La carte du Maraudeur

[Portoloin] pour lire les sujets importants du forum ♥



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERME

Partagez | 
 

 [Flash-back] Sang de bourbe ou Mutmag, au fond, quelle différence?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 934
Date d'inscription : 18/10/2014
Multicomptes : Linda Oswin
MessageSujet: [Flash-back] Sang de bourbe ou Mutmag, au fond, quelle différence?   Jeu 23 Juil - 1:18





Sang de bourbe ou Mutmag




La course du jeune garçon continuait, encore et encore alors qu'il ne levait même plus le regard pour voir où tourner et où se diriger. C'était sûrement pour cette raison qu'à présent, il ne savait même plus où il se trouvait. Mais pour le moment, tout cela lui importait peu, et son torse secoué d'une respiration rapide l'était à la fois par sa course et par ses inquiétudes qui lui étaient soudain revenues, plus fortes et plus violentes que lors des premiers jours. Il n'était rien, personne, comparé à tous ces sorciers qui l'étaient de leurs parents. Toutes ces personnes qui avaient été bercées de vrais contes et de vrais sorts durant leur enfance, et lui n'était qu'un garçon venu de nulle part qui se vantait de pouvoir en faire autant. Il n'avait eut leur chance, et ne l'aurait jamais, et il semblait évident qu'un "Sang de bourbe" tel que lui ne les égalerait jamais.
Le Poufsouffle essuya d'un rapide revers de la main les quelques larmes qui s'étaient mises à dévaler ses joues, trébuchant alors contre une pierre avant d'aller brutalement taper le sol avec son épaule. Lâchant un discret couinement de douleur alors qu'il tentait de se relever, jugeant alors plus juste de cesser de courir pour simplement se poser. Ce qu'il fit donc en se calant dans un coin de couloir non loin.

Comment en était-il arrivé à cela? Et bien en réalité, c'était d'une simplicité presque enfantine, et avouons le, d'une certaine malchance qu'il devait bien se traîner depuis plusieurs années. Une malchance qui était bien commune à tous ceux qui aimaient trainer dans les ennuis, sauf que même s'il avait beau aimer toutes ces combines que lui puis Ludovic avaient organisé, même s'il en avait mené plus d'une avec une assurance toute relative, il ne pouvait nier qu'il n'était certainement pas un dur que tout le monde admirait comme tant d'autres.
Une journée comme les autres au départ, rien de particulier, les cours habituels, retrouver son aîné pour "discuter" un peu puis à nouveau se séparer pour telle ou telle raison. Et de son côté, retourner en salle commune pour préparer la liste de "choses" demandée par l'autre, ainsi que pour tout de même, réviser ses quelques nouveaux courts. Il avait beau avoir un petit cercle d'amis à présent, il n'en restait pas dans une école, et lui, tenait tout de même à sa place parmi les jaunes et noirs. Mais avant d'avoir put seulement commencer son planning si bien arrangé, un groupe de quelques uns de ses congénères s'approcha de lui en abordant directement le sujet qui les intéressait: son investissement dans les points de sa maison. La discussion commença alors calmement, peut-être un peu gênée entre le Londonien qui ne savait que dire et certains de ses opposants qui paraissaient mal à l'aise d'être par ici, mais bien vite, alors que le première année avançait quelques excuses pour son comportement certes peu responsable, son principal interlocuteur sortit alors quelques arguments bien plus durs passant de tous ceux qui pensaient comme lui que le comportement du jeune garçon n'était pas digne, au fait que les personnes qu'il côtoyaient n'étaient "pas fréquentables". Sur ce dernier point, Jon ne put tout simplement pas se retenir et défendit le peu d'amis qu'il avait du mieux qu'il put, d'une manière fort passionnée il fallait l'avouer même s'il y avait là bien plus de coeur que de raisons. C'est vrai qu'ils étaient fantastiques, géniaux et passionnants, c'est vrai qu'ils lui avaient donné sa chance alors que d'autres ne se préoccupaient pas de lui, c'est vrai qu'à eux trois, ils étaient rapidement devenus un trio qui animait maintes discussions dans les couloirs, mais c'était aussi et surtout vrai qu'à ce rythme là, il ne lui arriverait rien de bon. Puis l'autre avait répliqué qu'après tout, venant d'une personne telle que lui, il n'était finalement pas surprenant qu'il voit des gens aussi étranges. Le britannique avait alors demandé quelle genre de personne il était, ce à quoi on lui avait répondu sans remord ces quelques mots, les lui crachant presque au visage : "Sang de bourbe".

Les yeux du jeune garçon se fermèrent lentement alors qu'il massait de plus en plus doucement son épaule sur laquelle il était tombé, sa respiration reprenant enfin un rythme plus régulier tandis que son visage cessait d'être troublé de ces larmes qu'il ne pouvait retenir. Il s'était donc retourné, avait fuit en bousculant sans remords ceux qui lui barraient le passage après quelques secondes de réflexion, le temps que l'information presque trop irréaliste parvienne à son cerveau. Il avait donc couru, pas très loin vers les cachots du moins, se battant pour retenir les larmes qui lui montaient aux yeux alors qu'il ne faisait déjà plus attention à ce qui l'entourait. Peut-être avait-il fait tombé quelqu'un? Peut-être qu'il avait entendu son nom parmi toutes les discussions de la salle commune? Mais qu'importe ce qu'il s'était passé, il n'y avait prêté guère d'attention, et déjà, le sommeil l'emportait dans le bras de sa mère, bercé par son sourire et sa voix idyllique.

Et ce fut presque comme si, il en avait totalement oublié le rendez-vous convenu avec son ami de malchance : Ludovic Descremps.


codage par whatsername. sur Libre Graph'

___




We all change when you think about it. We're all different all through our lives. And that's okay, that's good. You've got to keeping moving. As long as you remember all the people that you used to be. I will not forget one line of this, not one day. I swear.


whatsername


Dernière édition par Jon Lakenstridge le Ven 24 Juil - 22:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 3327
Date d'inscription : 17/09/2014
Multicomptes : Minerva McGonagall
Caracteristique : Membre de l'Ordre du Phénix
MessageSujet: Re: [Flash-back] Sang de bourbe ou Mutmag, au fond, quelle différence?   Ven 24 Juil - 18:12

Sang de bourbe ou Mutmag

Ludovic se trouvait face à un problème, épineux, savoureux, opaque, entier. Rien d’inhabituel jusque-là, les problèmes, il en attirait autant qu’il en voyait et en provoquait tant sur son sillage que, pour lui, un problème était en soit la plus parfaite des banalités. Mais il devait bien reconnaitre que celui qu’il avait sous les yeux relevait d’un domaine à la limite de ses compétences et que, par conséquences, il y avait là de quoi combler sa journée. Assis en tailleurs, un bras barrant son torse pour servir d’appuis à l’autre qui soutenait son menton, le visage et l’esprit plongé dans une profonde réflexion, le Serdaigle essayait de trouver la meilleure solution. Il en avait déjà en tête une bonne petite centaine, toutes plus ou moins créatives, toutes plus ou moins bruyantes ou plus ou moins extravagantes, mais la bonne semblait encore lui échapper. Il fallait dire que ce n’était pas tous les jours qu’il fallait réveiller quelqu’un et que cet exercice devait se faire avec soin.

Laissant échapper un soupir, le français sortit de sa réflexion et se redressa sur ses pieds pour avancer d’un pas solennel jusqu’au premier tonneau. Il le trouverait, ce fameux code, cela ne faisait aucun doute, au pire il n’aurait qu’à y passer la soirée. Ludovic dressa le bras, hésitant à frapper sur le premier tambour de bois, encore. Il avait déjà essayé au moins trois fois, essayant de s’aider de l’usure sur les lourds objets ou même de la crasse sur les lattes et de la poussière dans le sol pour se guider. Des tas de petits détails qui, d’habitude lui passaient par-dessus de la tête, mais qu’il avait finis par scruter avec attention voyant que « taper au hasard » ne suffirait pas en fin de compte. Pourtant, il fallait bien qu’il passe. Car de l’autre côté du mur se trouvait un Poufsouffle à qui il devait faire manger des dragées surprises poubelle pendant un mois pour l’avoir fait attendre une heure entière sans donner de nouvelles. Mais taper sur des tonneaux pour pouvoir aller secouer une Belle au Bois Dormants… c’était presque trop bête.

Glissant la main dans sa poche, Ludovic y chercha un petit sachet de poudre à fusée. Reliques de son dernier coup d’éclat en salle de sortilèges qu’il avait dut balayer quelques temps plus tôt au court d’une colle particulièrement longue et ennuyeuse en compagnie de son très cher et bavard Moralisateur. Aux grands maux, les grands remèdes. C’était bien de cette façon que dans le grand monde les non sorciers avaient creusés des tunnels sous la mer et les montagnes, alors il pouvait bien se permettre d’en creuser un petit dans une cave.

— Qu’est-ce que tu fais là ? C’est chez les Poufsouffle ici !


Prit sur le fait, l’ébouriffé pivota, cachant son sac de poudre dans son dos, pour faire face à un jeune première année en jaune et noir qui, hélas, n’avait pas la tête qu’il cherchait.

— Je viens pour voir Jon Lakenstridge, fit-il avec un air à la fois dégagé et parfaitement supérieur. Il est là ?

— Qui ?

Ludovic affaissa les épaules comme si l’autre venait de se baver dessus en parlant. Si tous les Poufsouffles étaient aveugles en plus d’être lent ce n’était pas gagné. Prenant sa patience à deux  mains, le français mima un menton carré et des oreilles décollées, semblant réveiller la conscience de son interlocuteur.

— Ah lui ! s’exclama le première année. Non il n’est pas là je crois, je l’ai vu partir pour les cachots.

— Les cachots ? Pourquoi ?

— Je ne sais pas, mais il n’avait pas l’air d’aller bien.


Le Poufsouffle ajouta encore quelques phrases sans que le Serdaigle y prête aucune attention. Plongeant de nouveau dans ses profondes réflexions, ses sourcils s’étaient froncés de concentration. Alors que l’autre approchait de ses tonneaux pour taper le code de sa salle commune, Ludovic fourra son sachet de poudre dans sa poche et s’engagea d’un bon pas vers les couloirs du sous-sol. Il y avait là de quoi se perdre. Des kilomètres et des kilomètres de sous-terrains boueux qu’il avait pris soin d’éviter en dehors des fois où Aidrian le trainait en cours de potions. Des boyaux carrés et sombres, couvert d’humidité et remplis de bruits sinistre avec un air vicié. Bien loin d’être une place pour un Serdaigle, mais pas plus pour n’importe quelle personne seule.

A travers les couloirs, Ludovic cherchait à savoir ce que le Poufsouffle avait voulu dire à propos du fait que son congénère de maison n’avait pas l’air d’aller bien. Il se demandait aussi ce que Jon avait pu faire pour se mettre dans un tel état et si cela avait un rapport avec son retard à leur rendez-vous, mais par-dessus tout, il se demandait de quelle façon il pourrait faire passer l’idée à son jeune associé de lui poser une nouvelle fois un lapin. Avec de la peinture peut-être, il en avait un bon stock, ou alors du poil à gratter dans son oreiller. Bien sûr, encore fallait-il le trouver et ce n’était pas en réfléchissant, le nez baissé vers le sol et les sourcils froncés qu’il parviendrait à lui mettre la main dessus.

Au bout de vingt bonnes minutes de marche au hasard, Ludovic s’arrêta. Il s’y prenait mal, il y avait des moyens plus simples de chercher quelqu’un dans un labyrinthe de caves, mais cela en valait-il la peine ? Dressé dans le couloir, le français esquissa une grimace. Il resta ainsi quelques longues secondes à écouter les gouttes d’humidité tomber au pied des murs avant de secouer la tête et de tirer sa baguette de sa ceinture pour la pointer vers le sol. S’il se souvenait bien, il avait lu quelque part un sortilège pour suivre la piste de quelqu’un. Il pouvait toujours essayer cela et, s’il n’y arrivait pas, il resterait toujours d’autres moyens.

***

Penché au-dessus du Poufsouffle pareil à un oiseau de proie, Ludovic avait le teint nauséeux et les sourcils si froncés qu’ils traçaient de profondes rides sur son front. Cela lui donnait l’air si vieux tout à coup qu’un observateur extérieur aurait pu trouver qu’il avait un petit air de Moralisateur. Mais le français ne s’en souciait pas. Tout ce qui l’intéressait pour l’instant, c’était le jeune garçon allongé sur le sol crasseux à ses pieds. L’air paisible, mais le visage rougit par les larmes, Jon dormait d’un sommeil lourd qui n’avait pas facilité la tâche. S’accroupissant en silence, le français détailla de haut en bas son acolyte, songeur, avant de remonter légèrement sa manche et tendre le bras. Il laissa échapper un soupir et s’appliqua à afficher un sourire moqueur sur son visage avant de, soigneusement, pincer entre le pouce et l’index, le nez de son cadet.

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

___

Notre intellect est vain
Pour tout ce qui est proche ou présent ; et si nul ne vient nous parler, nous ignorons tout de l'état humain.
by Wiise


Dernière édition par Ludovic Descremps le Mer 26 Aoû - 23:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 934
Date d'inscription : 18/10/2014
Multicomptes : Linda Oswin
MessageSujet: Re: [Flash-back] Sang de bourbe ou Mutmag, au fond, quelle différence?   Sam 25 Juil - 0:28





Sang de bourbe ou Mutmag




Totalement inconscient de ce qu'il pouvait bien se passer en dehors de sa propre tête, de son propre sommeil sans le moindre rêve et sans la moindre étoile pour illuminer ses ténèbres, le petit Jon Lakenstridge avait lentement sombré dans les bras de Morphée alors que non loin d'ici, son meilleur ami le cherchait avec plus ou moins d'entrain. Ce dernier ne tarda d'ailleurs pas avant de retrouver le petit Poufsouffle endormi, totalement plongé dans l'innocence et la naïveté qui le caractérisait.
Qui pouvait se douter que derrière ce visage d'ange et ses pommettes enfantines se trouvait une petite tête brûlée qui pouvait réaliser des coups et bêtises dignes du grand Ludovic Descremps?
Le dit Ludovic ne mis pas longtemps avant de décider de sortir son partenaire de crimes du sommeil dans lequel il s'était réfugié, de la manière la plus simple mais sûrement la plus fourbe qu'il pouvait exister : en l'empêchant de respirer. Le jaune et noir n'eut tout d'abord aucunes réactions, continuant de somnoler dans un calme presque touchant, mais bien que sorcier, il en restait tout de même un être humain  normalement constitué, et il ne fallut pas longtemps avant que le première année se réveille brutalement en secouant les bras dans tous les sens, avant de réussir à reprendre son souffle alors qu'il se laissait retomber droit au sol, fixant d'un regard noir celui qui affichait un sourire bien trop coupable pour être innocent.

-Bonjour à toi aussi. C'est dingue comment tu m'as manqué. grogna Jon alors qu'il se frottait, sa voix rauque d'avoir pleuré et dormi.

Après quelques instants de somnolence, le jeune garçon se redressa de sorte à s'assoir tout en s'appuyant sur ses bras, se tournant pour s'adosser contre le mur, se mettant ainsi en face de son aîné. Il l'observa quelques minutes sans pour autant le fixer dans les yeux, son regard plutôt dirigé vers les chaussures du Serdaigle. C'était impressionnant à quel point elles en disaient énormément sur la personnalité du français. La semelle était bien usée, surtout pour l'âge qu'elles semblaient avoir, elles ne devaient pas être si vieilles. Elles étaient pourtant de bonne qualité, lui par exemple n'aurait sûrement pas eut le droit d'acheter de telles merveilles. Mais Ludovic lui, s'en fichait comme de son premier sort, à croire qu'il ignorait totalement la chance qu'il avait quelque part.
Le regard vide, le jeune Poufsouffle resta étrangement silencieux un bon moment, plongé dans ses pensées alors que lentement, son regard encore rougit se mettait à briller dans la pénombre de ces cachots humides. Il s'humidifia les lèvres tandis qu'il redressait la tête, et ses yeux s'écarquillèrent soudain alors qu'il réalisa que celui qui se tenait devant était bien évidemment celui avec qui il avait rendez-vous quelques heures plus tard, ou il y a quelques instants ou... Le Londonien lâcha un "Oh non...!" horrifié tout en tâtant autour de lui comme pour retrouver un objet de valeur qu'il aurait égaré, puis, se tournant vers son camarade, il demanda sur ce même ton à la fois paniqué et désolé:

-Il est quelle heure? Ne me dit pas que j'ai raté notre rendez-vous! Oh non mais en plus j'avais tout prévu et...

Jon lâcha un soupir en levant un regard tout autant désolé vers le Serdaigle. Le pire dans tout cela c'était bien que l'autre l'avait retrouvé. Il ne pouvait pas lui en vouloir, et franchement, lui aussi aurait tenté de retrouver Ludovic s'il n'était pas venu à l'une de leurs réunions, mais dans ce silence lourd il était presque gênant de ne savoir quoi dire.



codage par whatsername. sur Libre Graph'

___




We all change when you think about it. We're all different all through our lives. And that's okay, that's good. You've got to keeping moving. As long as you remember all the people that you used to be. I will not forget one line of this, not one day. I swear.


whatsername
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 3327
Date d'inscription : 17/09/2014
Multicomptes : Minerva McGonagall
Caracteristique : Membre de l'Ordre du Phénix
MessageSujet: Re: [Flash-back] Sang de bourbe ou Mutmag, au fond, quelle différence?   Jeu 27 Aoû - 16:42

Sang de bourbe ou Mutmag

Accroupis comme il le fallait, Ludovic n'eut pas trop de mal à se redresser et reculer pour éviter les gesticulations de son cadet. Il crut pourtant bien se prendre un coup une fois ou deux, mais il en aurait fallut plus pour lui faire peur. Croisant les bras et haussant un sourcil pour agrémenter son sourire, le français toisa le jeune garçon de toute sa - un peu courte - hauteur, tout à fait fier de lui. Alors comme ça on se croyait le droit de manquer l'heure ? Mais il n'eut pas le temps de lancer une moquerie que l'autre répondait comme un petit effronté. L'ébouriffé fronça un sourcil, il avait affaire à un futur grand coupeur de paroles ou il ne s'y connaissait pas.

— Heureux de voir... débuta-t-il avant de s'emmêler les pinceaux dans son anglais et grommeler en levant les yeux au ciel. Que tu avoir énergie pour te plaindre.

Le Serdaigle regarda le jaune et noir s'asseoir pour s'appuyer contre le mur. Il lui accorda quelques secondes pour s'installer et vint s'accroupir juste en face de lui pour le regarder en face, à bonne hauteur. Sourcils toujours froncés et regard à la fois sombre et inquiet. Il chercha quelque chose à dire, mais son vocabulaire semblait lui faire défaut, aussi fut-il presque ravi de voir que le Poufsouffle saisit tout seul la raison de sa présence ici.

— Ouais, répondit-il. Tu l'as fait et maintenant Moralisateur... passer une bonne journée avant, mais, pour une fois, je pense que ça n'est pas très important, n'est-ce pas ?

Il poussa un soupir et remonta une nouvelle fois ses manches avant de gratter les petites griffures de chat qu'il avait sur les mains. Essayant de se rappeler de quelle façon on conjuguait "vouloir" au subjonctif anglais, voir même si ce temps existait. Intéressant à vrai dire, d'imaginer que certaines phrases d'une langue à l'autre ne pouvaient pas se dire.

— Je pense que je voudrais savoir plus pourquoi tu es là est pas dans ta maison. articula-t-il l'air de penser à voix haute. Parce que ça aurait été normal que tu m'oublie parce que tu dors dans ta maison ou ça aurait été normal que tu être en retard si une bête, comme un prof de sort par exemple, t'avais attaqué dans les couloirs, mais je pense que je demande surtout pourquoi tu préfère un égout à ma merveilleuse compagnie. Parce que ici ça fouette, ça mouille et c'est petit. Alors ce n'est pas très confortable pour dormir et c'est un peu loin pour échapper à un prof de sort. Alors je demande si ce n'est pas quelqu'un d'autre que tu voudrais éviter. Moi peut-être, mais bon, tu te serais enfuis. Alors peut-être que tu veux éviter d'autres gens et plus en nombre, mais qui ?

L'ébouriffé fit une pause avant de se masser les tempes, les yeux clos et se repasser ce qu'il venait de dire. Il poussa un soupir et rouvrit les yeux pour les lever au ciel avant de s'asseoir à côté du jeune garçon.

— Je crois que ça sonnait mieux dans ma tête. Je suis pas très bon pour ça. Ce que je veux demander, c'est pour qui et pourquoi tu es là ?

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

___

Notre intellect est vain
Pour tout ce qui est proche ou présent ; et si nul ne vient nous parler, nous ignorons tout de l'état humain.
by Wiise
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 934
Date d'inscription : 18/10/2014
Multicomptes : Linda Oswin
MessageSujet: Re: [Flash-back] Sang de bourbe ou Mutmag, au fond, quelle différence?   Lun 28 Sep - 23:28





Sang de bourbe ou Mutmag




La presque reproche du Serdaigle lorsque Jon lui "coupa la parole" fit froncer les sourcils au cadet, s'enfonçant presque encore plus dans les pans du mur comme pour se faire oublier, s'en voulant presque de son erreur quelque peu commune. Se plaindre oui... Peut-être n'aurait-il pas dut. Ainsi, il adressa un regard désolé à l'étranger, un faible sourire aux lèvres un peu gêné face à son erreur.
En temps normal, le jeune Poufsouffle aurait sans doute répliqué à cette petite pique, sur un ton plus ou moins amusé et enthousiaste bien que craignant comme souvent de trop s'imposer aux yeux des autres, ou bien même, qu'il ne le prennent mal. Ils venaient après tout de deux mondes différents, qui sait ce qui les séparait encore?
Et oui, il savait parfaitement que Ludovic n'aimait pas cela, qu'il ne s'efface pour une raison si idiote, mais une nouvelle fois, son ascendance "non-magique" lui était revenu dessus, brisant un peu plus la confiance déjà fragile du jeune Londonien.

Lorsque le jeune Français reprit la parole, son cadet détourna le regard, plus par réflexe que pour réellement fuir la discussion. Néanmoins, lorsque son ami termina par une question, le brun releva la tête, fronçant légèrement ses fins sourcils tandis qu'il attendait la suite de... Et bien, de ce que voulais dire Ludovic.
Ce dernier ne tarda d'ailleurs pas à en arriver au sujet principal, et très certainement, le seul qui l'intéressait pour le moment, se débrouillant admirablement bien avec son anglais approximatif comme le remarqua intérieurement son auditeur, auditeur qui d'ailleurs semblait ne vouloir pas entendre les questions de son ami.
Quand il y repensait... C'était idiot, lâche, sa mère n'aurait pas été fière de lui. Ses rêves de grandeur, de Mousquetaire ou de Pirate, de Shérif ou... Tout simplement de héros digne des plus belles histoires, avec un courage et une force à toute épreuve. Et le courage... Disons que ce n'était pas vraiment ce qu'il possédait à foison.
Le jeune Poufsouffle soupira légèrement, grattant nerveusement ses genoux tandis qu'il était assis en tailleur, se mordant la joue un instant avant qu'il ne commence lentement à s'exprimer, cherchant des mots pouvant exprimer son avis sans perdre le Serdaigle et sa maîtrise toute particulière de la langue Anglaise:

-Je voulais pas... Je voulais venir, je me préparais et j'étais prêt. J'ai donc fini par réviser, pour me préparer un peu, tu comprends, faut quand même que je travaille mes cours, et puis il y a certains... Poufsouffles qui se sont approchés. Ils m'ont reproché de ne pas assez... M'investir dans les points de ma maison. Ils ont parlé de toi, de Rian, ils... Ont dit du mal, sur vous.

Peu à peu, les points du jeune garçon se resserraient, tirant les pans de sa cape tandis que ses doigts se blanchissaient lentement et que sa gorge se nouait au fur et à mesure qu'il parlait. Mais malgré tout, aucunes larmes ne perlèrent à ses yeux, et il supporta le coup admirablement bien pour un jeune de son âge.

-J'ai tenté de répondre, de vous défendre, mais ils ont continué, et certains se sont emportés... Et... Ils ont dit que de toute façon, je n'étais qu'un "Sang de Bourbe", et que je ne vaudrait jamais ne serait-ce que la moitié du plus idiot des Serpentard...

Et cette fois, sa voix s'étrangla dans sa gorge, alors que Jon fixait toujours le vide, son regard cette fois rempli de peur et de colère, laissant paraître clairement sa faiblesse face à cette situation qui le dépassait.



codage par whatsername. sur Libre Graph'

___




We all change when you think about it. We're all different all through our lives. And that's okay, that's good. You've got to keeping moving. As long as you remember all the people that you used to be. I will not forget one line of this, not one day. I swear.


whatsername
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 3327
Date d'inscription : 17/09/2014
Multicomptes : Minerva McGonagall
Caracteristique : Membre de l'Ordre du Phénix
MessageSujet: Re: [Flash-back] Sang de bourbe ou Mutmag, au fond, quelle différence?   Sam 10 Oct - 20:23

Sang de bourbe ou Mutmag

Ecoutant les explications du Poufsouffle, Ludovic haussa un sourcil interloqué. Par chance, le jeune garçon ne parlait pas très vite, mais il ne saisit tout de même pas un point important de son discours. Comment réviser des cours aurait-il put être plus important qu’aller poser un paquet piégé chez Moralisateur ? Il se retint tout de même de poser la question et écouta la suite avec attention, le front complétement plissé comme si ses sourcils sombres avaient essayés de compenser la pâleur de son visage. A côté de lui, le jeune anglais se renfrognait, s’enroulant dans sa cape de toute la force de ses poings. De loin, ils devaient ressembler à un duo de petits vieux grincheux. Cette idée tira un maigre sourire à l’ébouriffé qui le perdit bien vite lorsqu’il entendit un mot qu’il ne connaissait pas. Il put tout juste identifier quelque chose qui devait signifier « sang » que l’autre poursuivait avant d’avoir la voix brisée. Lentement, le français tenta d’assembler les morceaux dans son esprit.

— Donc, si je bien comprends. Des gens de ta maison venir te… te reprocher, répéta-t-il. C’est ça ?

Le brun se gratta la tempe. Il n’avait aucune idée de ce que voulait bien dire le verbe qu’il venait d’utiliser. Bien entendu, hors de question de demander la traduction. Essayant d’en déterminer le sens tout seul, Ludovic se retrouva avec un mal de tête carabiné. Il ferma les yeux une seconde et se redressa pour faire les cent pas devant son cadet.

— Sang de bourbe… répéta-t-il. C’est une insulte c’est ça ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Chiffe-molle ? Limace ? Et alors ? Les insultes arrivent tout le temps un jour ou un autre, moi on me traite de idiot, arèdji, fou, paresseux, connard, san... Ludovic s’arrêta soudain, touché d’une illumination. Sang de Bourbe c’est la origine de toi ? De ta famille ? Je croire que c’était Nutnag, sang-mêlé et sang pur. Sang de Bourbe est autre chose ?

Arrêtant sa marche, Ludovic retourna s’accroupir devant le jeune garçon, attendant qu’il confirme qu’il avait trouvé la bonne définition du mot. Avant de froncer les sourcils, fixant ceux de son cadet avec une très étrange intensité, à la fois grave et révoltée.

— Si c’est ton origine tu es un abruti de le prendre comme insulte, lâcha-t-il en gratifiant l’autre d’une retentissante claque sur la tête. Tu avoir honte de qui tu es ? demanda-t-il en se redressant avec un regard dégouté. Tu avoir honte de ton père et de ta mère ? De ta famille toute entière ? Tu avoir honte de ta chance ? Laisse-moi te dire que c’est ça qui est honte, gronda l’ébouriffé en pointant un index accusateur sur son élève improvisé. Parce que si tu as honte de ce que tu es, tu mérites avoir après que des insultes. Les gens ne peuvent rien contre toi si tu es fier de ce que tu es. Si tu prends ton origine comme une puissance et pas comme une faiblesse. Si tu prends le meilleur de ta vie et montre que tu n’as pas peur du pire, tu n’auras plus à avoir peur des insultes. Commence à avoir honte et ils sauter dans toi comme un chien sur un steak. Ils attendent que tu n’aies plus confiance pour te blesser. Jouent sur les faiblesses. Tout le monde, tout le temps. Et s’ils le peuvent c’est parce que tu leur en laisse l’opportunité.

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

___

Notre intellect est vain
Pour tout ce qui est proche ou présent ; et si nul ne vient nous parler, nous ignorons tout de l'état humain.
by Wiise
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 934
Date d'inscription : 18/10/2014
Multicomptes : Linda Oswin
MessageSujet: Re: [Flash-back] Sang de bourbe ou Mutmag, au fond, quelle différence?   Lun 12 Oct - 22:11





Sang de bourbe ou Mutmag





Lorsque le bleu et argent répéta en quelques simples mots ce que Jon avait mit plusieurs minutes à expliquer, le cadet hocha légèrement la tête, grattant le sol du bout de l'ongle, ne sachant pas trop où il en était. Ce qu'ils avaient dit... Ce qu'ils avaient dit à propos de ses amis, comment seulement pouvait-il passer a côté ? Ce n'était pas que lui même qui, derrière ces critiques, était visé, mais tous ceux qui lui étaient proches, Ludovic mais Aidrian aussi, et cela, c'était presque aussi douloureux que tout ce que l'on pouvait dire sur sa propre personne.
Frequentait-il vraiment de mauvaises personnes? Non, enfin... Aidrian ne l'était pas, mauvaise, et c'était au contraire l'une des personnes les plus douces et gentilles qu'il n'ait jamais rencontré ! Bien qu'un peu timide, on ne pouvait tout simplement par la traiter de trouble fêtes... Mais Ludovic? Il était un peu extravaguant c'est vrai, voir envahissant ou encore gênant, il pouvait créer et se mettre dans des problèmes inimaginables, le tout avec une imagination digne de la maison dans laquelle il s'était retrouvé. Lui... Une mauvaise personne? Et quand bien même il en était une ou non, est-ce qu'il déteignait plus sur lui? D'une manière ou d'une autre, il n'en n'avait pas la moindre idée. Auparavant, c'était lui qui menait la danse dans la cour des grands, encore rêveur d'un autre monde qu'il avait fini par rejoindre, et il fallait avouer qu'il n'était pas des plus calmes, mais les Sorciers -les vrais, pas comme lui-, peut-être avaient ils une vision toute différence d'un "fauteur de trouble"... ?

Cessant de gratter la terre entre les pierres au sol, le jeune Anglophone lâcha un long soupir, usant de ses funs bras afin d'entourer ses genoux ramenés près de lui, comme s'il voulait se protéger de quelque chose. Dans un même temps, Ludovic avait reprit la parole, attirant l'attention du jaune et noir qui leva le regard vers ce dernier, sans toutefois déloger sa tête de son cercle protecteur. Le français finit alors par comprendre enfin de quoi il était question, semblant pris de ces illuminations qui, d'habitude, faisaient blêmir environs 30% des personnes aux alentours. Mais cette fois, le jeune Poufsouffle ne réagit pas, son regard encore embué fixé son son nouvel ami, attendant qu'il termine son petit discours.
Mais à peine eut-il commencé que le jeune Jon se sentit totalement perdu, voulant se justifier mais ne trouvant pas les mots, pas le ton, mais à la fois, trouvant de la vérité dans les paroles du Serdaigle. Et puis, il ne voulait que l'aider, et même s'il esquissa une légère grimace lorsque son comparse lui donna une tape derrière le crâne, le foudroyant presque de son regard incertain, le cadet sentait aisément qu'au fond de lui, ce discours presque de galvanisement le touchait de par sa sincérité. Lorsque l'ébouriffé eut terminé, l'autre esquissait un imperceptible sourire, se grattant un instant le bas de la nuque avant de répondre, sur un ton plus calme, comme légèrement apaisé, mais dont les paroles ne perdaient pas de leurs gravité.

-Je... Je n'ai pas honte de moi, ni de mes "origines" mais... Comme ils ont dit, je... Peut-être que je le méritais pas, tout ça, c'est génial, c'est... C'est magique! Toutes ces lumières, tous ces sorts, tout un monde à découvrir encore et encore! Tellement de choses que j'ignorais totalement et qui sont maintenant à portée de main! C'est... C'est...

Venant à peine de s'emporter, le jeune garçon retomba cependant bien vite dans une mélancolie sombre, esquissant un sourire un peu crispé avant de continuer :

-C'est peut-être pas juste. Pour les autres. Si je continue à être mauvais j'handicape toute ma maison, et tu sais... Enfin, le pire, tu sais, c'est qu'ils ont parlé de 'Rian et toi, ils ont dit que vous étiez des irresponsables qui ne valez vous aussi pas mieux que le pire des Serpentards. Pas mieux que moi, et... Je suis désolé.

Et en levant une dernière fois un regard calme sur son camarade, en croisant son regard, il sourit légèrement, et tout en inspirant profondément, il se maudit d'être autant un poids pour les rares amis qu'il possédait ici.



codage par whatsername. sur Libre Graph'

___




We all change when you think about it. We're all different all through our lives. And that's okay, that's good. You've got to keeping moving. As long as you remember all the people that you used to be. I will not forget one line of this, not one day. I swear.


whatsername
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 3327
Date d'inscription : 17/09/2014
Multicomptes : Minerva McGonagall
Caracteristique : Membre de l'Ordre du Phénix
MessageSujet: Re: [Flash-back] Sang de bourbe ou Mutmag, au fond, quelle différence?   Jeu 29 Oct - 22:52

Sang de bourbe ou Mutmag

Ludovic fronça les sourcils, essayant d'assembler le flux de mots de l'anglais dans tous les sens possibles. Il ouvrit la bouche, mais s'interrompit, plaçant sa main devant son menton pour réfléchir. S'apprêtant à prononcer une phrase pratiquement étrangère à son vocabulaire, mais qui lui aurait pourtant été si utile à bien des occasions.

— Je ne comprends pas, lâcha-t-il. Où est le problème ?

Il se tut une minute, réfléchissant un peu plus. Il ne voyait pas pour quelle raison le Poufsouffle, moins qu'un autre n'aurait pas été digne d'être à Poudlard, ni en quoi cette question lui posait problème. Cela lui semblait tellement naturel, évident que tous les jeunes sorciers se retrouvaient dans une école de magie. Qu'ils soient compétents ou non n'était pas son problème, tant qu'ils ne se mettaient pas dans l'idée de lui donner des conseils sur sa façon de lancer des sorts.

— Pour Rian, tu n'as pas à t'en faire, reprit-il. Elle valait toujours mieux que tous les professeurs de cette école. Maintenant et pour toujours. Mais je ne comprends pas ce qui ne va pas. Tout le monde ne peut pas être brillant. Il y a des centaines de personnes ici qui feraient mieux... de mettre leurs baguettes au feu et pas lancer des sorts avec, mais ça ne veut pas dire qu'ils n'ont pas le droit d'apprendre. Pourquoi est-ce que tu vaudrais moins qu'eux ? Si tu n'as pas de problèmes avec ce que tu es pourquoi croire les insultes des gens ? Tu es chanceux, tu es un sorcier, tu as autant de raisons d'être là que tout le monde. C'est idiot oui, c'est comme si tout était gagné d'avance. Si tu veux passer un test pour être sûr que tu mérite d'aller quelque part, va à Durmstrang. Si tu n'es pas sang pur là-bas tu n'as même pas le droit d'avoir une baguette. Je ne suis pas sûr que ça vouloir dire tous les gens là-bas méritent d'y être.

Ludovic s'interrompit, sentant qu'il s'écartait encore du sujet. Il fronça encore les sourcils, on ne peut plus perplexe. Cela lui semblait presque aussi absurde que se demander si on avait le droit de respirer seulement parce qu'on le pouvait.

— Je ne comprends pas, conclut-il. Pourquoi serais-tu mauvais ? Juste parce que ta maison gagne moins de points ? Ce ne sont que des points. Dans cinq, six, sept ans, la plupart des gens auront oublié qu'ils ont gagné ou non. Il y a plein de coupe des quatre maisons qui avoir été gagnées. Je ne penses pas que le monde faire boum si tu n'en a pas pour ta maison. Demande-toi plutôt ce que tu veux toi. Passer tes journées le nez dedans tes cours juste pour une bande de jaunes sans cerveau ou avoir du temps avec tes amis ? Tu peux leur montrer que tu es bon, tu as juste à gagner des points pour ta maison avec un truc grand et ils te respecteront. C'est pas si dur... pour certaines personnes. Mais tu sais quoi ? s'exclama soudain l'ébouriffé avec un regard illuminé d'un trait de génie. J'ai une idée pour que tu gagne des points tout plein !

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

___

Notre intellect est vain
Pour tout ce qui est proche ou présent ; et si nul ne vient nous parler, nous ignorons tout de l'état humain.
by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [Flash-back] Sang de bourbe ou Mutmag, au fond, quelle différence?   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Flash-back] Sang de bourbe ou Mutmag, au fond, quelle différence?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Made in Flash Back
» Un professeur un peu spécial... [Flash Back]
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Touché Coulé. [Flash-Back][Pv Ben]
» Un pti Flash Back...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seven Wonders :: 
POUDLARD
 :: Cachots et sous-sols :: Couloirs
-