La carte du Maraudeur

[Portoloin] pour lire les sujets importants du forum ♥



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERME

Partagez | 
 

 (alika) ❤︎ Be my lover, I'll cover you.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1274
Date d'inscription : 02/03/2014
Multicomptes : SAR — EJE — KAS — AH — JLW — JAH
Caracteristique : Prefete en Chef & Gardien
MessageSujet: (alika) ❤︎ Be my lover, I'll cover you.   Mer 9 Juil - 21:13




Alika

Be my lover, I'll cover you.


Septembre - Samedi soir - Pré au Lard

Avoir raconté à Irélia que j'étais amoureuse d'une mangemort ce n'était peut être pas la chose la plus judicieuse qu'il m'ait été donné de faire, mais c'était ainsi. C'était comme ça. Ce qui était fait était fait. Point.. Et Irelia n'irait pas le repeter sur tous les murs je lui faisais confiance pour ça. Même si elle était dans un sale état quand elle était repartie à Poudlard. Bourrée. Moi euh... J'avais décidé de rester à Pré Au Lard, dans la veste d'Aliénor, que j'esperais vraiment revoir. Mais elle serait la n'est ce pas ? Je ne pouvais qu'esperer. Ce n'était pas comme si quelques lettres auraient pu changer quelque chose, et comment ecrire à une mangemort dont j'ignorais presque tout. Elle s'appelait Alienor. Elle m'avait rendu mon baiser et dans la cabane hurlante l'autre soir nous avions failli nous etreindre plus qu'une etreinte chaste.... Mais voila. Tout avait été derangé. Encore. Et toujours....

Un soupir me prit, et l'abus d'alcool m'embrumait un peu le cerveau. Pourtant je continuais de marcher... Encore. Toujours. Seule. Jusqu'a ce que des voix resonnent deriere moi, et qu'un sort ne me touche dans le dos. Une attaque ? Je ne percutais pas trop. Je ne savais pas trop... Je n'avais pas été des plus prudentes peut être.



___


but like a stone I'm falling down
Stained, looking at my hands, I talk wit these lines. It's not the answer. I'm crying and now I know looking the sky I search for an answer. So free, free to be. I'm not another liar, I just want to be myself.  I know I live...but like a stone I'm falling down And now the beat inside of me is a sort of a cold breeze, and I've never any feeling inside. Around me.. I know I live...but like a stone I'm falling down (c) badwolf



Dernière édition par Luka Van H' le Sam 12 Juil - 1:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
« ALIENOR » — Le malheur d'aimer, il est à mon poignet.
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1543
Date d'inscription : 23/02/2014
MessageSujet: Re: (alika) ❤︎ Be my lover, I'll cover you.   Ven 11 Juil - 23:45

Be My Lover,
I'll Cover You.

Nothing's gonna harm you, not while I'm around. No one's gonna hurt you, not while I'm around. Demons are prowling everywhere, nowadays, I'll send 'em howling, I got ways.

J'avais eu du mal à dormir. Je n'avais de cesse de penser, de tourner les mots, les phrases, les émotions, je voulais extraire mon coeur de ma poitrine. J'aurais aimé qu'elle m'en dise plus, j'aurais aimé que le temps ne manque pas. Mais le destin nous assomme, c'est toujours lui qui décide. J'avais un manque en moi. Un manque qui avait la forme d'une lettre. D'une couleur de métal, d'une profondeur abyssale. Je souffrais, parce que je ne pouvais pas la voir, quand je voulais. Je ne l'avais pas croisée tant que ça. Les fois où je l'avais fait avaient été des hasards. Des sombres, des beaux, des douloureux hasards. Mais je n'avais plus vraiment à perdre. Puisque je n'avais plus vraiment grand chose. Je restais la tête remplie de souvenirs brûlants, de souvenir pluvieux, tout ce qui me brisait à l'intérieur avant, et que je fuyais toujours. J'avais été brisée la première fois que quelqu'un avait posé ses lèvres sur les miennes. J'avais peur de recommencer. Je craignais de devenir... Violente. Par amour, c'est facile de perdre la tête. D'ailleurs, je n'en ai déjà plus.

Les jours passaient, je n'avais pas vraiment de couleur dans mes jours. Tout se ressemblait. Du gris, mais le gris me rappelait Luka. Je priais tous les jours, 'Faites qu'il pleuve.' parce que je croyais que ça allait la rapprocher de moi. La pluie nous réunit toujours. Mais ça ne marchait plus.

J'allais aller la chercher. Je passais mon temps à la chercher. A chaque coin de rue, dans chaque passant que je bouscule, à chaque averse. Mais je ne la trouvais pas. Un soupir m'échappa. Je marchais, à Pré Au Lard, comme à mon habitude, la tête encapuchonnée de noir, mes cheveux dépassant un rien sur les côtés. Il n'y'avait pas de climat. Il faisait chaud, froid, je ne ressentais plus la météo. Je ressentais pourtant quelque chose au fond de moi.

J'avançais mais j'apercevais là bas, au loin, une petite silhouette brune tomber à terre et quelqu'un derrière elle qui la menaçait. Par curiosité, j'approchais. Par curiosité, et puis aussi, par intérêt. Peut-être que je pourrais participer à la tuerie. Je suis mauvaise tout de même. Pourtant je voyais au fur et à mesure que mes pas me portaient, quelque chose qui ne me plaisait guère. Serait-ce... ? Portée par le vent, surtout portée par ma colère intérieure, je me mis à courir jusqu'à eux, dégainant ma baguette en saisissant par le col l'individu qui lui faisait du mal. « Tu n'aurais pas dû. » J'arquais un sourcil, portant ma baguette jusque dans sa bouche avant de le repousser en décrétant d'un ton sec. « Doloris. » J'étais fière. J'étais contente de moi. Je le voyais se tordre, je l'aurais bien accroché à un hameçon, je suis sûre qu'on aurait remonté des poissons. Je jouais avec lui mais mon regard aussitôt se porta sur Luka à moitié sonnée à mes côtés. Je baissais les yeux, j'avais honte aussi. « Avada Kedavra. » En un tour de poignet, je l'avais fait disparaitre. Je m'approchais de son corps inerte, appuyant mon pied sur sa jambe, son os craqua mais je m'en foutais. C'était mort. Mais ... Je reportais mon attention sur elle. J'avais peur. C'était pas souvent que j'avais peur. Mais elle me terrifiait, à un point que vous n'imaginez même pas. « Luka... » Tu n'aurais jamais dû voir ça.

___

ses délicatesses mystérieuses m'avaient séduite
que sais-tu de la longue attente Et ne vivre qu'à te nommer Dieu toujours même et différente Et de toi moi seul à blâmer. Que je m'oublie et je demeure Comme le rameur sans ramer Sais-tu ce qu'il est long qu'on meure A s'écouter se consumer.


Dernière édition par Aliénor de Narsès le Lun 6 Oct - 5:13, édité 16 fois
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1274
Date d'inscription : 02/03/2014
Multicomptes : SAR — EJE — KAS — AH — JLW — JAH
Caracteristique : Prefete en Chef & Gardien
MessageSujet: Re: (alika) ❤︎ Be my lover, I'll cover you.   Sam 12 Juil - 1:45




Alika

Be my lover, I'll cover you.


Septembre - Samedi soir - Pré au Lard

Etait il seul ? Etaient -ils plusieurs ? Et où étais-je ? Le sort m’avait atteint dans le dos, et je trébuchais comme un pantin désarticulé qui avait perdu ses ficelles. J’étais stone, un peu; comme si les poudres magiques d’Addison m’avaient touchées de leurs grâces, et à ce stade la on aurait pu me faire mal, me secouer dans tous les sens et peut être même me violer que je n’aurais pas vraiment réagi. Sauf que finalement la réaction ne vint pas de moi, et une vague de peu s’empara de mes sens avant même qu’une vague de colère ne le fasse. L’empathie. Je ressentais les émotions du type qui souffrait à genou en face de cette femme à qui j’aurais donné mon coeur. Et je revivais les moments douloureux de l’enfance. Et je revivais la souffrance d’un autre tandis que je souffrais. Que je me mordais la lèvre à en saigner.  L’alcool ne faisait plus effet, et c’était avec des grands yeux que je regardais Aliénor torturer l’homme à terre. «  Achève le. » Un ordre. Une demande. Je ne savais pas trop, mais le ton de ma voix était plus froid que je ne l’aurais voulu. Une…. Complainte peut être ?  Quand j’étais dans cet état je ne contrôlais pas l’empathie, et ce soir, j’étais Lisbeth avant d’être Luka, j’avais été la fille qui assistait aux carnages de ses parents, ressentant les douleurs qu’ils infligeaient aux innocents… Peu importait que l’homme ait voulu me tuer, en le torturant, elle m’avait torturé…. Et si j’avais l’habitude des sorts , des doloris, je ne m’étais pas attendue à revivre ça sur le moment.

Etat de choc. Un peu. Je la fixais, sans la fixer vraiment, mon regard gris se vidait dans le vague, et je ne savais plus vraiment comment je devais réagir. Lui sauter dans les bras et la remercier ? Ou bien lui foutre une gifle parce qu’elle venait de me faire repartir en traumatisme d’enfance ? Je ne savais plus vraiment ? Alors je restais la, et je regardais le corps de l’homme sur le sol. Pour sur, elle penserait que j’étais choquée qu’elle l’ait torturé alors qu’au fond, j’en avais rien à foutre; ce n’était qu’un sale type qui méritait la mort… Non. J’étais choquée des souvenirs que j’avais voulu tuer ce jour ou j’avais coupé mes cheveux, et tous les ponts avec Karlstäd. J’étais choquée de… moi même ?

 «  Alienor. » Et que dire plus… ? Ou bien ce n’était pas assez ?  «  Pile au bon moment je suppose. » Ce n’était même plus un sarcasme… Est ce que j’étais fatiguée ? Je ne savais plus vraiment sur le coup.  



___


but like a stone I'm falling down
Stained, looking at my hands, I talk wit these lines. It's not the answer. I'm crying and now I know looking the sky I search for an answer. So free, free to be. I'm not another liar, I just want to be myself.  I know I live...but like a stone I'm falling down And now the beat inside of me is a sort of a cold breeze, and I've never any feeling inside. Around me.. I know I live...but like a stone I'm falling down (c) badwolf

Revenir en haut Aller en bas
« ALIENOR » — Le malheur d'aimer, il est à mon poignet.
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1543
Date d'inscription : 23/02/2014
MessageSujet: Re: (alika) ❤︎ Be my lover, I'll cover you.   Dim 13 Juil - 18:27

Be My Lover,
I'll Cover You.

Nothing's gonna harm you, not while I'm around. No one's gonna hurt you, not while I'm around. Demons are prowling everywhere, nowadays, I'll send 'em howling, I got ways.

Je sais qu'il y'a quelque chose de caché derrière tes sourires. Je sais qu'au fond, une blessure meurtrière, dans un coeur qui a mal de battre, pourrait nous être fatale. On se ressemble. On s'assemble. Mais la démence, est toujours dans mon esprit malade. Une voix dans ma tête, me dit de ne plus t'aimer, et je voudrais l'écouter. Peux-tu me faire du mal ? Peux-tu... M'être fatale ? J'ai l'impression de n'exister que par toi, de ne ressentir que pour toi, de ne pleurer que lorsque mes nuits t'invitent dans leurs rêves. J'essaie de ne plus penser, j'essaie de ne plus t'aimer, la vie serait plus simple. Ou plus triste. Ou les deux à la fois. J'en sais plus grand chose, sur la vie. J'ai perdu tous mes repères, tu as brisé mon armure de louve grise, je suis plus qu'une femme de l'ombre, je suis une femme qui aime dans l'ombre. Et c'est mille fois plus beau. Je crois.

Mais trêves de pensées intérieures, Luka me ramenait à la réalité. A la dure réalité, à ma réalité quotidienne. La tuerie, le noir, la douleur. Elle était près de moi, elle avait... L'air ailleurs. Encore plus ailleurs que d'habitude. J'avais entendu ces mots sortir de sa bouche, et je ne m'en étais pas remise. Achève le. Achever... Luka, non. Mais je m'étais exécutée. Un bruit, un mouvement de la baguette, et mon sort se dessinait, laissant derrière son passage un corps figé pour l'éternité, allongé sur le sol, les jambes à moitié retournée par mon pied qui les écrasait sans une once de pitié. Je m'en fichais, qu'il soit mort. Il l'avait mérité.

Aliénor. Elle le disait si bien. Mon nom sonnait si beau entre ses lèvres douces. Je souriais, librement, normalement, comme si je n'étais plus une servante des ténèbres, comme si la folie m'avait abandonnée à cet instant. Je souriais à Luka, j'espérais tant la revoir, que la situation m'était presque égale en fin de compte. J'avançais vers elle, approchant en premier mon bras du sien, essayant de glisser ma main dans la sienne. « Que ferais-tu sans moi. » Une petite note d'ironie, mais sans méchanceté. J'inspirais une bouffée d'air, le vent du soir, toujours ce même vent du soir, quand nos chemins se croisent. Je lui pris la main, et l'attirais à moi,(avec la technique du lasso.) « Se pourrait-il... Que j'ai manqué à ta vie ? » Ai-je manqué tes sourires, ai-je manqué tes rires et tes pleurs ? As-tu été triste loin de moi ? Moi... J'ai été terriblement seule. Terriblement aveugle, je ne voyais plus le soleil, je préférais sortir sous la pluie. Tu m'as manqué Luka. Mais il me faudra un peu plus de temps pour le reconnaître vraiment. Hey, Luka... Entends-tu ce bruit dans mon coeur ? Dis-moi... Qu'est-ce que c'est... ?

___

ses délicatesses mystérieuses m'avaient séduite
que sais-tu de la longue attente Et ne vivre qu'à te nommer Dieu toujours même et différente Et de toi moi seul à blâmer. Que je m'oublie et je demeure Comme le rameur sans ramer Sais-tu ce qu'il est long qu'on meure A s'écouter se consumer.


Dernière édition par Aliénor de Narsès le Lun 6 Oct - 5:13, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1274
Date d'inscription : 02/03/2014
Multicomptes : SAR — EJE — KAS — AH — JLW — JAH
Caracteristique : Prefete en Chef & Gardien
MessageSujet: Re: (alika) ❤︎ Be my lover, I'll cover you.   Mar 15 Juil - 19:28




Alika

Be my lover, I'll cover you.


Septembre - Samedi soir - Pré au Lard

Retour en arrière je n’ai jamais été une fille très joyeuse et très saine dans ma tête. Mais il y’avait une raison pour la quelle j’étais ainsi. C’était le passé. C’était la torture. C’était mes parents et mes fuites. C’étiat beaucoup de choses qui revenaient à cause d’un stupide doloris dont je ressentais les conséquences. Au fond, être empathe a coté de quelqu’un qui souffre, c’est un peu comme si c’est nous la victime n’est ce pas ? Comment rester saine d’esprit quand on a vécu des choses que des parents ne devraient jamais infliger a leurs enfants ? Comment rester normale ? J’étais incapable de l’être. Et même si j’aurais du avoir peur, j’avais probablement les mauvaises réactions. Il était mort. La souffrance était finie. Partie. Et mon héros - mon tortionnaire inconscient, avait les yeux à la fois du diable et de l’amour.

Et la masse était morte. Tandis que moi, je tentais de revenir à moi. A Luka pas Lisbeth. A la fille libre, pas à la souffreteuse entravée. A la fille sympa dont elle était tombée …. sous le charme ? Etait-ce vrai ? M’aimes tu Aliénor ? M’aimerais tu encore si tu savais tout de moi ? Si tu savais que mes parents sont comme toi et que je les renie ? Si tu savais que… ?

Et sa main dans la mienne, mon corps plus proche. Je tentais de sourire dans le gris humide de mes yeux fatigués. «  Ce que j’ai toujours fait. J’aurais subi, jusqu’a ce qu’il n’en ai marre. » Je n’étais pas une victime. Les victimes n’aimaient pas ce qu’on leur faisait subir. Moi… Je m’en fichais royalement. Et j’étais lasse. Mais je m’approchais d’elle, et je déposais sur sa joue tendre un baiser délicat. «  Peut être. Et moi ? Ais-je manquée à la tienne ? » T’ais-je manquée Aliénor ? Une semaine c’est trop… Mais l’absence réchauffe les coeurs et alourdit les sentiments. Se pourrait il Aliénor, que je t’aime ? Se pourrait il que… ?

«  Alienor. » Son nom, encore entre mes lèvres. Et le regard d’une fille amoureuse et un peu désespérée. «  Il se peut que je sois heureuse de te voir. » Puis-je t’embrasser ?



___


but like a stone I'm falling down
Stained, looking at my hands, I talk wit these lines. It's not the answer. I'm crying and now I know looking the sky I search for an answer. So free, free to be. I'm not another liar, I just want to be myself.  I know I live...but like a stone I'm falling down And now the beat inside of me is a sort of a cold breeze, and I've never any feeling inside. Around me.. I know I live...but like a stone I'm falling down (c) badwolf

Revenir en haut Aller en bas
« ALIENOR » — Le malheur d'aimer, il est à mon poignet.
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1543
Date d'inscription : 23/02/2014
MessageSujet: Re: (alika) ❤︎ Be my lover, I'll cover you.   Ven 8 Aoû - 17:10

Be My Lover,
I'll Cover You.

Nothing's gonna harm you, not while I'm around. No one's gonna hurt you, not while I'm around. Demons are prowling everywhere, nowadays, I'll send 'em howling, I got ways.

J'ai longtemps cherché à travers le pays, des morceaux de Moi-même, des brisures d'un miroir que j'avais explosé avec mes poings quand je n'avais pas quinze ans. Parfois je regardais ce que j'étais devenue, je sentais ce goût amer, je voyais ces regards perdus et ce coeur qui battait plus profondément dans ma poitrine, et qui tonnait plus fort que mille sabots de chevaux qui font gronder la terre en martelant le sol de leur lourd poids. Je ne comprenais toujours pas; peut-être que je ne comprendrai jamais. Mais dans tous mes doutes, au milieu des incertitudes et des incompréhensions notables, demeurait cette phrase qui battait toutes les autres, cette voix qui parlait au dessus des autres. J'étais maladroite, j'étais inadaptée, je ne savais plus quoi faire pour lui faire comprendre qu'un seul être dans ma vie comptait. Bien que ... Je crois qu'elle le savait. Elle posait ses yeux sur moi comme une amante qui s'apprête à caresser, et je croyais bien en ce que je ressentais.

Moi quand j'étais enfant, je n'étais pas si différente. J'étais... Aliénor de Narsès, en plus petit en plus frêle, en plus doux, mais guère plus. Je n'avais jamais aimé, ou.... Peut-être que si, mais c'était une toute autre histoire. J'avais le bleu du ciel dans les yeux, j'avais le rouge du sang dans le coeur, et l'obscurité de la mort dans l'âme. En 29 années de vie, j'avais déjà tué des innocents. Plus d'une fois et plus d'un. Je me sentais exister parce que j'éprouvais une jouissance malsaine, une satisfaction douteuse quand je les voyais tomber à mes pieds, défigurés, démembrés, ensanglantés, ou que sais-je d'autre. Une mauvaise fille reste une mauvaise fille.

« Je n'aurais pas aimé te voir blessée. » Je répondais à sa phrase bien que ce ne fusse pas une question. Puis j'ajoutais. « Ou pire. » Venait pourtant cette question que je redoutais. Je ne redoutais pas parce que je ne connaissais pas la réponse. Je n'aurais jamais hésité. Je n'hésitais jamais quand il s'agissait d'elle. Mais je fermais les yeux, ou plutôt les baissais, avant d'inspirer une bouffée d'air avant de dire « J'attendais avec impatience. Je priais le ciel de faire pleurer les nuages. J'aime bien quand il pleut. J'aime bien parce que c'est souvent dans ces moments là que je te rencontre par hasard. Parce que les rues se vident, parce que les gens rentrent chez eux, et qu'il n'y'a plus personne dehors. Je sais que tu aimes bien quand tu peux être seule. Alors souvent je te cherchais. Mais je ne te trouvais pas. » Je souriais devant ma mièvrerie constante. « Ma vie a été triste sans toi. » Je soufflais tout en regardant ailleurs, comme si j'avais honte de ce que je disais. « Parce que... Tu es devenue assez importante. » Pour ne pas dire... Autre chose.

J'avais eu droit à un baiser, quelques minutes plus tôt. Je n'avais pas rougi, je n'avais pas cillé, j'étais restée plantée, comme un radis en terre, sentant ses lèvres humides et brûlantes contre ma joue mouillée. Prenant ses mains dans les miennes, serrant quelque peu, sans lui faire mal, j'approchais mon visage du sien. Nos joues se touchèrent, doucement je fis dévier ma bouche, de sa joue à son cou, léchant sa peau blanche et déposant deux doux baisers à la base de sa nuque. « Que ressens-tu quand tu penses à moi ? » J'avais murmuré, à son oreille, vraiment très bas. Je savais qu'elle avait entendu. Je savais qu'elle n'allait pas ignorer ma demande., ni ignorer mes gestes tendres. J'avais besoin de savoir. A quoi tu penses Luka ? A quoi tient le bonheur selon toi ? A quoi tient la beauté ? Comment fait-on pour aimer ? Et comment aimer sans détruire ?...

___

ses délicatesses mystérieuses m'avaient séduite
que sais-tu de la longue attente Et ne vivre qu'à te nommer Dieu toujours même et différente Et de toi moi seul à blâmer. Que je m'oublie et je demeure Comme le rameur sans ramer Sais-tu ce qu'il est long qu'on meure A s'écouter se consumer.


Dernière édition par Aliénor de Narsès le Lun 6 Oct - 5:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1274
Date d'inscription : 02/03/2014
Multicomptes : SAR — EJE — KAS — AH — JLW — JAH
Caracteristique : Prefete en Chef & Gardien
MessageSujet: Re: (alika) ❤︎ Be my lover, I'll cover you.   Mar 12 Aoû - 11:55




Alika

Be my lover, I'll cover you.


Septembre - Samedi soir - Pré au Lard

HRP Bouyah. Vacances finies je reprends le RP. (Enfin t’es au courant toi =P ) & j’aime vraiment ton codage la.

Le fait qu’une mangemort m’ait sauvé la vie devait me déranger plus que ça. C’était bizarre. Pendant de très longues années de ma vie les mages noires avaient été mes ennemis - et ils l’étaient probablement toujours - Pas au point où je veuille les chasser, quoi que tuer ma mère serait une bonne idée, mais plus tard. Quand je serais forte. Quand je serais apte à me préserver, à me défendre. A me débrouiller. Mais voila. Une mangemort m’avait sauvé et mon univers une fois de plus s’en trouvait dérangé. C’était étrange. Ca avait un gout amer sur mes lèvres. Et le baiser sur sa peau diaphane ne changeait rien au fait… qu’elle demeurait la créature la plus dangereuse dans le coin cette nuit. Pourtant.

Pourtant c’était un vague sourire sur mes lèvres.

Et tandis qu’elle parlait, partant dans du mélodrame qui aurait pu faire fondre le coeur de beaucoup de filles. Je l’écoutais. J’entendais l’important c’était ce qui comptait. Et j’étais importante. C’était honteux en un sens. Je n’aurais pas du prendre autant d’importance. Elle était une mangemort. Je n’étais qu’une serdaigle. Tout n’était peut être qu’un piège de mes parents connaissant mes faiblesses. Et si ce n’était pas le cas, elle pouvait souffrir. Par ma faute. Une personne de plus que je ne pourrais pas proteger. Une personne de plus que… Quelle importance ? Elle devait se jouer de moi ? Mais ses sentiments étaient clairs et il ne suffisait pas d’être empathe. Je pouvais voir clair en elle. Ca me tirait un petit sourire. «  Tu es douce. » Que lui dire d’autre ? Que j’avais besoin qu’on me violente doucement ? Que j’avais besoin qu’elle m’embrasse ? Que je l’avais vu torturer quelqu’un et qu’encore j’en ressentais les séquelles. Je ne savais pas quoi dire. J’étais un peu… Prise dans la tourmente des sentiments. Prise dans…

«  Je ne sais pas. » Ses baisers me faisaient perdre pieds, et je serrais ses mains, de mes mains qu’elle serrait. «  Tu me trouble. » Quelques mots. J’étais d’habitude une rhétoricienne comblée. La. Je n’étais plus grand chose.

«  Pourquoi moi ? » Une simple question, dans une ruelle qui sentait le cadavre. Pourquoi moi ? Je n’avais rien de spécial. Et pourtant, depuis cette nuit de juin. Depuis ce moment quelques jours plus tôt dans la cabane hurlante. Je…

«  Je tiens à toi. » Ca voulait dire peu. Ca voulait dire beaucoup. Ca voulait dire tout. Et doucement, je me hissais sur mes pieds, arriver à sa hauteur, et je déposais un baiser sur ses lèvres. «  Est ce que tu tiens à moi ? Est ce que tu tiendrais encore a moi si ton maitre te disait de m’abattre ? »


___


but like a stone I'm falling down
Stained, looking at my hands, I talk wit these lines. It's not the answer. I'm crying and now I know looking the sky I search for an answer. So free, free to be. I'm not another liar, I just want to be myself.  I know I live...but like a stone I'm falling down And now the beat inside of me is a sort of a cold breeze, and I've never any feeling inside. Around me.. I know I live...but like a stone I'm falling down (c) badwolf

Revenir en haut Aller en bas
« ALIENOR » — Le malheur d'aimer, il est à mon poignet.
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1543
Date d'inscription : 23/02/2014
MessageSujet: Re: (alika) ❤︎ Be my lover, I'll cover you.   Jeu 4 Sep - 20:00

Be My Lover,
I'll Cover You.

Nothing's gonna harm you, not while I'm around. No one's gonna hurt you, not while I'm around. Demons are prowling everywhere, nowadays, I'll send 'em howling, I got ways.

Il a commencé comme un sentiment, qui s'installe, dans les veines, un poison, plus précieux que la pluie qui tombe ou le vent qui aide à marcher, plus important qu'un pas de plus, qu'une hélice de moulin, qu'un litre de sang. Il est devenu un coeur qui s'emballe, ma poitrine me hurle de cesser d'aimer, le combat est trop long, je n'avais de souffle que pour moi-même. Mais je dois souffler pour deux, je dois respirer en pensant à elle. Cesser d'aimer, on ne peut pas. On ne peut que souffrir en essayant. Mais que serais-je sans elle... ?

Tout a commencé par un mot qui est mal passé, un mot qui a été tourné peut-être d'une façon différente des autres. La suite est arrivée si vite, je n'ai eu le temps de rien faire. Je n'ai pu protester. Je n'ai pu réfléchir. J'ai juste pu m'ouvrir. Mais pas les veines en deux. Quelque chose m'a touchée, il faut croire que je suis capable d'aimer. Mais c'est peut-être autre chose. C'est sûrement une autre forme de sentiment, qui ressemble à s'y méprendre, au sentiment amoureux. Je ne suis pas amoureuse... ? Ouvrant les yeux sur elle, je me surprends à avoir envie de sourire, à chaque regard qu'elle porte sur moi. A chaque fois que je sens son coeur battre près de moi, j'ai envie de lui tendre le mien. Je ne sais pas si je suis douce. Je suis tout le contraire avec les autres qu'elle. Il n'y'a qu'à elle que j'offre de la chaleur, les autres se partagent ma froideur, mes sarcasmes, pire parfois. « Tu me troubles. » Je répétais ses phrases, comme un idiot perroquet. Je ne savais que dire. Je ne savais que dire sans me ridiculiser. Tu sais bien Luka, que jamais personne ne m'a appris à parler d'amour. Je n'ai eu que toi comme professeur, et même si tu es de loin la meilleure, il te faudra du temps pour me montrer comment aimer. D'un geste doux, je repousse une mèche de son front, je veux voir son visage.

Ne me demande pas pourquoi. Ne me demande rien de tout ça. Je ne sais rien du tout. Je jouerai l'imbécile, mais je ne jouerais pas complètement. Je ne sais pas, et rien de ce qu'on dira ne pourra me faire comprendre. Tu es belle, mais pas seulement. S'il n'y'avait que la beauté pour faire perdre la tête, le monde serait fou aux quatre coins du pays. Mais c'est un peu ce qui arrive, ne vois-tu pas ? « Qu'est-ce que ça veut dire ... ? » Je tiens à toi.. .Tu tiens à moi. Au fond, je ne comprends pas. Est-ce que tu veux dire... Je t'aime ? Je baisse les yeux, j'ai presque honte de ne pas savoir répondre. Et mon maître n'a rien à voir. Il ne saura jamais ce que tu représentes. « Je préférerais mourir que te sacrifier. » Mes paroles sont assez limpides ? Elle s'approche, m'embrasse, m'embrase. Je prends sa tête entre mes mains, j'effleure ses joues des miennes, sans oser trop la toucher. Je veux être délicate. Je ne connais pas ces choses-là. Mais j'apprendrai. Je te promets que j'apprendrai.  « Que nous est-il arrivé? » On ne se connait pas vraiment. Hey étrangère... Que s'est-il passé ? Pourquoi sommes nous devenues si éprises l'une de l'autre ? A quoi rime nos sentiments, on sait bien toutes les deux qu'ils n'ont de sens que ceux qu'on aimerait leur donner. Je suis mangemort, toi élève. Tu es serdaigle, je suis mauvaise. Je suis censée te haïr, tu aurais dû me fuir. Malgré tout, j'aimerais essayer. J'aimerais essayer. Tu m'apprendras à être gentille avec toi, à faire attention à toi, à voir à quel moment tu commences à avoir froid ? Est-ce que tu voudras m'expliquer ? Est-ce que... Et si demain on se perdait, est-ce que tu serais vraiment triste ? Je crois que moi je n'aurais plus d'envie.

Mais c'est pas la peine de se dire au revoir, on se retrouvera toujours. Je reviendrai dès que tu m'appelleras, je serai comme un cri de guerre, tu pourras dire mon nom si tu es désespérée. Même désespérée, je t'aimerai toujours.


___

ses délicatesses mystérieuses m'avaient séduite
que sais-tu de la longue attente Et ne vivre qu'à te nommer Dieu toujours même et différente Et de toi moi seul à blâmer. Que je m'oublie et je demeure Comme le rameur sans ramer Sais-tu ce qu'il est long qu'on meure A s'écouter se consumer.


Dernière édition par Aliénor de Narsès le Lun 6 Oct - 5:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1274
Date d'inscription : 02/03/2014
Multicomptes : SAR — EJE — KAS — AH — JLW — JAH
Caracteristique : Prefete en Chef & Gardien
MessageSujet: Re: (alika) ❤︎ Be my lover, I'll cover you.   Sam 13 Sep - 10:32




Alika

Be my lover, I'll cover you.


Septembre - Samedi soir - Pré au Lard

Etait-ce mentir que de dire que j’étais perturbée autant qu’elle devait l’être ? Etait-ce la vérité ? Peut être que je ne savais plus vraiment quoi penser. Que je ne savais plus vraiment quoi faire. Peut être tout simplement que je m’étais une nouvelle fois perdue dans cette ruelle. Mais elle m’avait trouvé. Et elle était devenu un point d’ancrage important dans ma réalité. Elle était devenu l’ombre des lumières que je tentais d’incarner. Elle était devenu beaucoup de choses, et ça me prenait à même le coeur.

Je la troubles. Est ce un mal ? Un bien ? Est ce quelque chose en fait. Mais elle me troublais aussi, j’avais comme l’impréssion de l’avoir déjà dit. Mais elle était mauvaise. La torture de l’homme à terre. Les émotions qu’il avait ressenti. Tout. Est ce qu’elle jouait de moi ? Est ce qu’elle voulait attendre le moment idéal pour mieux frapper ? J’étais désorientée. Perdue. Et au fond de mon être battait la chamade de mon coeur. Je tiens à toi. «  Je ne sais pas… Je tiens à toi. » Ca veut tout dire et rien à dire à la fin. Je suis la fille qui ne sait pas dire je t’aime, parce que c’est un mot interdit.

Mais il y’a des doutes. Il y’a des questions… ? Ment elle en disant qu’elle ne me tuerait pas ? Ments elle ? Est elle sincère ? Si ses mots ni ses émotions ne me le révèlent pas ses sentiments sont doux. Si elle voulait me manipuler je tomberais bien vite, la tête dans le bateau. Je suis fragile. Mais mon coeur bat pour elle, comme il n’a jamais battu auparavant. «  Je ne sais pas. Nous nous contentons d’être. » Un sourire, et j’appuyais ma joue contre sa main en posant ma main contre sa taille. Pour la tenir contre moi. «  J’apprécie ta présence. » Et encore un détour. Encore un mot pour l’autre. Je la gardais contre moi. Un baiser dans son cou. Tendre.

Je t’aime. Je crois. Je crois que c’est comme ça, mais je ne le dis pas. « Il faudrait peut être, que je te parle de moi. » Et il y'a tant a dire.  


___


but like a stone I'm falling down
Stained, looking at my hands, I talk wit these lines. It's not the answer. I'm crying and now I know looking the sky I search for an answer. So free, free to be. I'm not another liar, I just want to be myself.  I know I live...but like a stone I'm falling down And now the beat inside of me is a sort of a cold breeze, and I've never any feeling inside. Around me.. I know I live...but like a stone I'm falling down (c) badwolf

Revenir en haut Aller en bas
« ALIENOR » — Le malheur d'aimer, il est à mon poignet.
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1543
Date d'inscription : 23/02/2014
MessageSujet: Re: (alika) ❤︎ Be my lover, I'll cover you.   Mar 2 Déc - 3:49

Be My Lover,
I'll Cover You.

Nothing's gonna harm you, not while I'm around. No one's gonna hurt you, not while I'm around. Demons are prowling everywhere, nowadays, I'll send 'em howling, I got ways.

Que veux-tu que je te dise de plus ? Que veux-tu que je te fasse de mal ? Qu'aimerais-tu entendre de ma bouche ou lire dans mon coeur ? Moi je ne sais pas parler aussi bien que toi, je ne sais pas parler du coeur. Je ne sais pas t'aimer, mais j'essaierai quand même. Au fond, rien ne peut me briser. Je suis Aliénor. Et tu m'aimes. Je soufflais. Tu tiens à moi ? Je crois le savoir. Mais je ne peux pas te dire autre chose que « Moi aussi. » J'ai l'air niaise, j'ai l'air gueuse, j'ai l'air d'être amoureuse. Je lui souris, un léger sourire, pas trop équivoque, même si le temps de se cacher n'est plus d'actualité. Je ne cache plus rien en face d'elle, elle m'a appris à battre toute seule, à me battre pour quelque chose, pour une raison, pour une femme. Je crois même que je pourrais tout chambouler dans ma vie, dans ma maison, et même de renverser tout son quotidien. Mais je ne peux pas vivre à ses côtés. J'ai mon côté sombre qui reprendra toujours le dessus. Pourtant, quand elle me demande si je pourrais la tuer, mon corps en frémit. Je ne pourrais même pas la toucher, je ne pourrais pas lever ma baguette vers elle ou prononcer un quelconque sort à son encontre.

« Nous nous contentons d'être ? Mais qui sommes-nous ? Que sommes-nous ? » Pas grand chose... Peut-être rien même. Mais ce qui n'est rien est parfois tout. J'ai l'impression de n'être qu'une âme de plus, mais mon boulot c'est de faire mal aux autres. J'ai peur que mon naturel reprenne tout. j'ai peur de blesser sans faire exprès. Je me sais violente. « J'apprécie la tienne.  » Elle s'approche de moi, prenant ma taille entre ses mains. Je dissimule un frisson. Je sais bien maquiller mes émotions, sous une apparence froide. D'habitude je ne mesure jamais mes mots, d'habitude je ne réfléchis pas autant, quand il s'agit d'agir. Je tourne le poignet et un mort à mes pieds. Mais cette fois, rien n'est plus comme avant. Je lui souris toujours mais je fuis un peu ses yeux.

« Cet homme là... Tu le connaissais ? » Demandais-je en tournant la tête vers lui. Je ne sais pas, je demande. De toute évidence, c'était un sale type. Certes, d'habitude je les aime bien parce qu'ils sont tout aussi fêlés que moi. Pervers la plupart du temps. Névrosés. Bizarres. Parfois tout en même temps. Il est mort et c'est tout. On ne va pas le pleurer longtemps. On ne va pas le pleurer du tout. D'ailleurs, avait-il de la famille , des amis. On s'en fiche un peu. Je reporte mon attention sur elle alors qu'elle m'embrassait dans le cou. Je fermai les yeux le temps d'une chanson dans mon esprit. J'aurais aimé qu'il dure plus. « Oui. Parle-moi de toi. Je voudrais savoir... Je voudrais te connaître un peu mieux. » Ainsi je t'aimerai mieux. Enfin, je crois.


___

ses délicatesses mystérieuses m'avaient séduite
que sais-tu de la longue attente Et ne vivre qu'à te nommer Dieu toujours même et différente Et de toi moi seul à blâmer. Que je m'oublie et je demeure Comme le rameur sans ramer Sais-tu ce qu'il est long qu'on meure A s'écouter se consumer.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1274
Date d'inscription : 02/03/2014
Multicomptes : SAR — EJE — KAS — AH — JLW — JAH
Caracteristique : Prefete en Chef & Gardien
MessageSujet: Re: (alika) ❤︎ Be my lover, I'll cover you.   Mar 30 Déc - 13:17




Alika

Be my lover, I'll cover you.


Septembre - Samedi soir - Pré au Lard

HRP:
 

Il y'avait tellement de trouble, tellement de choses à dire, tellement de choses à regretter. Elle n'était qu'une assassine, et moi j'étais la, j'étais perdue, éperdue, et je ne savais plus. Je tenais à elle ? Notre deuxieme rencontre n'était pas sous la lune des amants, elle était sous le ciel des assassins ? Je n'en avais aucune idée, et tout s'embrumait encore et encore dans mon esprit ? Je lui faisais confiance. C'était tout ce qu'il fallait. Et sur le moment j'oubliais les questions philosophiques. Je me contentais de la chaleur de ses mains sur ma taille. De sa taille entre les miennes. Je me contentais de boire la beautée de son visage et le mysterieux de ses traits. Je me contentais d'admirer.

« Je ne le connaissais pas. Il voulait me tuer il est tombé sur plus malin que lui, probablement. Voila tout. » un clin d'oeil. Un sourire. Je pourrais trembler, mais mes fuites sont vaines. « Et toi ? Le connaissais tu ? » Aprés tout c'était elle l'assassine. Quelque chose comme ça.

Et mes sourires étaient la, même si ils étaient vains, et je caressais sa joue, embrassant doucement sa nuque. Je l'appréciais. J'aurais pu… ? Et j'aurais pu quoi ? J'avais 17 Ans, j'étais une gosse en face d'elle, comment pouvait elle imaginer … ? Comment pouvais-je l'imaginer ? « Il y'aurait tant à dire. Je suis qu'une fille brisée. Une Serdaigle vois tu. Et si toi, tu me parlais de toi. Loin du flagrant, qu'est ce qui se cache deriere la femme en noir ? »  


___


but like a stone I'm falling down
Stained, looking at my hands, I talk wit these lines. It's not the answer. I'm crying and now I know looking the sky I search for an answer. So free, free to be. I'm not another liar, I just want to be myself.  I know I live...but like a stone I'm falling down And now the beat inside of me is a sort of a cold breeze, and I've never any feeling inside. Around me.. I know I live...but like a stone I'm falling down (c) badwolf

Revenir en haut Aller en bas
« ALIENOR » — Le malheur d'aimer, il est à mon poignet.
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1543
Date d'inscription : 23/02/2014
MessageSujet: Re: (alika) ❤︎ Be my lover, I'll cover you.   Dim 4 Jan - 4:57

Be My Lover,
I'll Cover You.

Nothing's gonna harm you, not while I'm around. No one's gonna hurt you, not while I'm around. Demons are prowling everywhere, nowadays, I'll send 'em howling, I got ways.

[Je comprends chouquine. xD Je me suis perdue moi aussi, un peu. J'espère aussi que ça t'ira.   ]

L'amour, c'est rien. Un peu trop psychique. Ouais, je crois bien. On n'sait même plus quand on se blesse. Elle parle et moi je tombe, elle sourit, je me fissure. J'ai l'impression d'un poids là dans ma poitrine, d'une ancre bien trop lourde; on m'enchaîne au passé, on m'enchaîne au futur, on m'enchaîne à ses bras. J'ai le malheur d'aimer, là au creux de mes veines, et là sur mon poignet, les lettres gravées, un bracelet de pacotille. Les autres, m'insupportent, mais elle, bien, je l'aime. Mais j'ai aussi la haine, dans l'antre de mon coeur, et je ne crois pas pouvoir, oublier d'être moi.

Mes mains autour de sa taille, on pourrait presque danser, sous la lune qui éclaire, ou le lamp à réverbère, qui n'a ni bras ni jambes, ah lui je le plains. J'ai envie de serrer, de rapprocher mon visage de son corps, de lécher son cou nu. Mais j'essaie la résistance. L'obsession, c'est jamais bon. Et si je lui disais, là, directement; Jolie étrangère, qui n'en est certes plus une, depuis ce soir de juin où nos yeux se sont trouvés, où nos coeurs se sont remis en route, Luka, veux-tu... Au juste, je ne sais pas ce que je veux. Juste une autre étreinte, un nouveau baiser, sa main dans la mienne indéfiniment, rentrer avec elle au château, kamikaze dans l'âme, un peu. Ses baisers sur ma nuque, ses caresses de tendresse me plaisent, je m'exalte. Luka, j'sais pas ce que je veux, je te veux toi, pour toujours, est-ce que ça te va ? « Je ne connais personne d'autre que toi ce soir. » Ici-même, je ne connais que toi. Je n'ai jamais connu que toi. Tu es seule dans mon monde. Tu es seule à m'aimer. Et moi je ne sais pas le faire. Ne te vexe pas. Moi je fais la guerre, pas l'amour.

« Les filles brisées ne se brisent pas d'elles-mêmes. Généralement... On les aide à souffrir. » J'écarquillais un oeil, intriguée par ses propos. Ne sois pas triste. Regarde. Moi je t'aime, et je t'aimerai comme si ma vie en dépendait. Et ma vie en dépend. « Tu ne veux pas m'en dire plus ? » Je ne t'obligerai pas... J'aimerais seulement savoir... S'il y'a des choses à connaître, si le soir tu as peur, si sous le vent tu prends froid, de quoi tu vis, de qui tu vis... Et surtout, ... Si tu as déjà aimé, toi qui sais bien ce que c'est. Raconte m'en davantage. Je veux savoir, montre moi. « Oh, tu sais... Tu n'as pas grand chose à savoir de moi. J'ai arpenté les couloirs de ton école, avant que tu n'y ailles. J'ai découvert des choses, sur moi et sur les autres. Mais tu vois, j'ai changé de chemin. Je suis devenue une ombre. » Je serai surtout la tienne. Ou celle de ta main , ou celle de ton chien, moi j'en sais rien.

« Tu voudrais me connaître ? Crois-tu qu'en sachant le pire de moi, tu continueras à avoir envie de me voir ? En moi il n'y'a que du pire. Est-ce le pire qui t'attire ? » Et ma main justement, court le long de sa hanche, cherchant malicieusement un endroit à griffer, ou une étoffe à arracher. Je t'aime Luka. Je t'aime, est-ce que je peux le dire ? Je t'aime, à en mourir, je t'aime tellement. Tellement, que je voudrais te manger. « Je t'aime bien, Luka. » Aussi fugacement qu'un souffle  s'est échappée la phrase, la phrase insensée, qui prend son sens tout au fond de ses yeux. « Pourquoi c'est compliqué ? Je t'aime. Je t'aime, Luka. » Tu voudrais te marier avec moi ? Non c'est pas ça. Je tremble. Supporte mes maladresses. Elles sont attachantes, peut-être... Est-ce que j'aurais dû le dire ? Est-ce que de mots notre histoire ne se passerait-elle pas ? Au final, oui. On n'a pas besoin d'eux. Mais... Quand même, c'est bien. L'on dit bien que rien ne remplace, les mots d'amour qui embrasent, pas même la bouche qui embrasse.


___

ses délicatesses mystérieuses m'avaient séduite
que sais-tu de la longue attente Et ne vivre qu'à te nommer Dieu toujours même et différente Et de toi moi seul à blâmer. Que je m'oublie et je demeure Comme le rameur sans ramer Sais-tu ce qu'il est long qu'on meure A s'écouter se consumer.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1274
Date d'inscription : 02/03/2014
Multicomptes : SAR — EJE — KAS — AH — JLW — JAH
Caracteristique : Prefete en Chef & Gardien
MessageSujet: Re: (alika) ❤︎ Be my lover, I'll cover you.   Dim 4 Jan - 19:31




Alika

Be my lover, I'll cover you.


Septembre - Samedi soir - Pré au Lard

HRP:
 


Peut être que j'étais tombée sur une créature des ténèbres, un peu romantique, un peu trop pour son bien ? C'était bizarre. Mais elle disait des mots comme si elle les pensait, c'était… Comme si je n'avais pas vraiment l'habitude que l'on me fasse des declarations gentilles ? Comme si ? Et bien je ne savais pas vraiment. C'était mignon en tout cas ? Elle m'appréciait peut être assez pour me sauver ? C'était notre rencontre aprés tout ? C'était une fois, une … Qu'importait. Elle m'avait sauvé, et moi je restais la les bras balants ? Ne rajoutant guere de mots moi qui pourtant était maitresse de ma langue et des litteratures.

Sa curiosité me blessait. Une part de moi se disait que c'était pour me retrouver. Peut être que mes parents le savaient, peut être que… Ca n'avait pas d'importance. On ne se brule bien que sur les feux que l'on choisit. « Devrais-je t'en dire plus au risque de me bruler ? » Un froncement de sourcil. Je pouvais presque sentir la pluie qui ne tombait pas. « J'ai fuis. Je suis née à 15 ans. J'ai eu une vie compliquée. » Je pourrais en dire plus peut être. Mais pas ici. Pas ce soir. Ma main se serra un peu sur sa hanche, et j'ecoutais ce qu'elle me disait. C'était aussi vide que ce que je disais aussi. Ca n'apprenait rien mais ça laissait du reve ?

« J'aimerais en savoir plus sur toi. Que ce soit sombre ou que ça ne le soit pas, tu m'interesse. » Une declaration. Un frisson du à sa main, à sa caresse. Et sa déclaration à elle. Ingénue. Peut être plus … candide que toutes mes declarations ne pourraient l'être. Et je lui offrais un sourire.

« Alors il se peut que je t'aime bien aussi. » et imperceptiblement mes levres partent chercher les siennes.


___


but like a stone I'm falling down
Stained, looking at my hands, I talk wit these lines. It's not the answer. I'm crying and now I know looking the sky I search for an answer. So free, free to be. I'm not another liar, I just want to be myself.  I know I live...but like a stone I'm falling down And now the beat inside of me is a sort of a cold breeze, and I've never any feeling inside. Around me.. I know I live...but like a stone I'm falling down (c) badwolf

Revenir en haut Aller en bas
« ALIENOR » — Le malheur d'aimer, il est à mon poignet.
avatar

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1543
Date d'inscription : 23/02/2014
MessageSujet: Re: (alika) ❤︎ Be my lover, I'll cover you.   Sam 10 Jan - 20:44

Be My Lover,
I'll Cover You.

Nothing's gonna harm you, not while I'm around. No one's gonna hurt you, not while I'm around. Demons are prowling everywhere, nowadays, I'll send 'em howling, I got ways.

Des mots envolés. Dans l'air, je les respire. Je ne les comprends pas sous le coup de l'émotion. J'essaie de réaliser, que je suis en face d'elle. Il serait peut-être temps, et temps de relâcher la pression autour de ses hanches. Mais je ne peux pas, je suis aimantée. C'est magnétique, c'est physique. « Tu t'es déjà brûlée. » Ne le nies pas, je le vois dans tes yeux. Tu parles de bonheur, tu parles de malheur, et tu as les yeux tristes. « Je viens de le faire. » J'ai abandonné mon masque, je t'ai laissée entrer, c'était sans doute une erreur, c'était incontrôlé, mais c'était romantique. Je deviens douce dans tes bras et je ne sens plus mes jambes. Je voudrais partir, mais je reste figée. Elle ne parlait pas plus. J'apprenais par fragments, ça aurait pu me suffire, je n'en disais pas davantage. Je m'appliquais à me taire, à retenir mon souffle, à maîtriser mon coeur qui battait beaucoup trop. Dis m'en plus. S'il te plait. « Si l'envie te prenait, de me parler de la complexité de ta vie, si tu voulais fuguer, tu pourras me chercher. » Je laissais ma main se perdre dans sa chevelure brune, avançant mes lèvres jusqu'au bord des siennes. « Je fuirai avec toi. Et j'écouterai ta vie, jusqu'à la dernière lettre. » C'était une déclaration ? Mon aveu, était déjà passé. Et elle m'avait répondu. Elle avait ajouté le Bien, c'est un mot qui brise tout. Mais je comprenais ce qu'elle disait. Je comprenais tout d'elle. Je ne la connaissais pas. Mais j'en avais envie.

Mais alors elle insistait. Je ne baissais pas le regard, je la fixais. Hésitant puis souriant. « J'ai souvent tué, souvent pour de l'argent, souvent pour rien. Par haine, par envie, par besoin. Mais mes certitudes ne sont plus. » Depuis que je te connais. Depuis que la pluie tombe sur nous, et qu'elle nous glace le sang en même temps. Je te connais Luka. Je te connais, je te promets. J'essaierai de prendre soin de toi, comme je l'ai fait ce soir. Laisse-moi m'habituer, au simple fait d'aimer. Ses lèvres sur les miennes, je dissimule un frisson. J'ai peur d'avoir quelqu'un à protéger, ça ne m'est jamais arrivé.

C'est ainsi que je me perds, dans ce moment tendre où nos lèvres se touchent et où nos coeurs se parlent. Je n'ai pas le don d'arrêter le temps, de faire durer l'instant, ni même de retenir la nuit. C'est l'heure de se séparer, ma douce biche égarée. Je suis effrayée à l'idée de te regarder t'éloigner. J'ai peur de craquer, et de vouloir t'enlever. J'ai peur de craquer, et de m'effondrer dès que tu auras le dos tourné. Je te promets d'être forte, les larmes, ce n'est pas mon style. J'aime les faire couler, sur les joues des autres, mais les miennes ne viennent pas. Elles sont intérieures, comme toutes mes douleurs. Je prolonge le baiser, du mieux que je peux. Encore un peu, s'il te plait. Encore quelques secondes. « Tu devrais partir maintenant. Je ne dois pas m'attarder trop longtemps au même endroit. Et il se fait... » Tard, ou tôt. Je ne sais plus, j'ai oublié. Je ne vois plus rien d'autre qu'elle, et je ne vois pas le soleil, la nuit, la pluie, je ne sens plus l'air qui souffle sur mon corps. J'ai l'impression d'être loin du monde.

Mais je suis avec elle.
Je souris, je me force. J'ai le coeur brisé, à chacune de nos séparations. Mais je ne peux pas vivre avec elle à chaque heure de la journée, à chaque heure de la nuit. Nos rencontres doivent rester silencieuses. « Sois prudente. » Un baiser, un dernier. Et je me recule de la lumière. « Essaye de penser à moi, de temps en temps. » Moi je penserai à toi.


___

ses délicatesses mystérieuses m'avaient séduite
que sais-tu de la longue attente Et ne vivre qu'à te nommer Dieu toujours même et différente Et de toi moi seul à blâmer. Que je m'oublie et je demeure Comme le rameur sans ramer Sais-tu ce qu'il est long qu'on meure A s'écouter se consumer.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1274
Date d'inscription : 02/03/2014
Multicomptes : SAR — EJE — KAS — AH — JLW — JAH
Caracteristique : Prefete en Chef & Gardien
MessageSujet: Re: (alika) ❤︎ Be my lover, I'll cover you.   Sam 24 Jan - 15:55




Alika

Be my lover, I'll cover you.


Septembre - Samedi soir - Pré au Lard

Déclarations. Déclarations. Tout ce que nous faisions n'était que ça… ? Et c'était peut être un peu niais ? Et c'était peut être un peu… perdu, mais j'étais cette fille la. La perdue qui s'accrochait à une once d'amour. La fille qui avait peur. J'étais juste… la, a gober ses mots et au fond de moi j'y croyais. Je la croyais sincère. Salvatrice. Je la croyais amoureuse, et j'en étais persuadée. Mon coeur. Je le lui donnais, comme une enfant tendrait un dessin à sa mère. Je ne l'avais jamais fais ça, le coup du dessin. Le coup du coeur je le faisais. Je me le serais arraché de la poitrine si elle le voulait ? Et je souriais… Pour une fois dans ma vie parce que ses mots me donnaient de l'espoir… Parce que mon coeur battait plus fort. Un peu plus vite aussi.

Elle parlait encore, et moi la littéraire je manquais de mot, alors mes levres faisaient le reste. Un baiser. La douceur de ses levres et des miennes. Un baiser ? Le plaisir et la crainte de perdre. C'était douloureux… et fugace. C'était agréable et froid. C'était doux. C'était tendre. C'était une promesse. Je souriais un peu plus en la regardant.

« Je t'apprécie telle que tu es. Nous parlerons plus tard. » Mais je suis la fille qui ne sait pas dire je t'aime. Et je perds un peu plus mes mots. J'aimerais fuir avec elle, j'aimerais lui faire des déclarations comme on les lis dans les bouquins. J'aimerais l'aimer, mais le malheur d'aimer est… Qu'importe. Je lui souris.

« Je vais partir oui. Et nous nous reverons. » Un sourire, un baiser sur ses lèvres… Je tournais les talons. Ca faisait mal à chaque fois. Et je tenais à elle plus que j'aurais du le faire. A chaque fois. Depuis Juin. Depuis notre premiere rencontre….



[HRP : Ton gif est horrible dans ton profil && je me suis rendue compte que je me suis perdue toute seule dans le RP '-' en cours de route j'ai amalgamée ça avec un flashback. *boulet* ]


___


but like a stone I'm falling down
Stained, looking at my hands, I talk wit these lines. It's not the answer. I'm crying and now I know looking the sky I search for an answer. So free, free to be. I'm not another liar, I just want to be myself.  I know I live...but like a stone I'm falling down And now the beat inside of me is a sort of a cold breeze, and I've never any feeling inside. Around me.. I know I live...but like a stone I'm falling down (c) badwolf

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: (alika) ❤︎ Be my lover, I'll cover you.   

Revenir en haut Aller en bas
 
(alika) ❤︎ Be my lover, I'll cover you.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Goodbye my lover ~ Goodbye my friend /Dawn/
» (alika) + je me livre en aveugle au destin qui m'entraine.
» Les RP de Maxime, le "lover"
» Je blablate, tu blablates, il blablate ... (86eme edition)
» Sochanna, 26 ans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seven Wonders :: 
HORS POUDLARD
 :: Pré au Lard
-