La carte du Maraudeur

[Portoloin] pour lire les sujets importants du forum ♥



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FORUM FERME

Partagez | 
 

 Comment terrifier un pauvre cracmol - Andréa&Sindon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 934
Date d'inscription : 05/09/2014
Multicomptes : Myria G. & Lisbeth R. & Siobhàn J.
MessageSujet: Comment terrifier un pauvre cracmol - Andréa&Sindon   Jeu 30 Oct - 17:07

Andréa sortit de la Tête de Sanglier, un air préoccupé sur le visage. Ses longs cheveux roux tombaient sur ses épaules, lui donnant peut-être plus l'air d'une secrétaire que de l'élite de la Justice Magique. Que ses ennemis la sous-estiment lui avait déjà facilité la vie plusieurs fois. Au Ministère, même chez les Aurors, les femmes étaient vite placées dans la catégorie "petites choses fragiles" mais elle avait d'autres moyens pour ne pas que ça lui arrive. Elle prenait toutes les missions qu'elle avait le temps de faire, intervenait sans appeler de renforts... Sa bravoure était parfois à la limite de la tentative de suicide. Cette fois, elle était venue à Pré-Au-Lard pour tenter d'arracher des informations sur les événements tragiques qui y avaient eu lieu au fantôme qui était apparu dans le bar. En vain. Tout ce qu'il était capable de dire, c'était que "quelqu'un" l'avait attiré dans une ruelle, qu'il s'était réveillé dans la cabane hurlante... et puis qu'il était mort. Des informations absolument inutiles.

Ce qui l'énervait le plus dans cette histoire, c'était de savoir que le responsable de tout ça avait peut-être déjà été amené devant la justice. Peu importait qu'ils soient parvenus à traîner une tripotée de mages noirs devant le Magenmagot, la plupart finissait par être relâchés avant même d'avoir mis un pied à Azkaban. Elle était persuadée qu'il y avait de la corruption là dessous mais elle n'avait pour le moment aucune preuve. Alors, elle se taisait et continuait à faire son boulot de son mieux. C'était le week-end et les rues du petit village était bondées de monde. Elle fendait la foule, tête haute et déterminée. Ses collègues de la Police Magique étaient retournés à la Cabane Hurlante, tentant de trouver un indice qui leur aurait échappé jusque là et elle comptait faire le point avec eux avant de transplaner pour rentrer au Ministère. Mais quelque chose ou plutôt quelqu'un, dans la foule, attira son attention.

Une longue tignasse rousse, des traits familiers... Andréa sortit sa baguette et se rapprocha de lui, tentant d'être assez proche pour confirmer son identité. Lorsqu'elle ne fut plus qu'à quelques pas, elle réalisa qu'il était très beau. Quoi ? Elle n'allait pas trouver beau quelqu'un qu'elle approchait en tant que potentiel suspect. Elle avait un avis de recherche pour cet homme sur son bureau, elle en était persuadée. Et sa description mentionnait du sang de vélane. C'était lui, il n'y avait pas d'autre explications possible. Elle combla la distance qui les séparaient de quelques pas. Sa baguette prête à être dégainée, elle tenta d'abord une approche pacifique. Il y avait des civils partout et elle ne voulait pas causer de désastre.

« Monsieur, j'ai quelques question à vous poser. Je vais devoir vous demander de me suivre. »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 1180
Date d'inscription : 26/10/2014
Multicomptes : Néant.
Caracteristique : Cracmol.
MessageSujet: Re: Comment terrifier un pauvre cracmol - Andréa&Sindon   Mer 12 Nov - 20:39

    Le gros titre de la Gazette du Sorcier, en lettres capitales, était implacable. Des guérisseurs de Ste Mangouste venaient de faire des prouesses en matière de remède contre les maléfices, sauvant ainsi une demi-douzaine de personnes dans un état jugé critique quelques jours auparavant ; les progrès enchantaient le directeur comme ses employés du service de pathologies des sortilèges. Les personnages de la photographie avaient beau être nombreux, Sindon ne voyait que le grand roux à l’élégant port de tête au centre, l’expression sobre si ce n’était un discret sourire satisfait. Sindon serra les lèvres et se demanda amèrement « Combien de mes doigts t’ont coûté ce prodigieux avancement ? » Le dégoût qui acidifia sa bile n’était rien en comparaison à la nausée qui souleva son coeur. Il arracha rageusement la page du journal, la plia et la fourra dans la poche de son long manteau beige. Son voisin de table le fixa d’une étrange manière et Sindon lui lança un regard courroucé qui le dissuada de se risquer à tout commentaire. Le concierge avala la dernière lampée de sa bière au beurre et se leva dans un raclement de chaise. Des clients tenaient et s’échangeaient le torchon sur lequel s’étalait la réussite de son géniteur, Sindon jugeait bon de mettre les voiles avant que quelqu’un ne remarque par hasard combien ils se ressemblaient.

    Dehors, la brise automnale fourragea sa crinière orangée, Cinerosus rentra la tête dans les épaules et avança en direction du château. Le ciel arborait des cumulus laiteux, désagréable à l’œil par leur intense luminosité, l’humidité saturait l’air et il ne donnait pas vingt minutes avant qu’il ne pleuve. Quel régal, les élèves allaient dégueulasser les tapis et les sols de l’école avec leurs pieds pleins de boue. Cette perspective lui faisait lever les yeux au ciel et soupirer, il n’avait clairement pas envie de s’occuper du ménage aujourd’hui. Cet article dans le journal restait une angoisse de fond, une menace qu’il sentait ronronner tout près de lui, à laquelle il ne pouvait se soustraire. Il craignait chaque jour de sa vie que quelqu’un le démasque et, pire, le dénonce. Poudlard était un endroit sûr, mais rien ni personne ne pourrait le protéger d’Ornatus, il en était intimement convaincu. Ce jour n’était peut-être pas si loin. Sindon n’avait absolument pas prêté attention à son environnement, alors il tressaillit lorsqu’une jeune femme se planta devant lui. Le cracmol fronça hostilement les sourcils devant cette intrusion dans son périmètre, un air taciturne qu’il perdit bien vite en même temps que ses couleurs. En l’espace de quelques secondes, le pâle visage de Sindon prit une teinte indescriptible, entre le blanc cadavre et le vert inquiétant. Une terreur hystérique le prenait aux tripes, d’étranges scénarios aussi improbables que morbides emplissant son esprit, toute trace de lucidité envolée. Il ouvrit la bouche, sans pouvoir parler, ses yeux hyalins braqués sur la sorcière qu’il ne voyait plus. C’était fini, son père avait envoyé quelqu’un pour le retrouver, chose faite, et il ne pouvait même pas se défendre. La tétanie l’empêcha de se jeter sur la rousse et la ravager à mains nues, autrement il l’aurait déjà fait.

    Tout lui revint en tête. Une douleur fulgurante mordit ses doigts amputés, et le sang battit à ses tempes comme le cœur dans sa gorge. Pour Cinerosus O’Shanahan, le temps s’était arrêté, opérant un véritable court-circuit de ses synapses. Il recula, ou plutôt tituba en arrière, et secoua lentement la tête en signe de faible refus. Quelques passants observaient la scène de loin, intrigués par l’attitude du cracmol sur le point de s’écrouler. Sans crier gare, passant outre toute prudence, Sindon fit volte-face et prit littéralement la fuite.

___

« Me and God we don’t get along. »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Gallions : 934
Date d'inscription : 05/09/2014
Multicomptes : Myria G. & Lisbeth R. & Siobhàn J.
MessageSujet: Re: Comment terrifier un pauvre cracmol - Andréa&Sindon   Mar 2 Déc - 18:59

Le suspect n'avait pas l'air terriblement content d'être accosté. Peut-être d'avoir été reconnu. Puis elle crut qu'il allait faire un malaise. Elle pria pour qu'il ne lui vomisse pas dessus. Parce qu'il avait vraiment l'air d'être sur le point de vomir. Il ne répondit pas, ne bougea pas et se mit à reculer lentement. Elle avança pour garder la même distance entre elle et lui. Ce n'était pas parce qu'il avait l'air vaguement effrayé qu'elle allait s'attendrir. Pour ce qu'elle en savait, c'était un plan pour gagner du temps ou lui faire baisser sa garde. Elle était sur le point de se répéter quand il se mit à courir. Elle fronça les sourcils avant de se précipiter à sa suite. Quitte à fuir, pourquoi n'avait-il pas simplement transplané ? Si il était dangereux, il devait sans doute en être capable.

Tout en courant, elle sortit sa baguette et la lui pointa dessus. La situation était étrange mais elle n'allait pas le laisser s'échapper pour autant. Surtout qu'il courait bien plus vite qu'elle, avec ses jambes longues de trois kilomètres. Les passants se retournaient ou s'écartaient sur leur passage. Elle visa l'homme et incanta :

Petrificus Totalus

Le sortilège parti, éclair coloré, pour frapper l'homme en pleine course. Instantanément saucissonné, il tomba à terre. Ça n'avait pas du être agréable mais tant pis. D'un coup de baguette, elle le transporte à l'écart avant de le fouiller pour le désarmer. Pas de baguette ? De plus en plus étrange. Soit, au moins, il était inoffensif comme ça. Elle se pencha sur lui pour lui expliquer comment cela allait se passer.

« Monsieur O'Shanahan. Je me présente Andréa Owens, Auror. Comme je vous l'ai dit, j'ai quelques questions à vous poser. » Sa voix était un peu essoufflée mais elle restait sérieuse et professionnelle. Ce n'était vraiment pas le moment de perdre de la crédibilité. « Je vais vous libérer de ce maléfice. Mais je vous préviens : si vous tentez encore de vous remettre à galoper, je vous transporterais en flottant jusqu'au Ministère. »

Elle se redressa, passa une main dans ses cheveux pour les remettre en place avant d'agiter sa baguette à nouveau. Le sortilège prit fin. Elle se dit qu'elle allait commencer par lui demander d'expliquer qui il était et pourquoi il avait failli lui vomir dessus. Oui, elle savait vaguement de qui il s'agissait mais elle voulait confirmation. De plus, plusieurs détails ne collaient pas, elle le réalisait bien. Pas de baguette, pas de marque des ténèbres...

« Pouvez-vous décliner votre identité et la raison qui vous a poussé à prendre la fuite ? »

___

Andréa Juliet Owens
We were both young when I first saw you. I close my eyes and the flashback starts...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Comment terrifier un pauvre cracmol - Andréa&Sindon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Comment terrifier un pauvre cracmol - Andréa&Sindon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pourquoi Haiti est-elle si pauvre ?
» Comment contrer un mumak?
» comment peindre des orientaux
» Annabuses, ou comment réussir son exam... , de A. Lasornette
» Comment mener la lutte contre la corruption en Haïti ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Seven Wonders :: 
HORS POUDLARD
 :: Pré au Lard
-