je la dérangeais a être comme ça ? Est ce que … ? Non. Elle me sourit un peu, et m’assura que je n’étais pas vieille ? Et que … ? Quoi ? Qu’est ce qu’elle allait dire ? Moi j’arquais un petit sourcil curieux, mais je ne comprenais vraiment pas ce qu’elle voulait… Oh. Respectable. Rouge aux joues. C’était un compliment que l’on ne m’avait que très rarement fait.

« Je te remercie. On ne me le dit pas souvent. Enfin, que je suis jeune oui, je suis une des prof’ les plus jeunes ici après tout, mais respectable n’est que rarement le mot que l’on emploie pour parler de moi. Je me demande pourquoi…. »

Au fond non, je ne me demandais pas vraiment pourquoi. J’étais la prof un peu folle. La traitre à son sang. Je ne comprenais rien aux rapports humains, et parfois les gens se moquaient de moi à cause de ça. J’étais… Oh ça n’avait pas vraiment d’importance non ? Aidrian me trouvait respectable et ça me faisait sourire.

Et c’est ainsi que je laissais agréablement la conversation changer de sujet. Le chat. ! Ah oui, ce stupide chat que j’aimais plus que tout ! Elle s’en était occupé, ou plutôt elle me tendait une fiole, et ça nous avait amené dans une petite conversation à ce sujet. Et a ma curiosité. Peut être que j’étais trop curieuse tiens ? Ou peut être pas ? En tout cas, à chaque fois qu’elle parlait de quelque chose, elle avait l’air d’en parler avec tant de fougue, tant de passion, que je buvais ses paroles. Elle était fascinante. Et intéressante. Et elle était belle quand elle parlait. Beaucoup de gens étaient beaux d’ailleurs quand ils parlaient de quelque chose qui les passionnaient. Sauf Aaron, quand il parlait des méfaits qu’il accomplissait, ou ma mère quand elle parlait de ce qu’elle avait fait aux pauvres créatures magiques innocentes, ou mon père quand il…. Oui, les mauvaises gens qui parlaient de mauvaises choses n’avaient rien de beau…. Et je divaguais encore non ?

Elle m’avait posé une question, maladroite. Qui me fit sourire au plus haut point. « J’aime les chats oui. En fait j’aime a peu prés tous les animaux qui puissent exister. J’ai d’ailleurs adopté deux crocodiles en amazonie. Bon c’est dans une reserve bien sur, mais je leur envoie fréquemment de l’argent pour qu’ils s’occupent d’eux. J’aurais aimé les ramener ici ,mais ils auraient fini par manger la famille canard dans le lac, d’ailleurs c’était eux que j’allais nourrir. Oh, si tu veux je te montrerais la faute de Skotty et Karen. Ce sont les crocodiles… Oui. Et ce chat la, Rhiannon, il m’accompagne depuis des années maintenant, il a traversé une partie du monde avec moi, et …. Je parle trop n’est ce pas ? » Elle, elle avait tendance à beaucoup parler quand elle parlait d’alchimie et de choses du genre, moi c’était les animaux. Et puis mes voyages, et puis les moldus aussi ? En tout cas une chose était sure, j’adorais parler avec elle. Elle était vraiment géniale. Et j’adorais l’entendre parler. Meme si je la connaissais presqu’a peine ! Je lui disais d’ailleurs. Et…. Hmm quoi ?

Non. Sa gaffe en fait passa totalement inaperçue et je hochais la tête un peu rêveuse. « Oui j’adore ça. Et bien n’hésite pas à venir dans mon bureau quand tu veux, la porte est presque toujours ouverte, je la laisse comme ça pour que Rhiannon puisse aller et venir, il n’aime pas vraiment rester renfermer. Enfin, je veux dire voilà. Viens quand tu veux. Je te ferais gouter de la cuisine moldue si tu veux aussi. » Dans tout ça, moi je ne me rendais meme pas compte que je parlais beaucoup trop. Ca me semblait tellement naturel d’être spontanée comme ça… et… je rougissais en réagissant que je ne faisais que la tutoyer et que ça la gênait peut être. Félicitations Salem. A mon tour les pieds dans le plat. … Non. En fait. Non. Elle me rassurait illico. Et je lui adressais l’un de mes plus beaux sourires. « C’est parfait alors. Mais j’insiste. Tutoie moi. Sauf si ça te met mal a l’aise bien sur. » Sa moue d’excuse en tout cas était totalement mignonne. Oui. Carrement. J’avais rarement vu aussi mignon ! A part la tête adorable d’un crocodile venant de naitre.

Nouveau monologue ou presque, moi j’aimais l’ecouter, je le disais et le re-disais, et… crac ? Elle venait de tomber comme un sac et j’accourais vers elle totalement inquiete ? Est ce que je pourrais la porter ? Un sort et je la trainais par la magie jusqu'à l’infirmerie ? Non, elle n’avait pas l’air bien lourde, j’avais plus de force qu’il n’y’ paraissait, je pouvais la porter ; j’avais porté des sacs tellement lourds pendant mes excursion, je n’étais pas si fragile que mon apparence le laissait apercevoir. Hmm. Soit ?

Donc ? Elle avait besoin d’aide ? Je n’étais pas paniquée. Je n’étais pas paniquée. Je n’étais pas…. Ah bah si en fait. J’étais un peu paniquée. Et je voulais l’aider, alors je parlais vite. Je lui proposais plein de choses, et j’attendais qu’elle me dise ce dont elle avait besoin. « L’onguent. Bien. » Ni une, ni deux, je l’attrapais et je lui tendais, alors qu’elle rajoutait deux trois choses. S’asseoir. Sa chambre ? Lui passer de l’onguent ? Ca s’emmelait un peu dans ma tête, et je répondais le plus naturellement du monde.

« Viens, je vais te conduire dans ta chambre et je t’aiderais à te le passer si tu veux. Tu as besoin que je t’aide à te relever ? » Non, moi je ne voyais rien de gênant à ça ? C’était naturel d’aider une amie non ?



___


She is like a cat in the dark, and the she is the darkness; she rules her life like a fine skylark and when the sky is starless. All your life you've never seen a woman taken by the wind Would you stay id she promised you heaven? Will you ever win ? She rings like a bell through the night; And wouldn't you love to love her? She rules her life like a bird in flight... And who will be her lover?     RHIANNON ♦️
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1469
Date d'inscription : 15/07/2014
Multicomptes : J.B.
Caracteristique : Directrice des Serpentards et professeur de potion
MessageSujet: Re: ('rian&salem) + all your life you've never seen a woman taken by the wind   Lun 25 Aoû - 7:45

All your life you've never seen a woman taken by the wind
Jeudi soir, Septembre, Salle de potion


Respectable... Ç'avait l'air de lui faire plaisir comme compliment, bon, ce n'était pas le premier qui était venu dans l'esprit d'Aidrian, mais elle le pensait tout de même. 'Rian ne mentait pas, après tout, Salem avait l'air de prendre ses tâches et ses élèves à cœur, elle semblait connaître très bien sa matière et n'avoir aucune duplicité cachée, c'était donc vrai. Respectable lui allait très bien et pourquoi les gens ne lui dirait pas? Bien sûr, elle était peut-être un peu particulière dans son genre, mais c'était ce qui faisait son charme, non? Peu importe, ça ne changerait pas l'avis de la prof de potion.

Le sujet dériva vers les animaux et Aidrian put observer la même fougue chez Salem qu'elle avait  quand elle parlait de son travail. La prof d'étude moldu était vraiment passionnée par les animaux, son chat, qui était adorable, les crocodiles, aussi étrange que cela puisse paraître et les canard et probablement qu'il y avait d'autres, mais ceux-là était ceux qui la concernait elle. Et c'était adorable. L'écouter parler lui faisait même oublier ses douleurs du moment. Elle était loin de trop parler contrairement à ce que Salem pensait.

« Non, tu ne parles pas trop, de toute façon, tu me supportes depuis tantôt avec mes discours sur les potions qui ne sont pas si palpitants après tout. » C'était vrai, non? Si Salem supportait ses discours à elle sur l'alchimie, les potions et tout le reste, ce n'était pas grand chose de l'écouter sur ce que elle aimait et puis avec sa passion et son enthousiasme, ce n'était pas difficile à écouter et Aidrian se laissait facilement emporter par ses paroles.

Elle ne manqua pas non plus l'invitation à aller la visiter dans son bureau, chose qu'elle ne manquerait sûrement pas de faire, voir même dès le lendemain... Bon ça ne serait probablement pas raisonnable, mais Salem était tellement adorable, ce n'est pas comme si elle pourrait résister bien longtemps et puis elle voulait vraiment apprendre à la connaître et s'était en passant du temps avec elle qu'Aidrian y arriverait.

« Je passerai alors, tu me montreras tout ce que tu as comme musique moldue, ça me fera un plaisir de découvrir leur musique. Je dois dire que durant mes études à Poudlard, je n'ai suivi le cours seulement que la 3e année à la 5e et je n'ai pas donné le plus d'effort dans ce cours. » Elle bougeait le moins possible pour éviter de se causer de la douleur inutilement tandis qu'elle discutait avec Salem, ce qui était peut-être stupide de sa part, mais 'Rian ne pouvait pas s'en empêcher, la prof d'étude moldue avait un effet en quelque sorte hypnotique sur elle. « La cuisine moldue? J'ai entendu dire qu'ils avaient des mets assez uniques, c'est quelque chose que j'aimerais bien découvrir. » Élargir sa palette de goût et de recettes, ça serait une très bonne idée, non? Elle qui aimait presque autant cuisiner que préparer ses potions, c'était quelque chose qui l'intéressait vraiment. Et un point commun avec la belle sorcière à ses côté. En quelque sorte.

« Très bien, je te tutoie, ça ne sera pas un problème, » eh non, 'Rian ne voulait que ça devenir 'amie' avec elle, « je ne voulais simplement pas te manquer de respect. » La fin de sa phrase était terminée avec timidité, mais certitude, partir sur de mauvais termes avec la professeure Rembrandt était bien la dernière qu'Aidrian désirait, mais voilà que sa timidité et son vouvoiement aurait presque eu l'effet contraire à celui désiré, au moins Salem était claire dans ses termes et ce qu'elle voulait.

Et voilà qu'Aidrian retombait à son tour dans ses propres monologues et en oubliait même ses blessures qu'elle n'avait pas encore traité, résultat : de nouveau au sol et ça faisait encore plus mal. La prof de potion retenait avec peine les larmes que la douleur créait, elle ne voulait pas perdre la face devant Salem, même si c'était probablement déjà, par contre l'autre sorcière ne semblait pas voir les choses ainsi, tout ce qu'il y avait dans son expression et sa voix était de l'inquiétude sincère. Aidrian donna rapidement des instructions sur ce qu'elle pouvait faire pour l'aider et en moins de deux, Salem était à ses côtés avec l'onguent magique qu'elle lui tendait, mais 'Rian ne se voyait pas vraiment le prendre, son bras indemne aidant à soutenir le blesser.

« Garde-le, je ne suis pas vraiment en état de le prendre, » il y avait un faible sourire sur son visage, un maigre signe pour tenter d'avoir l'air plus forte qu'elle ne se sentait suivit d'une expiration saccadée par la douleur. Inspirer. Expirer. Inspirer. Expirer. C'était le seul moyen qu'elle avait pour tenter de se contrôler et ne pas perdre complètement les moyens sous la douleur. « Un peu d'aide ne serait pas de refus, » avoua-t-elle, Aidrian ne voulait pas sembler faible, mais elle savait aussi reconnaître quand elle ne savait pas faire une chose par elle-même. « Évite le côté droit, il fait vraiment très mal. » Sa voix tremblait un peu au commentaire comme elle se retenait de céder totalement à la douleur comme un enfant de 5 ans... 'Résister' n'avait jamais été son point fort.

Avec l'aide de sa collègue, Aidrian réussit à se redresser sur une jambe et gardant un bras autour des épaules de l'autre sorcière, elle les dirigea, bon boita avec de l'aide, vers la cinquième bibliothèque. Normalement, elle aurait probablement été profondément troublée par la proximité de Salem, mais cette fois-ci la douleur prenait le dessus et elle arrivait à peine que retenir le plus gros des larmes, plusieurs petits solitaires s'échappaient de ses yeux et roulaient le long de ses joues, le tout accompagner de brèves et soudaines inspirations quand il y avait des pics de douleurs, donc à chaque pas.

« Copernic, » dit-elle face à au meuble avant de tourner la tête vers Salem. « C'est le mot- » Une inspiration brusque. « de passe. » Elle tenta un sourire qui ressemblait un peu plus à une grimace qu'autre chose tandis que la bibliothèque se déplaçait. « Ne fait pas attention au ménage, je n'ai pas eu le temps de le faire. » Mouais, comme si... Non, Aidrian n'était pas une accro de la propreté comme elle pouvait parfois donner l'impression. Par contre, présentement, elle aurait bien aimé que le tout soit propre, juste pour mieux paraître devant Salem, enfin, ce n'est pas comme si elle avait pu prévoir recevoir de la visite... Une deuxième raison pourquoi elle aurait bien aimé qu'il soit fait c'était que le trajet pour atteindre son lit ou le divan aurait été plus facile. Sans être particulièrement encombré, il y avait quand même des piles de livres ici et là qui aurait dû être dans la bibliothèque qui était complètement vide.

« Je crois que le lit sera plus facile à atteindre que le divan. » En effet, le divan était très encombré, c'était évidemment l'endroit où elle devait faire le plus de lecture. S'appuyant fortement sur Salem, le duo se dirigea vers le lit dans la pièce où Aidrian s'assit avec un soupir de soulagement, reprenant son souffle et essuyant ses joues trempées d'un mouvement de la main. Des grandes inspirations la calmèrent après un certain moment. Maintenant il ne restait plus qu'à traiter les blessures ce qui mit de nouveau la prof de potion mal à l'aise.

« Heum... Il faut juste mettre l'onguent sur les endroits blessés. » Une pause tandis qu'elle tentait de gérer la douleur et sa gêne en même temps. « Mon genou et mon épaule, peut-être mon dos aussi, la douleur descend assez loin... »

Au moins elle portait une jupe bleu marin, son genou serait facilement accessible pour l'épaule et le dos, c'était une autre histoire par exemple... Elle mâchouilla sa lèvre inférieure en essayant de se dire que ça ne dérangeait pas et qu'évidemment c'était nécessaire, mais avec sa gène et sa réserve habituelle, il y avait aussi sa pudeur, donc se déshabiller, même un peu n'était généralement pas très aisé pour elle et devant une personne qui lui faisait un certain effet, on pouvait imaginer son mal l'aise...


___

But friendship is precious, not only in the shade, but in the sunshine of life, and thanks to a benevolent arrangement the greater part of life is sunshine.
Revenir en haut Aller en bas
SALEM ▽ Till the landslide brought me down
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1682
Date d'inscription : 16/02/2014
Multicomptes : LVH - EJE - KAS - JAH - JLW - AH -
MessageSujet: Re: ('rian&salem) + all your life you've never seen a woman taken by the wind   Sam 6 Sep - 1:51




Aidrian & Salem

all your life you've never seen a woman taken by the wind




Septembre - Jeudi soir - Couloirs de Poudlard.

C’était plutôt sympathique d’avoir une conversation avec Aidrian. L’idée que j’avais eu au départ sur le fait qu’elle puisse me fuir était totalement erronée ,j’avais plutôt l’impression qu’elle voulait fuir la compagnie entière et passer sa vie dans les potions. Quelque chose comme ça. Oh pas que je juge bien au contraire, c’était un peu comme moi. En diffèrent. Enfin j’étais donc probablement bien placée pour la comprendre.  Et j’appréciais vraiment de parler avec elle. Même si la situation était un peu bizarre. Enfin, je supposais que l’on pouvait remercier l’explosion, elle nous avait bien aidée celle la.  Bon, c’était assez mal de remercier une explosion qui aurait pu être dangereuse et en plus Rhiannon avait fait des bétises et… Oh zut quoi !

«  Je les trouve palpitants moi. Probablement autant que mes discours à moi. »

Une petite plaisanterie. Une chose était sure, je l’appréciais assez. Et j’aimerais vraiment faire sa connaissance d’avantage.  Alors oui, nous passerions un peu plus de temps ensemble ? Du moins je ferais tout pour. Je venais d’ailleurs de l’inviter à venir quand elle voulait dans mon bureau, pour parler de musique moldue, et de toutes ces choses la. J’avais toujours tellement de choses à faire découvrir.  – Sans sous entendus aucuns bien entendu –

Bouyah ! En tout cas l’invitation était bien passée et je souriais. Un peu niaisement peut être. «  Tu n’aura qu’a me dire quand tu viens, je préparerais un plat et on pourra parler de musique et de culture moldu si tu veux. » Oui, je venais bien de l’inviter à manger. Non, je ne réalisais pas que ça pouvait passer comme un rendez vous romantique, parce que je n’avais aucune idée des choses comme ça moi. Je m’en fichais. J’avais bien fini par…. Enfin, qu’importait. J’étais un peu niaise de ces choses la.  Ouais bref !

Bon en tout cas maintenant ! elle me tutoyais. Je la tutoyais ! Et …. Tout allait bien…


….
…..

Jusqu'à ce qu’elle ne s’écrase sur le sol, telle une truite échouée sur le bord de la mer. – c’est peut être un poisson de rivière, ça expliquerait tout -  Du coup, ni une ni deux, j’accourais vers elle pour l’aider. Lui tendant son onguent, ne sachant pas vraiment quoi faire, parce que oui, forcement j’étais peut être intelligente mais la vicacité d’esprit ce n’était pas vraiment mon truc…  

«  Okay ». Que dire de plus ? Elle avait tellement l’air d’avoir mal. Alors du coup, oui, je l’aidais a se relever un peu.Sans m’accrocher à son coté droit, en faisant attention. «  On va y’aller lentement, pour éviter que tu ne te re-blesse par dessus. »  Bon, être attentionnée c’était un peu étrange, parce que j’étais maladroite, mais voilà. Tant bien que mal, je l’aidais à marcher jusqu'à la bibliothèque… Une des bibliothèque, la cinquième en fait. Elle avait l’air d’avoir si mal qu’elle me brisait le cœur.

«  Ne parle pas trop si ça t’épuise. Je vais m’occuper de toi » Oui, j’agissais comme si il s’agissait d’une blessée de guerre, mais bon, pour moi toutes les blessures étaient les memes et je m’inqueitais sincèrement pour ma nouvelle amie ?  Dans tout ça moi, je regardais le meuble s’ouvrir pour laisser place à un passage vers ce qui devait être son lieu habitable, et je souriais un peu. Je rentrais plus ou moins dans son intimité et ça avait un petit coté comment dire, intime… Je ne faisais pas vraiment de commentaire, mais je me sentais spéciale, parce que je me doutais bien que peu de gens de Poudlard avaient eu l’occasion d’y venir.  C’était mignon. J’aurais presque pu rougir. Oui j’appréciais beaucoup de me sentir spécial , c’était… Ca boostait un peu mon tout petit égo que tout le monde passait bien trop de temps à écraser.

«  Ne t’en fais pas, tu n’a pas vu mon bureau à moi. » Un petit sourire qui se voulait rassurant, et je continuais de la soutenir, tandis que Rhiannon n’en perdait pas une, allant s’installer sur son lit sur le quel il se couchait tel le gros chat qu’il était. «  Je crois que malgré ton désordre ça plait bien à Rhiannon. »  Ma voix était toute douce, et je tentais de la tenir sans tenir des parties trop intimes, et sans forcer sur son coté droit. Ouais, plus facile à dire qu’a faire quand même ! Mais bon, on faisait comme on pouvait !  Bref Bref ! Blblblblbl même que voilà !  C’était donc direction le lit que nous allions, ah bah, Rhi’ avait déjà montré le chemin alors.

Une deux. Ho hisse la saucisse ! Pas qu’Aidrian soit une saucisse, ou alors elle était une saucisse de belle qualité, avec un sourire a tomber, et un corps parfait. Non, pas une saucisse du tout en fait ! La charcuterie n’etait pas désirable, pas que je ne trouve Aidrian désirable, le désir était tout de même quelque chose d’un peu inconnu, mais… Enfin bon, voilà ! Elle était posée sur son lit, Rhiannon la regardait comme si il lui demandait un câlin, et moi j’attendais avec l’onguent dans mes mains.

«  Voilà, essaye de t’installer bien… Tu veux que… ? » Ah non, elle ne voulait pas que je la laisse, j’allais devoir lui appliquer l’onguent. Le genoux. L’epaule. Peut être le dos. «  C’est noté. »  Un regard rapide, je regardais sa jupe et sa tenue… Bien. «  Est-ce que tu arrive à t’installer un peu mieux, je vais te soulever la jupe pour passer de l’onguent sur ton genou, surtout tu me dis si je te fais mal, je n’ai pas l’habitude. » Le sourire sur mes lèvres se voulait rassurant, et je me soufflais longuement sur les mains pour les réchauffer avant de remonter un peu sa jupe, et de décapsuler la fiole pour appliquer un peu de produit. Oui, je faisais attention. L’idée de devoir lui mettre de l’onguent sur l’épaule me faisait penser à un massage. J’esperais bien le faire…




___


She is like a cat in the dark, and the she is the darkness; she rules her life like a fine skylark and when the sky is starless. All your life you've never seen a woman taken by the wind Would you stay id she promised you heaven? Will you ever win ? She rings like a bell through the night; And wouldn't you love to love her? She rules her life like a bird in flight... And who will be her lover?     RHIANNON ♦️
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1469
Date d'inscription : 15/07/2014
Multicomptes : J.B.
Caracteristique : Directrice des Serpentards et professeur de potion
MessageSujet: Re: ('rian&salem) + all your life you've never seen a woman taken by the wind   Sam 6 Sep - 6:06

All your life you've never seen a woman taken by the wind
Jeudi soir, Septembre, Salle de potion


Salem était des plus adorables qui soient. Elle était prête à aider et volontaire, son sourire semblait toujours rejoindre ses yeux et illuminait son visage de sa propre lumière, comme son propre petit soleil. Ce n'était pas tout, mais elle était aussi attentionnée et douce comme le montrait l'aide qu'elle lui apportait. Malgré la douleur et les blessures, la soirée se déroulait étrangement bien... 'Rian faisait connaissance – en quelque sorte – avec Salem et ça lui faisait immensément plaisir. Même que la sorcière blonde l'avait invitée à aller manger avec elle, ce qui l'avait ravie à souhait. Aidrian ne s'imaginait pas vraiment qu'une relation puisse être possible avec la prof d'étude moldu, alors elle ne le voyait pas – ou n'osait pas – comme un possible rendez-vous romantique et puis vu les circonstances dans lesquelles l'invitation était faite... Ce n'était pas vraiment propice à ce genre de pensées. L'alchimiste répondit tout de même par l'affirmative se disant qu'elle pourrait apporter un vin de sa confection pour combler le repas...

Par contre, l'idée du repas et de la musique moldue quitta rapidement l'esprit d'Aidrian avec sa chute et le retour en force de la douleur, le moment n'était pas vraiment à la discussion, mais vraiment. Heureusement, Salem était là et en un instant à ses côtés prête à l'aider. Pour le moment, tout était oublié à ce que la sorcière lui faisait ressentir, non, sa seule gêne était plutôt la proximité, mais ça, Aidrian le ressentait avec presque tout le monde sauf les gens les plus proches d'elle. Comme Kenn. Avec l'aide de Salem, le duo put se retrouver assez facilement dans l'appartement de 'Rian qui regretta l'espace d'un moment son désordre naturel, elle aurait bien voulue faire une meilleure impression pour Salem, mais bon, avec la double explosion, c'était peut-être déjà un espoir vain? Au moins elle ne s'enfuyait pas en courant, c'était un point positif, non?

Ah tiens... Son bureau à elle. Malgré la douleur qui n'allait pas en s'améliorant, l'alchimiste ne put réprimé un sourire à son commentaire. Cette femme était de l'or en barre ou quoi? Elle était rassurante en plus de toutes les autres qualités qu'Aidrian avait déjà pensé, elle aurait presque pu en oublier sa douleur, du moins, si elle avait été plus résistante à celle-ci, ça aurait probablement été le cas. Par contre là, chaque pas lui rappelait qu'elle était loin d'être en état de plaisanter et inconsciemment elle resserra son emprise sur Salem, elle était devenue sa bouée de survie en quelque sorte. Puis enfin, elles arrivèrent au lit où le chat – Rhiannon – s'était déjà confortablement installé ce qui fit un peu sourire l'alchimiste, le chat semblait aussi à l'aise que sa maîtresse, enfin d'après son point de vue. Avec l'aide de la prof d'étude moldue, 'Rian s'installa sur son lit en douceur, sans trop brusquer son côté blessé. C'est avec un soupir de soulagement qu'elle termina de s'asseoir, plus de tension dans sa jambe, plus besoin de forcer pour marcher... c'était une véritable délivrance et cela parut sur son visage, une petite ride qui se creusait lentement sur son front s'estompa et le froncement des sourcils s'atténua. Un peu plus et elle se serait laissée aller contre sa jeune collègue, mais bouger faisait mal. Et elle n'aimait pas avoir mal, donc elle se contenterait de rester bien droite, sans bouger.

Sauf que la voix de Salem la ramena à la réalité. 'Rian lui jeta un regard désolé, elle lui demandait encore de l'aide. Est-ce qu'elle abusait? Peut-être, sauf qu'en même temps, son bras valide lui servait à soutenir le bras invalide pour soulager la tension qu'il faisait sur son épaule. Donc bon, si ça ne dérangeait pas Salem de continuer à l'aider... Et c'est ainsi qu'elle interpréta la question laissé en suspend.

« Mon genou droit, mon épaule et probablement mon dos... » Elle n'était pas certaine, mais depuis sa chute, il était presque aussi atroce que son épaule, ce qui n'était pas vraiment rassurant.

Au 'c'est noté', Aidrian hocha la tête avant de suivre le regard vers sa jupe et elle devint soudainement affreusement consciente de sa position... Elle devrait révéler un peu de son corps à une autre personne qu'elle venait à peine de rencontrer et, disons que 'Rian était pudique, affreusement pudique. Elle était toujours bien habillée, elle ne révélait pas grand chose de sa personne. Bon, le genou, ce n'était pas si pire, mais quand même... Salem devait appliquer l'onguent et bon... Le rouge s'était pointé dans son visage et elle avait détourner son regard vers Rhiannon pour tenter d'ignorer la situation gênante pour elle.

« Je, je crois que c'est bien comme ça, » dit-elle hésitante, peu importe, tant que Salem pouvait poser l'onguent sur son genou tout irait bien, l'effet était rapide. Elle continua à fixer le chat tandis que sa collègue faisait ce qu'elle avait à faire. Quand elle sentit son genou à découvert, elle ne put s'empêcher de jeter un regard pour voir l'étendu des dégâts.

Aidrian ne s'était pas spécialisé dans les soins magiques, sauf ceux concernant les potions, mais elle avait quand même plusieurs notions dans la matière, c'était nécessaire avec le travail d'alchimiste et ses recherches, pour bien confectionner une potion avec un effet spécifique, il fallait savoir sur quoi elle devait agir et là... L'image n'était pas belle. Le genou était enflé et il avait une vilaine teinte violacée, surtout vers le bas de celui-ci, pas étonnant qu'il soit si douloureux s'il était déjà dans cet état, c'était une très mauvaise blessure qu'elle avait là.

« Dépose l'onguent sur le genou lui-même, principalement au centre, juste sous la rotule, le plus gros du dommage semble être là. Tu pars du centre et tu étends la pommade en petit rond. » Sa voix était diminuée, très faible, elle était affreusement gênée malgré tout, elle aurait peut-être dû aller à l'infirmerie finalement? Quoique elle n'aurait pas été plus à l'aise devant Pomfresh et il y aurait une chance que des étudiants les voient, non oubliez ça, des étudiants l'auraient et les rumeurs seraient parties dans folies dans l'école, non, c'était la meilleure possibilité. Ici, chez elle, loin des regards indiscrets et des rumeurs potentielles.

Sachant ensuite très bien se qui se passerait, elle retourna son regard vers Rhiannon qui était parfaitement adorable et semblait quémander des caresses. Déposant lentement, tout en douceur son bras sur ses jambes, ne pouvant s'empêcher une légère plainte de douleur alors que Salem ne l'avait même pas encore touché, c'était son épaule, puis elle étira sa main vers le chat noir, elle le laissa la sentir avant d'aventurer sa main sur sa tête et le gratter gentiment sur la tête, derrière les oreilles et dans le cou. Elle sentit Salem poser doucement, presque avec peur, l'onguent sur le genou blessé. Aidrian réussit à retenir sa plainte sonore, mais elle grimaça visiblement. Dans sa tête, elle voyait très bien comment l'onguent magique réagissait. Au fur et à mesure que la professeure d'étude moldue l'appliquait sur son genou, il devait se mettre à briller comme une nuée d'étoile avant de donner l'impression de se liquéfier et entrer disparaître sur la peau et la teinte violacée devait disparaître en même temps que médicament. Pour Aidrian, les sensations étaient différentes, c'était d'abord un affreux qui picotement qui donnait envie de se gratter et beaucoup, puis le picotement se transformait en un étrange engourdissement qui arrêtait la douleur et finalement une agréable chaleur qui se répandait dans les endroits blessés agréablement.

« Rhiannon est vraiment adorable, » dit-elle pour tenter de se remettre à l'aise tandis que l'onguent faisait effet. 'Rian essayait de se changer les idées. « Et il est trop gentil, même si je ne pense pas que Ulice montrera le bout de son nez tant qu'il est là. » Elle rit un peu à la pensée du rat multicolore. « C'est mon rat, » expliqua-t-elle, « il doit se cacher depuis l'explosion. »

La prof de potion retourna son regard vers Salem comme elle terminait le travail sur son genou qui avait retrouver un aspect presque totalement normal, il le serait d'ici une dizaine de minutes.

« Les muscles sont ce qui guéris le plus rapidement sur le corps humain et l'onguent d'Asclépios accélère énormément le processus en stimulant par magie les cellules et en fournissant tous les nutriments nécessaires. C'est le plus efficaces qui soit pour aider à guérir, mais il est extrêmement difficile à faire. Il n'y a qu'une poignée de personne dans tout le monde magique qui soient capable de le créer, le dernier chiffre dont je me souviens c'était six je pense, » six personnes dont elle faisait partie, mais ça, elle ne le dirait pas à voix haute, elle n'était pas du genre vantarde, « et le nom, Asclépios, correspond au nom du dieu grec de la médecine, enfin, dans l'époque classique, dans l'épopée homérique il n'était qu'un héros thessalien... » Et la voilà repartie dans un discours. « Son principal symbole est son bâton entouré d'un serpent, je sais que les moldus l'utilisent comme symbole pour désigner la médecine et on le retrouve sur leurs hôpitaux. » Salem avait bien dit qu'elle aimait les moldus, non? « Ah oups, pardonne-moi, je suis encore partie dans un discours il semblerait. »

Bon, elle l'avait peut-être fait exprès, inconsciemment, elle ne voulait pas avoir à retiré sa veste et sa chemise pour lui donner accès à son épaule. Ça la gênait énormément, mais il fallait que ça soit fait, non?

« Euh... tu peux m'aider avec ma veste et ma chemise pour sortir mon épaule? J'arrive à peine à bouger. » Plus le temps passait, plus la douleur était affreuse et moins elle pouvait bouger... C'était gênant à la fin d'être aussi dépendante d'une autre personne et de devoir se déshabiller quand on était aussi pudique qu'elle.


___

But friendship is precious, not only in the shade, but in the sunshine of life, and thanks to a benevolent arrangement the greater part of life is sunshine.
Revenir en haut Aller en bas
SALEM ▽ Till the landslide brought me down
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1682
Date d'inscription : 16/02/2014
Multicomptes : LVH - EJE - KAS - JAH - JLW - AH -
MessageSujet: Re: ('rian&salem) + all your life you've never seen a woman taken by the wind   Sam 27 Sep - 12:16




Aidrian & Salem

all your life you've never seen a woman taken by the wind




Septembre - Jeudi soir - Couloirs de Poudlard.

La chute d’Aidrian avait été un événement marquant de la soirée c’était sur. Mais je n’avais pas hésité une seule seconde à courir vers elle pour l’aider, tandis que Rhiannon tentait de faire de son mieux pour ne pas se mettre dans nos pattes d’humains. Alors c’était bien, et je l’avais rassurée sur son bureau, sur le chaos ambiant qui y régnait - elle n’avait pas vu le mien - et sur ses attitudes, ça ne me dérangeait pas. Rien ne me dérangeait en fait, sauf les personnes violentes avec les humains ou les animaux. Soit. Sans plus attendre je l’avais donc amené jusqu’a son lit, que mon chat avait squatté sans préavis.

Et alors que j’allais lui proposer de la laisser, pour qu’elle soit tranquille, elle me demanda de l’aide pour passer son filtre, non, c’était un onguent. Filtre, onguent, potions, je devais avouer que pour moi c’était tout du pareil au même… Enfin, ce n’était pas vraiment le sujet non plus, et hochant la tête avec enthousiasme, je lui demandais de me dire ce qu’il fallait que je fasse. C’était noté.

Moi je n’avais aucune idée de ce que c’était que la pudeur, et il m’arrivait d’oublier de mettre des vêtements quand j’étais concentrée sur autre chose, alors je ne comprenais pas vraiment où était le soucis, et les raisons du rougissement de la jeune femme qui relevait un peu sa jupe. Je grimaçais cela dit un peu au vue de la plaie qui n’était pas belle, et je ne pouvais m’empecher de parler. «  Ca doit te faire un mal de mammouth. » Quelque part j’avais l’impression que ce n’était pas la bonne expression, mais c’était déjà ça. Enfin, il fallait le faire, et avec douceur je commençais à appliquer la crème. Rhiannon semblait heureux de prendre la place d’une peluche ou d’un doudou, comme le témoignaient ses ronronnement intenses, et j’etais heureuse qu’il soit la.

Cependant je restais concentrée. L’onguent donnait au genou la teinte d’un croissant brillant, et la peau semblait reprendre sa couleur normale. «  Je ne te fais pas mal ? » Une question des plus logiques vu la situation, tandis que je tentais de faire de mon mieux pour ne pas lui faire mal. Plus mal que ce qu’elle avait en tout cas.

Visiblement c’était positif, parce que ‘Rian s’était remise à parler, complimentant le chat qui lui fit une léchouille sur la main, tandis que je souriais attendrie. «  Il t’aime bien. Il a du sentir que tu étais quelqu’un de bien, il n’est pas comme ça avec tout le monde. » Et puis un sourire un peu plus grand, «  Oh tu as un rat ! J’ai toujours voulu en avoir un, mais mes parents ne voulaient pas, puis plus tard quand j’ai voyagé je n’ai pas eu l’occasion, c’était trop dangereux, et maintenant j’ai Rhi’, il ne supporterait pas un autre compagnon je suppose, il a des tendances exclusives. » Cette grosse peluche de chat était devenu toute ma vie.

Quant au genou, ‘Rian venait de partir dans un grand discours qui me fit presque rire. Elle était mignonne comme ça. «  Je sais qui est Asclépios, Esculape chez les Romains, et son bâton est le caducée. J’ai toujours été passionnée par les anciens dieux et j’ai lu tout ce qui devait exister à leur sujet, tant dans notre culture, que dans les bibliothèques moldues. » Pourquoi est ce que je disais ça d’un coup ? Je rougissais un peu. «  Desolée. Ce n’était pas une question, je … Aherm. » Et encore une fois je ne savais pas quand il fallait parler ou se taire…

Enfin, nous devions passer à autre chose, et je la regardais avec un air presque sérieux. «  Pas de soucis je vais m’occuper de ça! Je suppose que tu ne veux pas que je les découpe, ça serait plus pratique mais ça abimerait tes vêtements, hum, attend… Fais attention, je ne voudrais pas te faire mal en les enlevant. » Et voila que je m’affairais à le faire sans trop la brusquer, ça allait être très long. Mais je ne voulais pas lui faire mal.



___


She is like a cat in the dark, and the she is the darkness; she rules her life like a fine skylark and when the sky is starless. All your life you've never seen a woman taken by the wind Would you stay id she promised you heaven? Will you ever win ? She rings like a bell through the night; And wouldn't you love to love her? She rules her life like a bird in flight... And who will be her lover?     RHIANNON ♦️
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1469
Date d'inscription : 15/07/2014
Multicomptes : J.B.
Caracteristique : Directrice des Serpentards et professeur de potion
MessageSujet: Re: ('rian&salem) + all your life you've never seen a woman taken by the wind   Mar 30 Sep - 4:29

All your life you've never seen a woman taken by the wind
Jeudi soir, Septembre, Salle de potion


Aidrian était enfin rendue sur son lit, grâce à l'aide de Salem, mais elle était si gênée présentement. Ce n'était pas exactement le genre de situation dans lesquels elle aurait voulu se retrouver, surtout en face d'une jolie femme qu'elle aurait aimer impressionner plutôt que de montrer sa face plus pathétique. Oups, avait-elle vraiment penser ça? Mmm, oublions. L'alchimiste se retrouva assise et particulièrement gênée par la situation, mais elle n'y pouvait pas grand chose, alors elle laissa Salem l'aider lui laissant l'onguent dans les mains et lui dévoilant son genou, grimaçant en voyant l'ampleur des dégâts, jusqu'à ce qu'elle entende la voix de la sorcière en face d'elle lui parler 'd'un mal de mammouth' ce qui effaça promptement sa grimace pour la remplacer par un sourire amusée, très amusée, surtout quand elle observa ce petit froncement de sourcils comme si Salem savait que l'expression n'était pas correcte, mais qu'elle n'arrivait pas à identifier où elle s'était trompée.

« Oui, ça fait très mal, mais ça devrait s'arranger avec l'onguent... » Elle termina sa phrase en se mordillant la lèvre inférieure, légèrement stressée par la situation, c'était stupide, sa réaction était stupide, Salem n'était qu'une gentille sorcière qui lui venait en aide, elle était gentille, voilà tout, il n'y avait pas de raisons de se faire un sang d'encre à cause de ça, non?

Aidrian tourna les yeux vers Rhiannon confortablement installé sur son lit et elle commença à lui donner de l'attention pour oublier son malaise et comme tout bon chat ce dernier accepta avec grâce les câlins qui lui étaient donnés, son ronronnement faisant un peu rire la sorcière blessée. Il ressemblait tout à fait à un roi satisfait de l'attention qu'il recevait, elle grimaça une nouvelle fois quand elle sentit la main de Salem sur son genou plissant un peu les yeux tout en relâchant un long souffle, elle ne put empêcher une larme de paresseusement quitté son œil pour glisser le long de sa joue à cause de la douleur. À la question de sa collègue, elle amena rapidement sa main à son visage pour chasser la larme importune avant de tourner son visage vers l'autre femme.

« Ça... » 'ça ne fait pas mal', 'tout va bien', 'ne t'inquiète pas', c'était toutes des réponses qu'elle aurait voulu dire mais elles n'auraient pas été vraies et Aidrian ne savait pas vraiment mentir ou en tout cas, elle ne savait pas bien mentir. « Ça fait mal, mais pas plus que lorsque je marche dessus, » répondit-elle en toute honnêteté. « Tu fais bien ça, il faut juste donner le temps à l'onguent d'agir. » Elle tenta de faire un petit sourire tremblant pour la rassurer, mais n'y arriva pas vraiment, alors elle se retourna vers le chat noir tandis qu'elle sentait l'onguent agir.

Voyant le chat caler sa tête dans sa main en quête de plus de caresses lui donna un sourire un peu plus spontané et 'Rian ne put s'empêcher de le complimenter, se gagnant une léchouille de sa langue rugueuse par la même occasion. Quand Salem reprit la parole, elle tourna des yeux plus secs, enfin, la douleur de son genou se dissipant et celle de son épaule n'étant qu'une douleur continue à laquelle elle arrivait enfin à s'habituer. Un peu. Comme ça Rhiannon l'appréciait? C'était une bonne nouvelle, non? Pour Aidrian s'en était une, être apprécié de l'animal d'une personne aidait à se faire apprécier d'elle, enfin, c'était comme ça que pensait 'Rian, un animal prenait une grande place dans la vie, si l'animal ne vous aimait pas, comment son propriétaire pouvait-il finir par bien s'entendre avec vous? L'animal de compagnie prenait normalement les habitudes et les goûts de son maître, dans la plupart des cas.

« Oui, mon rat, je te le présenterais bien, mais il est du genre gêné, il a dû se trouver un trou au moment où j'ai ouvert la porte. En fait peut-être même avant, généralement il sent que je vais laisser quelque chose exploser. Je devrais faire plus attention à ses comportements, ça pourrait m'éviter des soucis. » Elle rit un peu avant de grimacer, le mouvement du rire lui rappelant douloureusement que son épaule était loin d'être guérie, contrairement à son genou. « Aïe... Je ferais mieux d'éviter le rire pendant un moment je crois. »

Mmm, ses parents l'avaient empêcher d'avoir un rat? Pourtant c'était tellement intelligent et il ne prenait pas vraiment de place... Rembrandt... C'était une famille de sang-pur et elle se souvenait qu'il y avait eu des soucis il y a plusieurs années au sein de la famille, mais 'Rian ne se souvenait plus vraiment de l'histoire, il faut dire que son père et elle ne s'étaient jamais vraiment tenus au courant des commérages du monde des sorciers. Sa mère saurait probablement, mais elle n'était pas prête à aller lui demander. Une chose était certaine, Salem ne ressemblait pas du tout à ses frères, elle était beaucoup plus gentille et adorable que ses... ses... sang-purs serpentards, il n'y avait pas de meilleur terme. Oh! Les soucis qu'il y avait eu dans la famille était peut-être à cause d'elle? Quoique ce n'était pas vraiment une question à poser, elles venaient à peine de se rencontrer après tout.

Il était maintenant de passer à l'épaule blessée, sauf que 'Rian ne voulait pas vraiment passer par-là... Elle se perdit alors dans un long discours comme elle seule savait le faire. Tout pour retarder le moment fatidique quoiqu'elle mit elle-même fin à son discours, voyant qu'elle ne laissait pas la chance à Salem de placer un seul mot. C'est fou ce que cette femme était patiente. Elle l'écoutait parler sans dire un mot... En général, les gens la coupaient pour s'éviter ses longs monologues incessants, mais la professeur d'étude moldus. D'ailleurs, elle lui répondait qu'elle savait très bien qui était Asclépios et elle ajouta même à ce qu'Aidrian avait déjà dit.

« Oh, » fut sa seule réponse. Elle se sentait bête maintenant, l'alchimiste venait de lui faire un long discours parfaitement inutile, elle ne lui avait probablement rien appris. Par contre la jolie teinte rosée qui s'installa sur le visage d'ange de Salem lui fit tout oublier de sa bêtise. Elle était vraiment mignonne ainsi. Finalement ça avait peut-être valu la peine de faire ce long discours... Ah mais qu'est-ce qu'elle pensait? Elle n'avait pas le droit d'aller de ce côté-là. Salem était une sang-pur, même si elle était beaucoup plus adorable et gentille que ses frères, elle partageait probablement la mentalité des sang-purs et jamais elle ne tomberait pour une fille comme Aidrian, elle ne devait même pas penser de la sorte envers les filles, seulement les garçons...

*...alors voilà! T'as pas le droit Didi, alors ne t'enfonce pas sur une mauvaise voie, tu vas simplement te faire du mal.*

« Ça va, tu... tu n'as pas à être gênée. C'est bien de savoir que tu connais les dieux, ça m'évitera de t'embêter avec des choses que tu connais probablement mieux que moi. » Petit sourire avant de se cacher derrière un rideau de cheveux.

Il était temps de s'occuper de cette épaule là, non? Soudainement, Aidrian voulait s'en occuper, ça ferait un excellent changement de sujet. D'ailleurs, elle était pour avoir besoin d'aide pour retirer ses vêtements.

« Oui, si on pouvait éviter de couper les vêtements, ça serait bien, mais sinon, je n'aurai qu'à en acheter d'autre. » Elle commença à tenter de retirer son bras valide, mais elle grogna de douleurs, les larmes revenant immédiatement à ses yeux. « Ah aïe... Si on arrive à enlever mon bras valide de ma veste, elle s'enlèvera sans problème, pareil pour la chemise. »

Elle laissa Salem l'aider à retirer son bras de sa veste qui était heureusement assez extensible pour que ça se fasse avec facilité. Il ne restait que sa chemise de laquelle elle déboutonna lentement la fermeture... Avec une seule main, ce n'était pas très rapide. Maintenant plus gênée que jamais, elle tenta de retirer sa chemise lentement, avec douceur, mais des éclairs de douleur s'élançait à travers son corps la figeant sur place avec une plainte sonore entre des dents fermement serrées. À chaque fois qu'elle le faisait, Aidrian pouvait sentir les doigts aidant de Salem figer dans la peur de lui causer encore plus de douleur. Finalement l'alchimiste relâcha un soupir saccadé, entrecoupé par les élans de douleur.

« Je ne pense pas qu'on y arrive sans que je me mette à crier... Je n'ai pas une très haute tolérance à la douleur. » Ses paroles étaient dites comme si elle s'excusait auprès de Salem. « Tu peux couper, ça va être mieux et faire moins mal. »

Les yeux rivés sur le lit à essayer de reprendre le contrôle de son corps qui tremblait très légèrement après toute la douleur qu'elle venait de lui faire subir. Aidrian prit plusieurs lentes inspirations pendant qu'elle laissait l'autre sorcière découper le vêtement nuisible pour révéler son épaule blessée, ainsi que le reste de son torse, laissant seulement en soutien-gorge parfaitement neutre. La directrice de maison ne voyait pas l'état de son épaule et ne pouvait pas tourner la tête pour voir l'étendue des dégâts – ça faisait mal de tourner la tête dans cette direction – , mais si elle se fiait à la douleur, ce devait être légèrement pire que son genou, ça descendait probablement dans son dos et même son côté, au moins maintenant ça ne tarderait plus à cesser de faire mal.

« Tu... » Elle déglutit avec un peu de difficulté, gênée, mais ça c'était l'histoire de sa vie et aussi un fait continue depuis l'arrivée de Salem. « Vas-y et ne t'inquiète pas de me faire mal, l'onguent va me faire plus de bien que de mal au final. Tout va bien aller. » Aidrian tentait de faire la courageuse, celle qui est forte et peut résister, mais ça ne lui allait pas vraiment et on pouvait oublier sa crédibilité quand elle disait ces choses, sa voix était toute petite et juste un peu tremblante d'appréhension. La seule chose qu'on pouvait lui donner comme point positif était qu'elle était honnête, tout ce qu'elle avait dit était vrai.


___

But friendship is precious, not only in the shade, but in the sunshine of life, and thanks to a benevolent arrangement the greater part of life is sunshine.
Revenir en haut Aller en bas
SALEM ▽ Till the landslide brought me down
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1682
Date d'inscription : 16/02/2014
Multicomptes : LVH - EJE - KAS - JAH - JLW - AH -
MessageSujet: Re: ('rian&salem) + all your life you've never seen a woman taken by the wind   Mer 29 Oct - 11:47




Aidrian & Salem

all your life you've never seen a woman taken by the wind




Septembre - Jeudi soir - Couloirs de Poudlard.

[HRP: Ca va, on en est pas au mois d'attente Cool ]

Et c'était donc par un sacré jeu du sort que je m'étais retrouvée dans une position pour le moins étrange avec Aidrian, tandis que je commencais à lui appliquer un onguent sur les plaies. Non franchement, je n'aurais jamais imaginé que la soirée se finirait ainsi, et j'avais la, une petite pensée pour ces pauvres canetons que je n'étais pas allée nourir. Enfin, il y'avait plus important a faire pour le moment ! Je rendais service à cette jeune femme que j'esperais bientot pouvoir considerer comme une amie. Et une fois de plus je m'emmelais dans les expressions. Enfin, si ça la faisait sourire c'était l'essentiel. Du coup c'était sorti naturellement :

« Tu as un trés joli sourire ! » Tu parles d'une reflexion tout a fait correcte ? J'étais vraiment mal non ? M'enfin, ça n'avait pas l'air de la deranger outre mesure, elle devait avoir tellement mal la pauvre, que tout le reste n'existait plus. Ou alors j'avais des doigts de lucioles, quelque chose comme ça ? A voir !

Par chance Rhiannon essayait de la consoler aussi avec ses ronronnements et ses patounes de chat, et moi, je m'appliquais en m'inquietant pour elle, qui m'assurait d'ailleurs que ça faisait mal mais que l'onguent ferait tout disparaitre. C'était un bon onguent. Elle était douée. Je ne rajoutais pas grand chose du coup, pas à ce sujet, et je commencais à humer un peu pendant que j'appliquais la creme. « J'espere qu'il va agir vite ! Je ne voudrais pas que tu ais mal trop longtemps.» Forcement ! Plus gentille que moi et plus desinteressée aussi, c'était pas possible non ? Enfin en tout cas je ne... On s'en fichait non ?

La conversation continua. Le rat. La mythologie. Rhiannon. Et puis je me perdais dans les affres de la mythologie, rosissant a mon laïus impromptu. Elle me rassurait un peu, et je souriais de mon doux et beau sourire. « Mais ça nous fait toujours des beaux sujets de conversation »

Et tout ça c'était la petite détente avant que je ne m'occupe de l'épaule. « Je vais essayer. » Le tout c'était d'y aller delicatement pour ne pas lui faire mal ni arracher ses vetements. Ca ne marchait pas. Elle finit par me pousser à tout couper, et je le faisais, d'un geste de baguette delicat pour ne pas la couper elle au passage. Une fois fait, j'appliquais l'onguent du mieux possible pour ne pas lui faire mal... ? « Dis moi si tu as mal ? » Reflexion inutile, je continuais. « Tu sais, Rhi' a l'air de vraiment t'apprecier, je vais le laisser avec toi cette nuit, il te tiendra compagnie et tu pourra le serrer pendant que tu as mal. Comme un doudou ! Je serais restée mais il est plus doudou que moi ! » ... .Ca ? Ca ne se disait pas ? Je venais de lui dire que ça ne m'aurait pas derangé d'etre sa peluche okay, j'étais peut être vraiment vraiment etrange.... mais pour moi tout était vraiment innoncent !






___


She is like a cat in the dark, and the she is the darkness; she rules her life like a fine skylark and when the sky is starless. All your life you've never seen a woman taken by the wind Would you stay id she promised you heaven? Will you ever win ? She rings like a bell through the night; And wouldn't you love to love her? She rules her life like a bird in flight... And who will be her lover?     RHIANNON ♦️
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1469
Date d'inscription : 15/07/2014
Multicomptes : J.B.
Caracteristique : Directrice des Serpentards et professeur de potion
MessageSujet: Re: ('rian&salem) + all your life you've never seen a woman taken by the wind   Sam 1 Nov - 6:17

All your life you've never seen a woman taken by the wind
Jeudi soir, Septembre, Salle de potion


Il n'en fallait d'ordinaire pas beaucoup pour gêner Aidrian, mais avec Salem, c'était pire que pire et... Soit elle faisait exprès ou alors elle était d'une innocence à toute épreuve et pourrait éventuellement causer la mort de la nouvelle professeure. Si ses sourires délicats, ses petites attentions et son visage d'ange pouvait servir d'indication, Aidrian pourrait parier son atelier d'alchimie que la blonde ne s'en rendait nullement compte. Et ça la rendait d'autant plus mignonne. L'alchimiste était vraiment tombée sous le charme de sa collègue, pour le meilleur ou pour le pire. Il n'en fallait pas beaucoup pour que Salem affole son petit cœur énamouré et l'envoie dans une folle danse dans sa poitrine, comme un simple compliment qu'elle a un joli sourire. Sa bouche devenait sec et son souffle coinçait dans sa gorge. Elle avait compris que c'était par gentillesse et en toute innocence que Salem s'exprimait ainsi, mais l'effet était le même, voir il était encore plus fort par leur proximité présente. Un dieu avait dû lui lancer une malédiction ou quelque chose du genre...

Heureusement, une langue râpeuse sur sa main la ramena à la réalité et évita à Aidrian de mourir asphyxier. Rhiannon réclamait plus de caresses et peut-être s'était-il rendu compte de l'effet qu'avait sur elle Salem? Peu importe, ce chat venait probablement de lui sauver la vie.

« Oh, euh, m-me. Merci. »

C'était assez incroyable comment une seule femme pouvait lui faire perdre ses moyens et la situation n'aidait nullement. Au moins, il y avait le chat pour la distraire un peu l'empêcher de perdre complètement la carte, oui, autrement avec l'afflux excessif de sang à sa tête, Aidrian pourrait très probablement perdre connaissance, enfin si on oubliait aussi la douleur... quoique cette dernière pourrait avoir le même effet.

Étrangement malgré sa gêne, parler était la chose qui lui venait le plus facilement présentement, parce que c'était la femme de ses rêves devant elle ou parce qu'elle devait parler pour éviter de se laisser aller à d'autres fantaisies, Aidrian n'aurait pas su le dire. Par contre, elle parlait et la prof d'étude moldues lui répondait avec bon cœur et beaucoup d'inquiétude qui touchait particulièrement l'alchimiste.

Finalement, le temps arriva de passer aux soins de l'épaule, elles essayèrent tant bien que mal de retirer les vêtement sans les déchirer, mais ce fut en vain et Salem aida avec toute la douceur du monde à découper et retirer les vêtements avant d'appliquer doucement l'onguent sur la partie blessée. Heureusement que pour ce moment Aidrian devait tourner le dos à l'autre blonde parce qu'elle se sentait extrêmement gênée en ce moment. Les doigts de la sorcière était doux et léger, pourtant Aidrian sentait l'onguent qui s'étalait sous le toucher de Salem.

« Ne t'inquiète pas, tout va bien, tu ne me fais pas mal. »

C'était vrai, mais bon, peut-être que c'était parce que l'esprit de l'alchimiste était trop occupé à tenter d'ignorer le fait qu'elle était en partie dénudée devant une jeune femme qui lui faisait un peu trop d'effets et qu'en plus cette dernière lui massait presque le dos. Aidrian était en train de mordre la lèvre inférieure presque au sang tout en se concentrant pour faire plaisir à Rhiannon, le grattant là où cela semblait lui plaire le plus. Finalement tout fut terminé et la douleur était presque entièrement partie, autant dans son genou que son épaule, au matin, il n'y aurait plus aucune trace. Aidrian se permit de laisser aller un soupir de soulagement avant de prendre une petite couverture qu'elle se mit sur les épaules pour se couvrir un peu.

Elle s'apprêtait à remercier Salem de son aide quand cette dernière prit la parole et... Euh... Ah, euh, ho? Est-ce qu'elle venait vraiment de dire... Apparemment, elle ne devait pas avoir le même niveau de gêne que 'Rian, même très loin de là. Peu importe, Aidrian crut qu'elle allait mourir d'une crise cardiaque à l'instant. Son pouls battait incroyablement fort dans ses oreilles et... Il faisait chaud soudainement, non? Un peu trop chaud. Pourtant, il faisait normalement frais dans les sous-sols. Attendez une minute, l'alchimiste devait tenter de se souvenir comment faire pour respirer. Diaphragme en bas, en haut, on gonfle les poumons, aller, les muscles inter-costaux... Ouf, la chaleur, c'était étouffant non?

« Ah, euh, c'est... gentil. » 'Rian n'arrivait même plus à penser correctement à l'instant. Qu'est-ce qu'elle devait répondre? Surtout quand une partie d'elle lui criait impunément de demander à Salem de rester, ça lui ferait plaisir et qu'elle serait 'un doudou' parfait. Le meilleur qui soit, vraiment. Par contre ce n'était pas une bonne idée. Ô Dieu, cette femme ne faisait vraiment pas exprès? [color=#cc00cc]« Euh... je... ça... » *Aller trouve tes mots et parle! Tu ressembles à une idiote là, un poisson hors de l'eau.* « Ce n'est pas nécessaire. Je devrais arriver à bien dormir même s'il n'est pas là et puis, l'onguent agit très vite, je n'ai déjà presque plus mal. »

C'était impossible avec la proximité de Salem de prendre un grand respire pour se calmer sans qu'elle ne le remarque, alors... Euh... Elle ferait autrement.

« Ta gentillesse me touche vraiment par exemple, mais je ne voudrais pas te retenir plus longtemps et puis... Tu as manqué la famille canard à cause moi, je ne voudrais pas te priver de plus. » Elle se sentait vraiment désolé en fait. Salem était si mignonne et douce et gentille. « Je t'ai déjà pris ta soirée. »

Elle baissa les yeux en signe d'excuse en même temps que la pensée qu'elle devait encore nettoyer son bureau traversait son esprit. Peut-être qu'elle pourrait faire appel aux elfes de maison pour une fois...


___

But friendship is precious, not only in the shade, but in the sunshine of life, and thanks to a benevolent arrangement the greater part of life is sunshine.
Revenir en haut Aller en bas
SALEM ▽ Till the landslide brought me down
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1682
Date d'inscription : 16/02/2014
Multicomptes : LVH - EJE - KAS - JAH - JLW - AH -
MessageSujet: Re: ('rian&salem) + all your life you've never seen a woman taken by the wind   Dim 25 Jan - 16:52




Aidrian & Salem

all your life you've never seen a woman taken by the wind




Septembre - Jeudi soir - Couloirs de Poudlard.

 

HRP J'espère que ça t'ira. ♡

Si Rhiannon se rendait compte de quelque chose, on ne pouvait pas dire que ce soit  mon cas. Je n'y comprenais rien… J'étais totalement aveugle à ce qui se passait autour de moi. Si ce n'était qu'Aidrian - au magnifique prénom - était blessée, et qu'elle était belle… ? Non ça , je ne sais pas d'où ça venait. En tout cas je m'inquietais pour elle, et c'était avec toute la douceur du monde que j'avais appliqué l'onguent en écoutant ses "ordres" , ses demandes, ses conseils. Et puis je lui parlais un peu en faisant ça. Bien sur j'étais inquiete, qui ne le serait pas ? Et tout le monde aurait réagit comme moi non ? En tout cas Rhiannon était tout tendre avec elle, comme une vrai peluche, comme il avait parfois l'habitude de l'être avec moi, ça me faisait chaud au coeur. Elle ne meritait pas de soufrir, personne ne le meritait, mais … Enfin. C'était mignon.

Et je lui faisais remarquer.

S'occuper de son épaule passa finalement plus vite que je l'aurais imaginé et tandis que je lui massais le dos et l'épaule, du moins les parties qui se liberaient face à moi, je m'inquietais de savoir si tout allait bien. Elle m'encourageait. Je continuais… Et le moment passa comme ça. Sans gène de ma part, et sans que je ne remarque également sa gène. Ces choses la, les rapports humains, les commodités, la bienséance, je ne savais pas vraiment comment ça marchait…

Et c'était probablement pour ça que je lui proposais de garder Rhiannon, en lui faisant remarquer que je serais bien restée mais que j'étais moins mieux que lui. Elle rougit. Je figeais. Je lui avais fait mal ?  Non, ce n'était pas possible, je ne la touchais plus et elle m'avait assuré que je ne lui faisais pas mal… ? Hmmm ?  

Alors que j'allais parler pour m'assurer de n'avoir rien fait de mal elle reprit soudain la parole, les mots semblant un peu galerer à sortir mais finalement elle parla, et ce qu'elle dit me toucha. Elle prenait en considération la famille canard et mes joues s'empourprerent. Je n'avais pas l'habitude que quelqu'un me comprenne et soit aussi gentil avec moi.

 « D'accord, je vais y'aller alors, je suppose que de toute façon tu as besoin de repos. Mais Rhiannon va rester, je serais intransigeante; il dort déja de toute façon. »  Et moi je serais rassurée, parce qu'il viendrait me chercher si elle avait trop mal, il était intelligent mon chat. « Et pour les canards, je propose que quand tu ira mieux tu vienne les nourir avec moi ? Ca te va ? » Un sourire sur mes lèvres, je me penchais vers elle et lui déposais un baiser sur le front, comme je l'aurais fais avec mon frère quand il était blessé, puis je tournais les talons et je commencais à partir.



___


She is like a cat in the dark, and the she is the darkness; she rules her life like a fine skylark and when the sky is starless. All your life you've never seen a woman taken by the wind Would you stay id she promised you heaven? Will you ever win ? She rings like a bell through the night; And wouldn't you love to love her? She rules her life like a bird in flight... And who will be her lover?     RHIANNON ♦️
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1469
Date d'inscription : 15/07/2014
Multicomptes : J.B.
Caracteristique : Directrice des Serpentards et professeur de potion
MessageSujet: Re: ('rian&salem) + all your life you've never seen a woman taken by the wind   Sam 21 Fév - 21:02

All your life you've never seen a woman taken by the wind
Jeudi soir, Septembre, Salle de potion


Ç'avait été un soirée des plus étranges, mais... en rien décevante. Salem était encore plus adorable qu'elle ne se l'imaginait et malgré son handicap pour approcher les gens, cette petite explosion lui avait permis de parler avec Salem... c'était... apprécié, d'une certaine façon. Même si les nerfs d'Aidrian avait été mis à rude épreuve. Cette femme était soit complètement inconsciente des effets qu'elle causait ou elle y prenait un malin plaisir tout en jouant à l'innocente, mais vu l'inquiétude qui se lisait dans ses yeux et la sincérité dans sa voix, 'Rian était plus d'avis pour choisir la première option.

Son dos et son épaule allaient mieux de minute en minute et la présence de la plus jeune sorcière ne semblait plus nécessaire, même si Aidrian aurait bien souhaiter qu'elle reste. Toujours. Enfin, elle devait rester réaliste. L'alchimiste lui avait déjà volé sa soirée avec son erreur de calcul plus tôt et la petite explosion qui en était résulté. Alors, elle agit en adulte, plutôt qu'en petite adolescente énamourée. En retour, Salem insistait pour que Rhiannon reste, malgré les protestations de la nouvelle professeure. Protestations qui lui valurent un joli rougeoiement des joues de la blonde quand elle mentionna les canards

Finalement, Aidrian  se laissa convaincre pour laisser Rhiannon rester, de toute façon, comme elle disait, le chat noir dormait déjà, s'étant confortablement installé sur le lit de toute sa longueur, il semblait avoir une véritable vie de pacha.

« Très bien, il reste, je n'oserais pas le déranger de toute façon quand il a l'air si confortable. » Puis elle suggéra qu'on se revoit, justement pour nourrir les canards et Aidrian n'était pas pour laisser passer cette occasion, l'alhcimiste était peut-être incroyablement timide et maladroite en société, elle savait aussi ce qu'elle voulait et si on lui faisait une proposition, elle savait dire oui. Sauf peut-être quand la personne qui lui proposait des offres aussi alléchantes avait le don de la déstabiliser complètement. Les mots se perdirent avant même qu'Aidrian ait pu les penser. Les lèvres posée sur son front l'avait fait complètement figer sur place.

Clignant des yeux, hébétée, perdue dans un autre monde, Aidrian ne se rendit compte de la belle blonde qui quittait la pièce que lorsqu'elle était presque sortie.

« Ah, euh, oui, j'irai avec toi, ça me fera plaisir. »

Aidrian avait l'impression de rester bredouille, mais... Elle était certaine que Salem avait entendu sa réponse. L'achimiste jeta un regard au chat qui semblait se sentir roi dans son lit.

« Ta maîtresse est exceptionnelle, pas vrai? » chuchota-t-elle plus pour elle-même que pour le chat.

'Rian était déjà impatiente de la revoir, pour nourrir les canards ou simplement en la croisant dans les couloirs...



RP CLOS

___

But friendship is precious, not only in the shade, but in the sunshine of life, and thanks to a benevolent arrangement the greater part of life is sunshine.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: ('rian&salem) + all your life you've never seen a woman taken by the wind   

Revenir en haut Aller en bas
 
('rian&salem) + all your life you've never seen a woman taken by the wind
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» — bring me to life
» Life in UCLA
» Alheïri Salem Fenyang
» 06. My life would suck without you (part II)
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seven Wonders :: 
POUDLARD
 :: Cachots et sous-sols :: Salle de potions
-